Amoureux de Stendhal…

dicostendhalPourquoi l’art de séduire fut-il étranger à Stendhal? D’«absolu» à «Zélinde» en passant notamment par «couvent» et «épinards», Dominique Fernandez nous dresse un portrait de Stendhal sous la forme d’un dictionnaire amoureux.

Peut-on vraiment prendre Stendhal et ses personnages comme des modèles en matière d’amour?

«Oui, pour Julien et Fabrice certainement.»

L’amour de Julien avec Madame de Rênal est quand même adultère.
«Oui, avec Madamde de Rênal en effet. Mais pas concernant Mathilde de la Mole.»

Quel personnage de Stendhal est votre préféré?
«Cela dépend de l’âge, de l’humeur… Mais d’abord, c’est lui-même qui me passionne.»

À qui s’adresse ce dictionnaire?
«Tout lecteur. Quand on écrit un livre, on ne sait pas qui va le lire. J’ai écrit ce livre parce que j’aime Stendhal, et je voulais partager cet amour avec des lecteurs.»

Qu’est-ce qui vous plaît chez Stendhal?
«Tout! Mais en particulier sa liberté. C’est l’homme le plus indépendant qui soit. Aujourd’hui, on est surtout submergé par le politiquement correct, une pensée unique. Lui, il dit ce qu’il pense, se fiche du reste. Il est lui-même. Ce qui je trouve est merveilleux.»

Et en matière d’amour, qu’est-ce qui vous inspire chez lui?
«Le pauvre était amoureux sans cesse de femmes très belles. Lui était assez laid. Du coup, il était malheureux. Il était bafoué  trompé. C’est pathétique. Sa vie est triste en fait. Son style est gai. Mais lui n’a jamais eu de grand amour. On ne lui connait pas de maîtresse fixe, contrairement à d’autres écrivains comme Victor Hugo, Chateaubriand…»

Ce n’est pas étrange, dans un dictionnaire amoureux, de trouver des entrées comme «épinards», «couvent»…
« Épinards et Saint-Simon, dit il, ont été ses deux goûts constants. La formule du dictionnaire permet justement de faire des entrées amusantes. Dans un gros livre sur Stendhal, on ne parlerait évidemment pas d’épinards. C’est moi qui ait créé ce concept de dictionnaire amoureux. Amoureux parce que l’on ne parle que de ce que l’on aime. On n’a pas besoin d’être exhaustif.»

Christelle

«Dictionnaire amoureux de Stendhal», de Dominique Fernandez, éditions Plon, 820 pages, 25 €
Cote: 3/5

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s