Rencontres improbables

Que se passe-t-il quand la vie assemble ceux qui se ressemblent le moins?, s’interroge Matthias Debureaux, ce journaliste à qui l’ont doit déjà le drolissime livre  « De l’art d’ennuyer en racontant ses voyages ». Cette fois donc, il se penche sur quatorze face à face improbables. Comme cette rencontre entre Marilyn Monroe et Nikita Krouchtchev, Björn Borg et Nicolae  Ceausescu ou Sacha Guitry et Nicolas II. Certaines rencontres sont même assez cocasses comme lorsque Freud rencontra le « Pétomane » Joseph Pujol dans un éléphant ou que Johnny Hallyday se fit draguer par Francis Bacon! D’autres se révèlent parfois honteuses comme la visite de Walt Disney à Mussolini ou de Goebbels sur un tournage de Fernandel! Mais on découvre aussi comment Poulidor mettait Dali en transe et comment Mohamed Ali intimidait Gainsbourg. Et puis surtout que Fidel Castro était,  pour Ava Gardner, un virtuose de l’amour! Un ouvrage drôle mais aussi très bien documenté puisqu’on y retrouve même des détails comme la marque de dentifrice de Mussolini ou les posters qui décoraient la chambre d’ado de Johnny! Bref un peu de culture rigolote à étaler lors de diners!

Christelle

« Les dictateurs font très bien l’amour » de Matthias Debureaux, éditions Nil, 246 pages, 19 €

Cote: 4/5

Publicités

A la gloire du brusseleir !

Petit bouquin amusant que ce « petit brusseleir illustré ». Amusant, certes, mais plus encore, cet ouvrage présente aussi un intérêt historique ! Si si !Il réveillera certainement les souvenirs des vieux Bruxellois qui n’ont plus salué le façadeklacher depuis belle lurette et n’ont plus entendu parler de la pisswijf ou encore du pennelekker et du pachakroute. Les plus jeunes pourront enrichir leur vocabulaire de quelques termes bien de chez nous. Le spring no’-t-vet, le brommelpot et le tachtelul sont autant de personnages bruxellois pur jus ! « Le petit brusseleir illustré » regroupe une sélection de portraits imaginés par George Garnir (1868-1939), alias Curtio, dans « Le Petit Bleu », l’ancêtre de la « Dernière Heure ». Journaliste, mais aussi poète, conteur, romancier, dramaturge et académicien, Curtis s’est régalé en son temps de tous ses personnages bruxellois bien typiques. Il les a croqués dans leurs travers et leurs particularités. Les éditions Soliflor ont regroupé dans un petit bouquin de 168 pages les meilleures esquisses de l’auteur d’antan !

Anne-Sophie

« Le petit brusseleir illustré », de Curtio, éditions Soliflor, 168 pages, 15 euros

Cote: 2/5

L’amour à toutes les époques

L’amour aussi varie en fonction des époques. Chaque tome de cette nouvelle collection est dédié à une période phare de l’histoire  (l’Egypte ancienne, la Rome antique, etc.) pour retracer, en quelque sorte, une « histoire de l’amour »! Plein d’anecdotes, ces ouvrages à la portée de tous abordent les grands mythes amoureux, les amants célèbres, l’art galant, la littérature érotique, les armes de séduction, la vision du couple, sans oublier les pratiques sexuelles de ces temps lointains. Instructif mais aussi parfois désopilant… surtout quand on en vient aux armes de la séduction!

Christelle

«L’amour au temps des pharaons», de Florence Maruéjol, éditions First, 320 pages, 19,90 €

Cote: 3/5

A la fois grivois et instructif

L’ouvrage retrace l’histoire de la sexualité depuis nos arrière-arrière-grand-parents. Comment se rencontraient-ils? Comment se séduisaient-ils? Quels risques couraient-ils? Et comment faisaient-ils l’amour? Au travers les histoires de couples imaginaires et plein d’exemples bien de chez nous, on découvre les enjeux de la sexualité qui se sont joués aux XIXe et XXe siècles pour tenter de répondre à cette question: mais de quoi au fond nous sommes nous libérés? Grivois et intructif tout à la fois!

Christelle

«Pas ce soir chéri(e)?», de Régine Beauthier, Vanessa d’Hooghe, Valérie Piette et Gonzague Pluvinage, éditions Racine, 256 pages, 24,95 €

Cote: 3/5

La science au temps de Versailles

Versailles, avant tout lieu de pouvoir, était aussi une cour savante où la science était omniprésente. Tout s’y décidait. Louis XIV ne pouvait négliger les enjeux de la recherche scientifique. En 1666 est créée l’Académie des Sciences qui instaure un nouveau contrat entre l’Etat et les scientifiques. Ceux-ci sont dégagés de tout souci matériel, en échange de quoi leur inventivité et les résultats de leurs recherches doivent servir le royaume. L’heure est donc à la découverte scientifique, dans tous les domaines. Hydraulique, géométrie, astrophysique, médecine, botanique,… Les progrès ne se font pas attendre. Ce petit hors-série de la collection « Découvertes Gallimard », publié à l’occasion de l’exposition qui se tient en ce moment au château de Versailles, résume en mots et en images cette période bouillonnante sur le plan intellectuel. On ouvre, on déplie verticalement ou horizontalement, on découvre une nouvelle manière de lire. Les illustrations (plans, peintures, maquettes, …) fort didactiques se succèdent et ne manquent pas d’intéresser le lecteur.

Anne-Sophie


« Versailles et les sciences », de Catherine Arminjon, éditions Gallimard, collection Découvertes, 8,40 euros

Cote: 3/5

Histoire de la publicité murale

Voici un ouvrage historique consacré aux témoignages précieux que fournissent les peintures publicitaires et les enseignes commerciales, parfois oubliées, parfois indélébiles qui, les années passant, égaient bien malgré elles, ici et là, le paysage urbain. Car la ville a été de tout temps le terrain de jeu des publicitaires. Que ce soit par le biais des potences accrochées au-dessus des portes, de murs peints ou par la mise en lumière des façades. «De la pub plein les murs» est à la fois une évocation de l’importance prise par la publicité, principalement au cours des deux derniers siècles, et une approche patrimoniale en partant de l’exemple du pays de Charleroi. Le contenu n’est pas purement carolo et arbore une portée bien plus universelle. Il est habilement complété par la vision du «producteur» publicitaire d’une firme comme Delhaize Le Lion, et du questionnement de la pérennisation de ce mode d’expression tel qu’entrepris au Québec.

Anne-Sophie 

«De la pub plein les murs. Peintures murales et enseignes commerciales», de Collet, Joosten, Paquet, Parmentier, Vincke, éditions Racine, 187 pages, 29,95 €

 Cote: 3/5

La bataille de Waterloo comme si vous y étiez

Alors que Waterloo s’apprête à revivre ce week-end la défaite de Napoléon, 195 ans plus tôt sur la fameuse «morne plaine», les éditions Weyrich ont sorti un livre consacré à la célèbre bataille. Ce livre, on s’en doute, retrace ce qui fut l’une des plus grandes batailles de l’histoire européenne, tant par sa taille que par ses conséquences. Riche en illustrations, il s’appuie sur la reconstitution de la bataille et témoigne de la qualité et du soin apporté aux costumes et aux bivouacs organisés sur le site.

Christelle

«Waterloo – Champ de bataille de l’Europe», de Jean-Luc Duvivier De Fortemps, photos de Marc Fasol, éditions Weyrich, 160 pages, 24 €

Cote: 3/5