Pour les jeunes supporters…

specialfootC’est parti pour un mois complètement foot. Si vos enfants  s’y mettent aussi, voici deux livres qui devraient leur permettre de mieux comprendre le pourquoi des cris venant du canapé. La collection « Dis pourquoi » se met en effet elle aussi à l’heure de l’Euro et sort une édition « spéciale foot » dédiée aux bambins dès 7 ans. A l’intérieur de ce joli album avec patte aimantée? Des double-pages portraits de grandes équipes du moment (nos Diables rouges en font même partie!), plus de 150 questions-réponses pour être incollable sur le foot, 18 pages de jeu à remplir avec un feutre effaçable fourni avec le livre et un tableau des scores à remplir au fil de la compétition.

100%footLes vrais mordus (à partir de 7 ans) pourront ensuite tester leurs connaissances footballistiques sur les grands clubs, les joueurs célèbres, les règles du jeu etc avec cette « boîte à questions 100% foot. A l’intérieur du coffret: 78 cartes classées par difficulté (de 1 à 3) avec des questions réparties en six catégories (incroyables records, penalty & cie, stars du foot, clubs de légende, histoire du foot et coupes du monde, ainsi qu’un livret contenant les réponses et les règles du jeu.

« Dis pourquoi – spécial foot », éditions Deux coqs d’or, 100 pages, 13,50 €
« La boîte à questions 100% foot », éditions Deux coqs d’or, 10 €

Mais où est donc Ornicar ?

ornicarMais où est donc Ornicar? Me voilà tout mouillé, j’ai suivi un nuage. Les lieus ont percutés les pneus, résultat: ils ont des bleus. Professeurs, parents, enfants tout simplement: vous allez adorer ce livre. Il fourmille de trucs et astuces pour retenir tout ce que l’on a tendance à oublier.  Fini les fautes d’orthographe, de grammaire ou de conjugaison. Au total, pas moins de 100 moyens mnémotechniques y sont recensés. Pluriel des mots en eux, ordre des planètes, la table de 9,… Une page Facebook (ici) a même été créée pour partager ses propres astuces.

Christelle

« Mais où est donc Ornicar », éditions deux coqs d’or, 112 pages, 11,95 €

Cote: 5/5

 

Becca King en proie au doute

elizabethgeorgeLa romancière américaine Elizabeth George vit sur l’île pas très peuplée de Whidbey, au large de Seattle, dans l’Etat de Washington. De quoi apparemment lui avoir inspiré les aventures de sa jeune héroïne Becca King  dont le troisième tome est sorti il y a peu.
Installée sur l’île de Whidbey depuis près d’un un an maintenant après avoir fui son dangereux beau-père, Becca attend toujours des nouvelles de sa mère, partie chercher un endroit où, ensemble, elles pourraient s’installer en toute sécurité.
Tant bien que mal, Becca essaie de vivre une existence normale de lycéenne. Désormais, elle sort avec Derric, le beau gosse de sa classe, et s’est fait des amis: Jenn, sa meilleure amie, Seth et Hayley…
Mais une série d’incendies criminels vient perturber la tranquillité de l’île. Pour tenter de débusquer le pyromane, Becca va devoir apprendre à mieux maîtriser son don qui lui permet d’entendre des bribes de pensées des gens qui l’entourent. Et qui semble vouloir prendre de l’ampleur.
Décidément, chacun sur l’île cache bien ses petits secrets. On attend impatiemment de voir où la reine du crime, qui a délaissé son inspecteur Linley pour Becca et un public de jeunes adultes, veut nous emmener!

« Les flammes de Whidbey », d’Elizabeth George, Presses de la Cité, 400 pages, 19 €

Cote: 4/5

A la redécouverte du Petit Prince

Mark Osbpetitalbumstopmotionorne (le réalisateur de Kung Fu Panda) nous fait redécouvrir à travers les yeux d’une petite fille le chef-d’oeuvre d’Antoine de Saint Exupéry, sorti en 1946 chez Gallimard et aujourd’hui traduit en 265 langues, avec près de 145 millions d’exemplaires vendus de par le monde.
grandalbumstopmotionPour raconter l’histoire sans trahir l’oeuvre d’origine, il a imaginé une petite fille intrépide et curieuse, isolée dans un monde d’adultes, qui passe ses journées à étudier pour suivre le plan de vie tracé par sa mère. Jusqu’à ce que vienne s’installer à côté de chez elle un voisin excentrique: l’Aviateur (à qui André Dussolier prête sa voix à l’écran). Très vite, ils deviennent inséparables. Et l’Aviateur lui livre son secret le plus précieux, une histoire qu’il a vécue il y a bien longtemps, l’histoire du « Petit Prince ».
Le film sera sur nos écrans le 29 juillet prochain. De quoi inspirer à Gallimard la publication de cinq livres (disponibles dès à présent). Deux nouvelles éditions de l’oeuvre originale: le « petit album stop motion » qui reprend l’oeuvre originale de Saint-Exupéry abrégée pour les plus jeunes ( dès 4 ans) et illustrée par les images poétiques de l’animation en papier découpé du film et « le grand album stop motion texte intégral » pour redécouvrir toute la poésie de l’oeuvre originale illustrée grâce aux images d’animation. Et trois livres autour du film. « Le petit album du film » (l’histoire du film simplifiée et accessible dès 4 ans dans un format souple à petit prix); « L’album du film » (un bel album cartonné illustré par les images du film) et « Le roman du film« , la novellisation du film, accessible dès 8 ans et entièrement illustrée par les images du film en couleurs.

Christelleromandufilmlepteitalbumdufilmalbumdufilm

Sur la route des vacances !

etsionvoyageaitEt si on voyageait ?

La collection de livres documentaires ‘Et si on… » a tous les arguments pour séduire les enfants. Pour commencer, il s’ouvre sur une pochette remplie de pièces de puzzle (100 pièces à assembler pour reconstituer la ville de New York)! Au fil des pages, les destinations se succèdent. Paris, Londres, Rio de Janeiro, Istanbul, Sydney, New Delhi, Athènes, Tokyo et New York nous livrent tout sur leur histoire, leurs monuments célèbres, leurs spécialités culinaires, leur population… Un graphique dynamique, des planches qui se déplient, des « cherche et trouve » pour apprendre en s’amusant… Les enfants (dès 7 ans) adorent, et leurs parents en sont ravis !

« Et si on… voyageait? », de Marion Augustin, illustrations de J-S Deheeger et F.Foyard, éditions Deux Coqs d’or, 14,95 €

Cote: 4/5

HelloKitty_lesPaysApprendre les pays avec Hello Kitty

Hello Kitty nous fait découvrir les pays. Le Japon bien sûr, mais pas seulement. Etats-Unis, France, Russie,… Comment s’appelle la capitale de la Chine? Où se situe le Kenya? Quelle est la spécialité culinaire de l’Inde? Grâce à la plus célèbre des chatons, les fillettes deviendront bien vite incollables! Dès 3 ans.

Je découvre les pays avec Hello Kitty », éditions Hachette Jeunesse, 6,90 €

Cote: 4/5

tourdumondemmmeLe tour du monde des Monsieur Madame…

Sous la forme d’un bus londonien, les Monsieur Madame nous embarquent pour un tour du monde au travers de jeux. Première étape: Londres, Paris… puis cap sur la Suisse, l’Italie, l’Ecosse, l’Australie,les Etats-Unis, le Brésil, le Japon et même le Pôle Nord! Et pour agrémenter le voyage, charades, sudokus, jeux des différences, mots cachés, ombres… Même si on ne part pas aussi loin cet été, voilà de quoi s’occuper agréablement durant le trajet! On enchaînera ensuite, cela va de soi, par la dernière aventure mettant en scène ces bonnes bouilles: les Monsieur Madame partent en vacances! Des vacances organisées par Madame Bonheur, voilà qui en annonce la couleur ! Dès 3 ans.

« Le tour du monde des Monsieur Madame », de Hachette Jeunesse, 3,50 €
« Les Monsieur Madame partent en vacances », de Roger Hargreaves, éditions Hachette Jeunesse.

Cote: 3/5

trotrotourdumonde… et de Trotro

En route pour un tour du monde! A bord de son vélo, Trotro emmène sa petite soeur Zaza et leurs doudous. « Le monde est rond comme un ballon. Alors pour faire le tour du monde, il suffit de pédaler tout droit », dit Trotro. Avec eux, on visite successivement le Pôle Nord, l’Afrique, le Sahara, la Chine, l’Australie, le Brésil et les Etats-Unis. Un album grand format qui fera rêver les plus jeunes, au-delà les clichés! Dès 3 ans.

« Le tour du monde de Trotro et Zaza », de Bénédicte Guettier, éditions Gallimard-Jeunesse Giboulées, 15,25 €

Cote: 3/5

petitlapinblanclesvacancesTout en rond

Cet imagier tout en rond passe en revue les différentes activités de vacances: journée à la ferme ou à la mer, pique-nique dans les bois, jardinage, ski, toboggan au square, zoo… On se  déguise avec les copains, cuisine avec mamie, ou nage avec papa… La page de gauche est pleine de mots illustrer sur le thème. Pour apprendre en s’amusant avec Petit Lapin Blanc. Dès 10 mois.

« Petit Lapin Blanc – Mon imagier tout en rond – Les vacances », de Marie-France Floury et Fabienne Boisnard, éditions Gautier-Languereau, 5,90 €

Cote: 3/5

plastiquePlastique fantastique

Pendentif, bague porte-bonheur, bracelet, porte-lés, aimants, tableau en relief… C’est fou ce que l’on peut réaliser avec du plastique… fou. Ce livre de la collection « Les petits chefs » fournit une dizaine d’idées à réaliser pas à pas. Chaque étape est illustrée et les modèles en fin d’ouvrage permettent de décalquer l’objet choisi sans trop de difficultés. A partir de 5 ans.

Plastique fou en folie – si joli, si facile ! », éditions Les deux coqs d’or, coll. Les Petits Chefs, 6,90 €

Cote: 4/5

product_9782070664184_244x0Chez les grands-parents

Nouveau venu dans le monde des héros pour les petits, Eliott part en vacances chez ses grands-parents -Grandlou et Maminette- avec maman (papa, lui, malheureusement doit rester travailler…). Après un long trajet en voiture, les voilà arrivés. Grandlou et Maminette habitent au bord de la mer et Eliott n’a pas le temps de s’ennuyer. çà et là, des flaps à soulever. Mais la fin, un peu trop abrupte, nous laisse (malgré les crêpes) carrément sur notre faim… Dès 1 an.

« Eliott part en vacances », de Françoise de Guibert et Olivier Latyk, éditions Gallimard Jeunesse, 9,90 €

Cote: 2/5

Plus d’idées par ici

Quand Anthony Horowitz nous plonge dans l’univers de Sherlock Holmes…

moriartySherlock Holmes et le Dr Watson auraient-ils trouvé en Atheley Jones et Frederick Chase leurs dignes successeurs? La fin du roman vous le dira! Mais en attendant le dénouement, leur enquête vous transportera avec délectation dans l’univers mondialement connu créé par Sir Arthur Conan Doyle, non loin du 221B Baker Street.

Cette fois, l’histoire n’est pas racontée par le fidèle Watson, mais par Frederick Chase, détective à l’agence Pinkerton de New York, dépêché en Europe après les événements tragiques au cours desquels l’illustre Sherlock Holmes et son ennemi juré, le Professeur Moriarty auraient péri.

Venu en Europe pour confronter Moriarty au sujet d’une lettre que lui aurait envoyé un certain Devereux, chef de la pègre américaine, Chase arrive donc trop tard. Et alors qu’il entame son enquête, il fait la connaissance de Jones, un inspecteur dépêché par Scotland Yard et formé aux méthodes de feu Sherlock Holmes. Les deux hommes décident de collaborer. Commence alors une traque sans relâche qui les mènera jusqu’à Londres. Tandis que les lieutenants de l’insaisissable Devereux sont mystérieusement assassinés les uns après les autres, Chase et Jones remontent lentement la piste qui les mènera à la vérité sur les circonstances de la disparition de Moriarty, et celle de son ennemi favori, Sherlock Holmes.  Dans la lignée de « La Maison de Soie« , paru en 2011, Moriarty » est publié simultanément en jeunesse chez Hachette Romans et en adulte aux éditions Calmann-Levy. Auteur de plus d’une vingtaine de livres pour enfants et adolescents (« L’île du Crâne », « Le Faucon malté », « Satanée grand-mère »…), l’écrivain britannique Anthony Horowitz collectionne les prix. Sa série « Alex Rider » s’est vendue à plus d’1 million d’exemplaires en France.

Christelle

« Sherlock Holmes est mort, vive Moriarty », d’Anthony Horowitz, éditions Hachette Jeunesse, 360 pages, 17,50 €

Cote: 4/5

Bob Tarlouze en Afghanistan

tarlouze3Bob Tarlouze, hétéro malgré son nom qui prête à sourire, est appelé à la rescousse par Najmah, son ancienne nounou d’origine afghane. L’une de ses collègues de Médecins sans frontières, Alexia, a disparu en plein jour, dans le Bazar de Kaboul. Le plus célèbre fan de la panthère rose s’envole donc pour l’Afghanistan. Mais les hommes vêtus de rose n’ont pas vraiment la cote dans le pays. Dans ce tome 3 de ses aventures, Bob a pris quelques années (au point d’être entré dans la vie active). Au travers des différentes péripéties qui attendent son héros, l’auteur, le Belge Frank Andriat,  nous fait découvrir une fois de plus les us et coutumes de ce pays qui le fascine.

Christelle

« Les aventures de Bob Tarlouze – Tome 3 – Bons baisers de Kaboul », de Frank Andriat, éditions Ker, collection Double Jeu, 148 pages, 10 €

Cote: 4/5

Une saga pour adolescentes

16 lunesLes quatre tomes de la série Sublimes Créatures réunis en un élégant coffret… Si vous n’avez pas encore en votre possession l’un des 800.000 exemplaires de la saga, foncez! D’autant que le coffret propose en bonus l’édition poche de la nouvelle « Sublimes Lunes », qui fait le lien entre 17 et 18 lunes. L’amour sera-t-il plus fort que le destin? Au cœur de la série, Ethan & Lena, un ado humain qui tombe amoureux d’une jeune-fille surnaturelle. Mais à vos risques et périls… Car en vous y plongeant, vous risquez de ne pas voir ces vacances passer! A partir de 13 ans.

Christelle

« Saga 16 lune – Sublimes Créatures », de K. Garcia & M. Stohl », éditions Livre de Poche Jeunesse, 29,90 €

Cote: 4/5

Activités manuelles

tricotParfait pour occuper les enfants (dès 6 ans) durant ce congé d’hiver… De la laine turquoise, rose et mauve, de jolies aiguilles, des ronds pour faire des pompons et un livre pour apprendre le b.a-ba. Ce coffret comprend tout  ce qu’il faut pour apprendre à tricoter. D’abord, des pages techniques pour y apprendre les bases du tricot. S’en suivent des pages proposant 12 créations à réaliser pas à pas. De quoi se confectionner pour la rentrée de janvier mitaines, petits sacs en laine, bonnets, snoods… Ou alors réaliser de jolis cadeaux à placer sous le sapin. Pour les copains ou les poupées!

Christelle

« Coffret: mes premiers tricots et pompons », éditions Deux coqs d’or, 14,95 €

Cote : 4/5

Enigmes pour petits monstres

grimoireUn grimoire plein d’énigmes à faire peur, voilà qui devrait occuper les petits monstres (dès 7 ans), durant ce break d’automne. Devinettes de la pleine lune, rébus tordus, charades maléfiques, anagrammes du sorcier, labyrinthe hanté, carré de l’enfer ou logigramme du donjon… Le tout en rouge sang et noir & blanc. Grâce au feutre noir et au papier effaçable, on peut même s’y risquer autant de fois qu’on osera !

« Le petit grimoire des énigmes à faire peur », éditions les deux coqs d’or, 12,90 €

Cote 4/5

Léa 2.0

leaolivier6Même en vacances, la vie de Léa est plutôt du genre compliquée! La famille Olivier s’en va en effet passer les vacances de Noël à Cuba, sur les plages paradisiaques de Varadero. Mais entre une tornade, la tourista, et une petite fille de 10 ans qui s’est autoproclamée sa nouvelle best, Léa n’a pas vraiment l’occasion de séduire comme elle le voudrait le beau Mathias. Qu’à cela ne tienne, pour cette nouvelle année qui commence, Léa a décidé d’être une nouvelle elle, plus optimiste, tolérante, s’intéressant davantage aux autres. Une bonne résolution vite soumise à rude épreuve. Car de retour au bercail, un nouveau copain poilu de son frangin Félix, Zack, décide d’élire domicile chez eux. Et les nunuches n’ont pas dit leur dernier mot non plus. Heureusement, Léa peut toujours compter sur sa gang: Marilou of course, mais aussi Jeanne et Katherine. On y retrouve également ses ex: Alex, Eloi et même Olivier. Mais en tout cas, ce qui est sûr, c’est que vu comment se termine ce sixième tome, Léa ne sera bientôt plus la seule à avoir une vie compliquée! Non mais, Marilou, quand même!

Christelle

« La vie compliquée de Léa Olivier – 6. Tornades », de Catherine Girard-Audet, éditions Kennes, 412 pages, 15 €

Cote: 4/5

Back to school!

calendrierPour une année or-ga-ni-sée!

Fini les vacances, les grasses mat, le farniente! Pour retrouver le rythme, être sûr de ne pas oublier un rendez-vous chez le docteur et toujours savoir qui va chercher les enfants et les conduit à leurs différentes activités, on opte pour un grand calendrier familial à afficher dans la cuisine. Celui-ci est muni d’aimants: pratique pour le fixer sur le frigo. Même s’il peut aussi se punaiser partout ailleurs. En un coup d’œil, on a un aperçu de qui fait quoi chaque semaine. En dessous du calendrier, une pochette (avec trombones de maintien) pour ranger les quelques papiers en attente de classement. Mais elle sert aussi d’ardoise où griffonner avec le joli feutre (au bouchon effaceur!) fourni. Des stickers au visage de smileys ou affichant des tâches ménagères permettent d’éviter parfois les longs discours. Le calendrier est aussi accompagné d’un bloc notes pour les courses, également aimanté.Un mini guide glissé dans le calendrier donne en plus aux parents quelques conseils pour apprendre à leurs rejetons l’autonomie. Un seul regret: si le calendrier est disponible partout en francophonie, les congés scolaires et les infos de sorties sont destinés, eux, uniquement aux Français.

« Calendrier familial – septembre 2014 à septembre 2015 », éditions Marabout, 28 pages, 14,90 €

VDMVDM
Aujourd’hui, vous avez besoin d’un agenda qui vous prouve qu’il y a toujours plus à plaindre que vous dans la vie? VDM sort justement pour la rentrée un tel carnet avec, pour chaque jour, du 1er septembre 2014 au 31 août 2015, une adectote racontée sur le célèbre site wwww.viedemerdre.fr. En bonus en fin de carnet, quelques pages de VDM impubliables sur le site (et on comprend pourquoi). Ainsi quel les signes du zodiaques, version bien sûr VDM.

« L’agenda VDM », éditions Privé, 9,95 €

USA_NathanDe la culture en concentré
Les grands explorateurs, les Etats-Unis, le cinéma ou encore l’histoire de France. Les éditions Nathan lancent une nouvelle collection d’ouvrages ludiques et synthétiques pour travailler la culture générale de toute la famille. Un concentré d’infos en 50 points essentiels qui restituent portraits, fiches d’identité, dates clé et anecdotes rigolotes sur les différents thèmes abordés. En bonus sur chaque ouvrage, un flashcode à scanner vers un quiz gratuit à télécharger.

« Les Etats-Unis », de Gérard Dhôtel, illustrations de Stéphane Nicolet, éditions Nathan, 80 pages, 7,50 €

lecoledetchoupiA l’école avec T’choupi…

Sur la couverture en relief, un joli cartable tout neuf! Car dans ce grand album cartonné, T’choupi prend la direction de l’école. Mais où est passé Doudou? T’choupi fouille partout. Casier, placards, cour de récré, cartable… On soulève les rabats pour lui donner un petit coup de main. Mais doudou reste introuvable. Jusqu’à la toute dernière page! Heureusement, parce que c’est l’heure de la sieste! Un album grand format et rigolo pour bien préparer l’entrée à la maternelle. A noter que l’ami des petits cherche son doudou partout. La collection « Cherche Doudou avec T’choupi » balade ainsi les enfants au marché, sur la plage, dans le jardin ou encore au square.

« L’école de T’choupi », de Thierry Courtin, éditions Nathan, 17,90 €

Cote: 3/5

trotro_cantine… et à la cantine avec Trotro

Votre bout de chou a décrété que la cantine, c’était berk? Pas de panique, l’âne Trotro arrive une fois encore à la rescousse des parents pour montrer le bon exemple aux enfants… ou presque. Car le pétulant mais impétueux petit âne non plus n’aime pas la cantine. Or l’y voilà avec ses amis. Boubou espère des frites. Et Nana est la seule à manger de tout. Bien sûr les petits pois volent. Bénédicte Guettier s’en donne à cœur joie dans les dessins. Trop rigolo la cantine!

« L’âne Trotro va à la cantine », de Bénédicte Guettier, éditions Gallimard Jeunesse Giboulées, 5,60 €

Cote: 3/5

Eliott_ecoleUne journée à l’école

De l’arrivée en classe à la garderie de fin de journée en passant par les différents ateliers, la récré, le cours de gym, la cantine et la sieste, ce livre animé passe en revue les moments clés d’une journée en maternelle. On y suit Eliott est ses petits camarades au cours de leurs jeux et leurs diverses activités. Outre sa forme originale, le livre est plein de surprises: flaps, rabats… et même un mini livre à feuilleter.

« L’école d’Eliott », de Françoise de Guibert et Olivier Latyk, éditions Gallimard Jeunesse, 15,90 €

Cote: 3/5

Comme à la maternelle

activite_maternelleReconnaître les formes et les différentes couleurs, apprendre à compter jusqu’à neuf, découvrir les lettres de l’alphabet,… Destiné aux enfants de 3 à 6 ans, ce gros livre carnet équipé d’une ardoise magnétique et d’une pochette pleine de magnets permet d’apprendre tout en s’amusant.  Les petites mains pourront assembler les magnets pour reproduire les modèles et former leurs premiers mots. Les bambins un brin plus grands (4 à 7 ans) s’appliqueront eux à lire l’heure avec ce livre-horloge. horlogeParu lui aussi dans la collection « Haut comme 3 pommes » de Nathan, il est muni d’un cadran rabattable, d’un semainier et d’autocollants. De page en page, on y apprend bien sûr à lire l’heure mais aussi à repérer les rituels dans les 24 heures d’une journée, à suivre jour après jour le déroulement de la semaine et à découvrir le phénomène des saisons.

« Mes premières activités d’école maternelle » et « Mon premier livre horloge », de Madeleine Deny et Etsuko Watanabe, éditions Nathan, collection Haut comme 3 pommes, 40 pages, environ 16 €

Cote: 4/5

KimamilaLes héros de la lecture

Les éditions Nathan ont conçu des collections bien pratiques pour les enfants qui apprennent à lire. La collection Je déchiffre s’adresse aux bambins dès 6 ans. Le niveau correspond aux acquis du premier trimestre. Le récit se lit à deux voix. Tandis qu’un « grand » lit l’histoire, l’apprenti lecteur, lui, déchiffre les bulles. Viennent ensuite les collections « Je commence à lire » (pour les acquis du second trimestre) et « Je lis tout seul » (à partir du 3e trimestre de l’année scolaire) qui proposent en fin d’ouvrage un lexique et des jeux pour jouer avec les mots. Bien d’à propos en cette rentrée scolaire, les aventures de Kimamila, le héros de la méthode de lecture, et la récré ensorcelée.

« Les aventures de Kimamila », de Anne Loyer et Nils, éditions Nathan, 32 pages, 4 €

Cote: 4/5

camille3La guerre des gommes

Vous ne connaissez pas encore Camille? Cette nouvelle héroïne (destinée aux 8 ans et plus) a décidé de devenir un enfant parfait. Mais elle a encore du boulot pour y parvenir! Après un premier tome où elle avait ensorceler sa mère et son beau-père et un deuxième dans lequel elle invente une fausse société pour trouver le père biologique de sa meilleure amie, cette fois, c’est en classe que cela se passe. En tant qu’enfant parfaite, Camille propose donc au nouveau, Justin, qui ne connait personne, de s’asseoir à côté d’elle. Mais le voilà qui la critique sans arrêt. C’est sûr, Raphaële, la meilleure amie de Camille, ne l’apprécie pas. Il est vrai que le nouveau fait régner la terreur dans la cour de récré avec son « club ». Mais est-ce une raison pour partir en guerre? Camille va devoir choisir son camp… Une série qui plaira aux filles autant qu’aux garçons.

« Camille et compagnie – Tome 3 – La guerre des gommes », de Sophie Laroche, éditions Hachette Jeunesse, 174 pages, 10 €

Cote: 3/5

AchilleLe nouveau de la classe

Chouette, la maîtresse annonce à la classe l’arrivée d’un nouvel élève. Mathilde la lapine, Maxime la taupe, les trois frères souris et Herbert le renard sont tout excités! Mais quand la porte s’ouvre sur le nouveau, tout le monde hurle! Achille n’est pas le nounours auquel il s’attendait. Achille est un énorme grizzly, effrayant et poilu. Pas facile du coup pour lui de se faire des amis. Mais on a toujours besoin d’un plus grand que soi! Surtout face au vilain gang des rats! Une histoire de rentrée des classes.

« Dure rentrée pour Achille », de Carrie Weston et Tim Warnes, éditions Mijade, 11 €

Cote: 2/5

cancresPerles de cancres

Corriger les copies d’élèves peut parfois être harassant.  Heureusement pour les profs, on tombe parfois sur de vrais petits bijoux de naïveté, de poésie ou d’incompréhension! Ce recueil en  recense plus de 300. Aucune discipline n’est épargnée. Français, math, histoire, géo, sciences… Quelques exemples pour la route? « Le maquis est un poisson japonais ». « L’agriculture bio est une culture faite pour les riches ». « Racine carrée c’est l’album de Stromae ». « La différence entre la mer et l’océan, c’est que la mer c’est féminin et l’océan masculin ». « Une autocritique est un article de journal (…) qui fait la critique des voitures. « Une MST est une maladie sexuellement transférable »…

« Brèves de cancres », éditions Chiflet&Cie, 128 pages, 10 €

Cote: 3/5

antidicteesAntidictées

Jean-Loup Chiflet, dit le « grammairien buissonnier » a concocté une trentaine d’antidictées. Chacune d’entre elles contient une vingtaine de fautes d’orthographe. Au lecteur de les repérer avant de passer au corrigé détaillé rappelant les règles de français concernées. Chaque texte cible un vocabulaire spécifique: gastronomie, musique, mer, architecture, œnologie…

« Mes antidictées », de Jean-Loup Chifflet, éditions Chiflet&Cie, 144 pages, 12,50 €

Cote: 3/5

jennyandjackDes livres billingues

Jenny & Jack, une petite sorcière et son perroquet, initient les bambins (dès 5 ans) à l’anglais. En texte continu, l’histoire en français. Dans les bulles, des mots d’anglais à mémoriser. La méthode a été conçue par des enseignants. Dans le premier album destiné à apprendre à compter, Jenny & Jack participent à un grand jeu dans la forêt. Pour gagner, ils devront faire preuve de malice… Un flashcode permet, qui plus est, de  télécharger la version audio de l’histoire.

« Let’s count together with Jenny and Jack », de O.Lallemand, T. Page-Jones, E. Fouquier, éditions Nathan, 32 pages, 7,50 €

 

totoDu Toto à gogo
Adepte des blagues de Toto? Ce cahier est rempli des blagues de ce petit écolier. Au milieu de taches d’encre, de boulettes de papier et de lignes d’écriture raturée, on découvre donc un florilège de ces blagues de potache. On vous en met une pour la route? « Toto rentre d el’école et annonce fièrement à son papa: -Aujourd’hui, j’ai très bien répondu à la question de la maîtresse! -Ah? s’étonne le père. Et quelle était la question? -Elle a demandé ‘qui a mis cette punaise sur ma chaise?’ et j’ai répondu: ‘c’est moi!’ »

« Les véritables zistoires de Toto », de Laurent Gaulet, éditions First, 112 pages, 9,95 €
Cote: 2/5

dire_ne_pas_direNe dites plus…

Dit-on « elle a l’air malin » ou « elle a l’air maligne »? Le haricot ou l’haricot? Tout à coup ou tout d’un coup? D’ailleurs ou par ailleurs? Sabler ou sabrer le champagne? Débuter ou démarrer? Les académiciens et les linguistes du quai Conti passent en revue dans ce petit livre quelque 150 emplois fautifs, abus de sens, néologismes ou anglicismes. Parce qu’il n’est pas inutile en cette rentrée scolaire de réviser les subtilités de la langue française.

« Dire, ne pas dire – du bon usage de la langue française », de l’Académie française, éditions Philippe Rey, 192 pages, 12 €

Cote: 4/5

Même pas peur!

teddyVotre bout de chou a peur du noir ou du grand méchant loup? Et si vous adoptiez un monstre? Dessinés par des enfants, ces sept adorables balafrés colorés et aromatisés -made in Belgium qui plus est- ont un pouvoir magique: celui de faire peur… aux peurs !

Il y a Skully, à qui le noir ne fait même pas peur.  Mummy, que les vieilles skullysorcières n’effraient pas.  Ginger est insensible aux affreux fantômes. Zoombie, lui, fait peur aux vilains monstres. Et puis il y a Hammer, qui ne craint pas les grosses catastrophes. Oswald, sur qui les zoombieméchants microbes n’ont aucune prise. Et enfin, le super-monstre, baptisé Teddy, qui n’a même pas peur… tout court!

mummyAu total, sept totems joliment affreux pour faire peur à toutes les frayeurs que l’imagination fertile des bambins entre 3 et 12 ans peut créer.

Avec son sourire édenté, sa couleur grenadine  et sa taille parfaite pour hammerêtre serré très fort dans les bras, Zoombie, par exemple, aide les plus petits à affronter la peur des animaux (domestiques ou sauvages) , la phobie des insectes (comme les araignées) ainsi que la peur de créatures imaginaires aussi terrifiantes que les vampires et les loups garous. Hammer, avec ses grands yeux ronds et sa couleur vert d’eau, vient, lui, à la rescousse en cas de peur du tonnerre, mais aussi de l’avion et des transports, voire du mal du voyage. Très utile donc en cette période oswaldestivale!

Les parents les trouvent parfois hideux. Mais les enfants, eux, comprennent tout de suite que  «pour faire peur à un monstre, il faut un gentil monstre», comme nous l’explique Gauthier Bribosia, le «papa» de ces Fear Hunters, puisque tel est leur nom. Ou plus exactement le papa de leurs deux concepteurs. Car ces «chasseurs de peur» ont en réalité été dessinés par ses deux garçons d’alors 7 et 11 ans, un après-midi de vacances.  Avant que leur grand-maman ne donne un vrai visage à leurs gingeresquisses!

«Beaucoup de mamans sont inquiètes parce qu’elles voient des balafres et des cicatrices et se disent que cela va faire peur à leur enfant. Or ce n’est pas le cas», poursuit Gauthier Bribosia. «La psyché des enfants est très différente de la nôtre. Ils sont beaucoup plus dans la spontanéité.  Il n’y a qu’à voir comment la plupart des enfants sont fiers de leurs cicatrices. Ou Harry Potter!»

S’approprier le pouvoir du personnage

En grandissant, les enfants doivent appréhender différentes peurs. La première à laquelle ils sont généralement confrontés, vers l’âge de deux ou trois ans, est la peur du noir.  «La peur du noir, c’est la symbolisation de la séparation», explique Gauthier Bribosia. «Il y a un moment où l’enfant prend conscience que son corps est distinct de celui de sa mère et de son père. Cela crée une angoisse de séparation. C’est une étape inévitable. Pour se rassurer, l’enfant a souvent besoin d’un objet transitionnel, le doudou.»

D’accord, mais qu’est-ce que ces peluches  ont de plus qu’un simple doudou, si ce n’est une forme bizarroïde, vous demandez-vous? C’est simple : ils ont été recousus!

«Ils sont tous un peu différents, mais il y a une norme, c’est qu’ils ont été recousus», répond le concepteur des Fear Hunters. Comprenez : ils ont eu des bobos et ont été rafistolés.  «C’est un peu le concept du doudou qui a été réparé parce que l’enfant ne veut pas se séparer de lui. Et en même temps, c’est la marque d’une blessure, mais qui est passée, qui a été surmontée.»

À eux sept, ces personnages bizarroïdes couvrent donc l’ensemble des grandes catégories de peurs qu’un enfant va rencontrer entre 3 et 12 ans. «Ces personnages n’ont pas peur de ces phénomènes. Ils vont donc servir de vecteurs transitionnels pour les enfants qui vont pouvoir s’approprier le pouvoir du personnage. Jusqu’à ce qu’ils développent leurs ressources qui vont leur permettre de ne plus avoir besoin de leur copain».

Terreur à la CaveDes livres et des fragrances

Ces «Fear Hunters» sont en outre devenus les vedettes de contes, imaginés eux aussi spécialement pour vaincre une angoisse bien précise. Les trois livres déjà parus traitent de la peur du noir, de celle des catastrophes naturelles et la peur des monstres. Le quatrième épisode traitera lui de la peur des microbes, et sortira à l’automne.

«Nous avons voulu couvrir toutes ces peurs  de manière drôles, légères,… C’est pourquoi on les a accompagnées d’une histoire», raconte encore Gauthier Bribosia. «Les histoires sont forcément celles de ces personnages. Elles sont surtout scénarisées avec Diane Drory, une pédothérapeute belge spécialisée dans la petite enfance, avec une très grande expérience. C’est donc  ‘validé’ par une professionnelle. Ce n’est pas n’importe quoi ce qu’on raconte!», rassure-t-il!

Les parents les plus curieux trouveront en plus, à la fin des ouvrages, quelques informations pratiques sur la thématique abordée par le conte et sur les peurs en général.

aromasLa dernière petite touche pour faire peur aux peurs -et cela, c’est l’élément magique, nous confie le papa des Fear Hunters-, c’est le spray aux huiles essentielles qui fait échos à chaque personnage. «On va utiliser des plantes qui rappelleront tantôt la couleur, tantôt le pouvoir du personnage. Ils vont apporter l’effet que le personnage apporterait pour conforter l’enfant», explique-t-il.

Chacune des plantes a donc été étudiées sur base de ses vertus médicinales. «On sait que la lavande est anxiolytique, l’eucalyptus est bronchodilatateur, donc va permettre une meilleure respiration, etc. Et puis, il y a des synergies: on va combiner différentes plantes ou essences pour créer un effet mieux cibler. On va par exemple cibler les poumons, ou l’estomac.»

Ces huiles essentielles ultra douces ont été développées avec  la société belge Pranarôm. Elles sont vendues en pharmacie ou sur le site des Fear hunters directement.

«C’est de l’aromathérapie pour les enfants. On est les premiers à proposer une solution pour les enfants spécifiquement -pas pour les bébés et pas pour les adultes », nous dit encore Gauthier Bribosia.

Quant au principe, il est tout bête: «Papa ou maman vaporise le doudou à 20 cm du personnage,  attend deux à trois minutes que les vapeurs d’alcool se dissipent. Puis donne le doudou à l’enfant.»  Ensuite, les monstres n’ont qu’à bien se tenir ! Même plus peur!

Christelle

www.fearhunters.com

La relève de Twilight assurée !

Salmacis_tome 1Que les amateurs de « Twilight » et de « Sublimes Creatures » se rassurent, la relève est assurée! La lauréate du concours organisé par la collection Black Moon spécialisée dans la littérature pour jeunes adultes va vous faire délicieusement frissonner avec sa saga « Salmacis ». Son héroïne s’appelle Faustine, a 16 ans et un frère jumeau, Sasha. Après la mort de leur père et le suicide de leur mère, les deux ados sont envoyés dans un pensionnat perdu en montagne. C’est là que Faustine fait la connaissance du beau et mystérieux Andréa, qui l’attire irrésistiblement, évidemment! Mais à l’image des Cullen, la famille d’Andrea n’est pas tout à fait une famille ordinaire. Pas de vampires toutefois, ici, non! C’est au cœur de la mythologie que nous plonge Emmanuelle de Jesus avec ses naïades et hermaphrodites. Le premier tome -L’élue- est paru au printemps. Le second est attendu pour octobre.

Christelle

« Salmacis – L’élue », d’Emmanuelle de Jesus, éditions Hachette Jeunesse, collection Black Moon, 396 pages, 16 €

Cote: 4/5

Vive les vacances !

jean-michel-le-caribouSuper-héros en vacances

Même les super-héros ont besoin de vacances! On suit donc Jean-Michel, le caribou des bois, vers son île de rêve. On l’aide à faire son sac. A trouver le chemin. Affronter pluie, flocons, nuages…Puis à trouver son île. Vaincre les méchants Koumpfs. Ouf! Jean-Michel débarque enfin en Poponie, le pays des Petits Poneys très joyeux. Mais là encore, plein d’activités l’attendent… Coloriages, dessins, labyrinthe, différences à repérer, chiffres à relier… Un cahier d’activités pour les enfants dès 3 ans… aidé d’un adulte.

« Jean-Michel, un super-héros fatigué en vacances », de Magali Le Huche, éditions Actes Sud Junior, 32 pages, 9,90 € 

Cote: 3/5

chaperonrougeDes contes à décorer

Vos loulous sont encore un petit peu jeunes pour les cahiers d’activités? Certainement pas pour coller des autocollants! Vous les occuperez des heures avec ces contes à décorer. « Le Petit Chaperon rouge », « Les trois petits cochons », « Pierre et le loup », « Boucle d’or et les trois ours »… Les éditions Larousse proposent des jolis contes traditionnels à illustrer soi-même, au moyen de stickers fournis en fin d’ouvrage. Les bambins bien appliqués pourront replacer les grands autocollants sur les silhouettes et coller les plus petits là où l’envie le leur dit! Après, il ne reste plus aux parents qu’à leur lire l’histoire…

« Mes contes à décorer – Le petit Chaperon Rouge », éditions Larousse, 5,90 €

Cote: 4/5

braceletsbresiliensBracelets brésiliens

Pour s’occuper dans la voiture, l’avion, sur la plage ou tout simplement à la maison, ce gros carnet explique pas à pas toutes les étapes pour réaliser neuf modèles de bracelets. Bracelet d’été, wrap « afro », arc-en-ciel, à rayures… Les techniques de bases présentées, il ne vous reste plus qu’à choisir votre modèle, et bien sûr vos couleurs parmi les fils fournis dans la pochette à zip. A partir de 6 ans!

« Mon kit bracelets brésiliens », éditions Deux Coqs d’or, 9,95 €

Cote: 4/5 

mathisBerk les vacances

En tant que parents, à la lecture des premières pages de cet album, on commence par se dire que l’auteur est cruel et a complètement perdu la tête. C’est vrai, quoi! Départ en vacances. Les enfants s’endorment à l’arrière de la voiture (jusque là, certes, tout va bien)… et les parents en profitent pour abandonner le chien Tobi en cours de route. Inutile de vous dire que les vacances des enfants commencent mal et que Sacha et sa petite sœur Jacqueline prennent leurs parents pour des monstres. Fort heureusement la fin de la BD prouve que les apparences sont parfois trompeuses et nous rassure sur la psychologie de l’auteur. L’histoire est agrémentée des dessins aux teintes noires et oranges dominantes de l’auteur de la série Boris actuellement diffusée sur France 5. Au final donc, une variation agréable sur le thème déjà abondamment décliné des vacances. Pour les enfants dès 6 ans.

« Je hais les vacances », de Mahis, éditions Actes Sud, 48 pages, 4,95 €

Cote: 4/5

vahines

Boîte à coloriages

A l’intérieur de cette jolie boîte aux contours de Vahiné, des feuilles de coloriage… en forme de vahinés, cela va de soi! Des feuilles différentes recto-verso. Mais la boîte contient aussi des jeux (eux aussi sur des feuilles au format de la boîte évidemment): jeux des différences, jeux des paires, des ombres, cherche et trouve, pointillés à compléter, labyrinthes, puzzles… Et pour finir, des feuilles de stickers au air de vacances… Pour les enfants dès 3 ans (à condition d’être aidé par un « grand »).

« Petites Vahinés – 100 jeux et coloriages – stickers », éditions Gauthier Lauguereau, 8,90 €

Cote: 4/5


patissierJeux gourmands

Ce cahier d’activités pour petits gourmands nous fait explorer l’univers délicieux de la pâtisserie. Inspiré du travail de Philippe Conticini, le créateur de la pâtisserie des rêves, il nous plonge dans l’univers délicieux des babas au rhum, des madeleines, choux à la crème, et autres sucreries. Au menu? Inventer des noms de gâteaux, dessiner la dînette de Boucle d’or et les trois ours, créer un gâteau pour un salon de thé féérique, fabriquer des chapeaux gourmands ou faire goûter à Alice (du pays des merveilles) des ingrédients magiques… A partir de 7 ans.

« Jeux et rêves de petits pâtissiers », de Cécile Guibert Brussel & Aki, éditions Actes Sud Junior, 48 pages, 13,90 €

Cote: 3/5

stylisteOccupations girly

Envie de devenir styliste? Ce carnet fournit aux stylistes en herbe (dès 10 ans) trucs et astuces pour dessiner les vêtements de leurs rêves. Elles y découvriront les différentes facettes du métier, des trucs de créateurs pour dessiner comme une pro ainsi que des anecdotes sur la mode et les grands couturiers. On y trouve aussi des tests pour évaluer sa culture mode, des conseils sur la sélection de tissus, le choix des matières, des couleurs et motifs,… Sans oublier l’art de l’accessoire. Des silhouettes ne demandant qu’à être customisées permettent aux jeunes apprenties de laisser livre cours à leur imagination. Après, il ne reste plus qu’à trouver un logo et organiser le défilé!

« Profession styliste – Tout pour créer ta première collection », Catherine Pouligny, Pascale d’Andon et Magalie Foutrier, éditions NAthan Jeunesse, 96 pages, 10,90 €

Cote: 4/5

dansePour les ballerines

Ce livre d’activités lui aussi très girly s’adresse aux ballerines (à partir de 7 ans) qui y trouveront coloriages,  jeux, mandalas, petites histoires, découpages et origamis sur le thème de la danse classique… On y suit Isadora, « petit rat » à l’Opéra de Paris, Clara et son beau Casse-Noisette, ou encore la danseuse du Lac des Cygnes… Mais le carnet, très pratique avec sa couverture à spirale (rose, of course!) contient aussi deux planches de pochoirs ainsi que des stickers à coller dans des décors.

« Mon grand livre d’activités 100% danse », éditions Deux Coqs d’or, 96 pages, 13,50 €

Cote: 4/5


Pour les ados

benoit-olivierVous connaissez Léa Olivier, la jeune héroïne québécoise à la vie compliquée? Voici son équivalent au masculin! Venu tout droit lui aussi du Canada, Benoit-Olivier -dit « Bine »- a 13 ans, est le prince incontesté de la blague et des concours de rots dans son école, et vit également des aventures captivantes dont les deux premiers tomes sont parus. On y retrouve ici aussi des expressions canadiennes dans toutes leur saveur. L’occasion par exemple de découvrir que la « chnoute », dont il est question dans le titre du tome 2, est un mot poli et coloré pour en remplacer un autre plus vulgaire! Mais on rassure tout de suite les parents: la série n’en reste pas moins tout à fait recommandable!

« L’incroyable histoire de Benoit-Olivier – Bienvenue dans la chnoute », de Daniel Broulette, Kennes éditions, 288 pages, 14,20 €

Cote: 4/5

Christelle

L’ours au chapeau rouge et manteau bleu

Paddington1Paddington: drôle de nom pour un ours! C’est que l’histoire de cette célèbre boule de poils commence dans cette gare londonienne où les Brown l’ont trouvé.  Autour de son coup, une étiquette: « s’il vous plaît, veillez sur cet ours, merci ». Arrivé du fin fond du Pérou, Paddington, attachant mais maladroit, fait rapidement régner un joyeux chaos dans sa nouvelle famille d’adoption.

Paddington_jardineTraduites dans une quarantaine de langues, les aventures de l’ourson brun devenu presque aussi célèbre que son cousin Winnie enchantent les enfants du monde entier depuis plus de 50 ans. Aujourd’hui, elles s’apprêtent même à passer du papier au grand écran puisque l’ours au chapeau rouge et duffle coat bleu débarquera dans les salles obscures en décembre.  Son éditeur francophone, Michel Lafon, profite de l’occasion donc pour republier les aventures de l’ours Paddington dans des albums au joli format carré (pour les 3-6 ans). Deux romans (pour les 7-10 ans) suivront en novembre.

Quant au créateur de cet ami poilu des 3 à 6 ans, Michael Bond , il a été nommé Officier de l’Ordre de l’Empire Britannique pour services rendus à la littérature jeunesse en 1997. Il vit aujourd’hui à Londres… à quelques pas de la station de métro Paddington of course!

Christelle

« Paddigngton – L’histoire de l’ours qui venait du Pérou » et « Paddignton jardine », de Michael Bond, éditions Michel Lafon, 32 pages/ album, 12,70 €

Cote: 5/5

 

Une ado qui fait un carton

catherineGirardAudetSa jeune héroïne québécoise à la vie compliquée fait un carton chez nos ados! Rencontre avec Catherine Girard-Audet, une auteure à l’accent plein d’exotisme.

Vous étiez une ado comme Léa? Vous partagez beaucoup de points communs avec elle?

«Le physique, quand on voit la couverture! Mais oui, la vie de Léa est inspirée étroitement de la mienne. J’ai changé plusieurs fois d’école dans le secondaire. J’ai déménagé comme Léa. Cette partie-là est tirée de ma vie. J’étais aussi une ado qui essayait de trouver sa place. Mais pour ce qui est la ‘best’, internet n’était pas à l’époque ce qu’il est maintenant. J’écrivais des lettres. Et au fur à mesure, -il y a deux semaines qui passent entre chaque lettre-, on finit un peu par perdre le fil. Quelques années plus tard, une de mes amies est partie de Montréal en Suisse. Elle est toujours mon amie aujourd’hui. C’est vraiment la magie de ce qu’internet peut faire. C’est aussi pour cela que j’ai choisi ce moyen-là dans mes romans.»

Cette série est née comment?

«Il y a un peu plus de deux ans, des gens m’ont convaincu d’écrire une série jeunesse. Pour être sûre de ne pas me planter, je me suis dit autant parler de quelque chose que je connais. J’ai donc décidé de m’inspirer de la chose qui m’avait le plus marqué durant mon adolescence, cette espèce de déracinement, le fait de changer de ville. Parce que quand on est ado, changer d’école, c’est le drame. Puis le format de courriel m’est venu tout naturellement parce que c’est la meilleure façon pour Léa de rester en contact avec son amie. Moi, de mon côté, je travaille de chez moi, et donc c’est comme cela que je communique avec tout le monde tout le temps. À partir de là, j’ai créé mes personnages en pensant aux gens que j’avais connu dans ma vie.»

Certains se sont reconnus?

«Il y en a qui se reconnaissent, oui. Des gens avec qui j’étais au secondaire. J’ai des amies qui se reconnaissent et reconnaissent aussi les ‘chums’ de Léa. Mon premier copain s’appelait Alex… Je ne suis bien sûr plus copines avec les fameuses Nunuches, mais j’espère qu’elles se reconnaissent!»

Combien de tomes sont prévus?

«Je change toujours d’idée. Je viens de finir le 6e. Il va y en avoir au moins neuf. Demain je vous annoncerai peut-être qu’il y en aura dix, mais il y en aura au moins neuf. Je suis en train d’envisager un dixième. Je vois une fin heureuse. Mais en même temps, sa vie ne termine pas à la fin du dernier tome. C’est cela qui est difficile: comment clore une série alors que la vie du personnage n’est pas terminée?»

Qu’est-ce qui va se passer dans les prochains tomes?

«Le vrai défi pour moi, c’est montrer dans mon écriture qu’elle devient plus mature. Amoureusement, elle va vivre des choses bien entendu. Le septième tome se passera durant l’été. Et Léa aura son premier emploi d’été. Qui s’inspirera de mon premier emploi d’été: j’ai vendu des beignes dans un café.»

Vos livres contiennent un dico avec les termes canadiens. De quels mots canadiens ne pourriez-vous pas vous passer?

«Chum et blonde, parce que cela fait tellement partie de notre vocabulaire. ‘Cute’, je pourrais changer. Ce qui est génial, c’est que je me rends compte que les gens ici aiment cela. C’est un peu l’exotisme, ce voyage au Québec!»

Les ados, vous les connaissez bien. Avant de vous pencher sur les aventures de Léa, vous avez écrit L’ABC des filles.

«Oui, c’est un manuel, qui sort chaque année au Québec. C’est un abécédaire, de A à Z, avec une partie magazine au début. Chaque année, je réactualise la partie magazine. Il faut donc que je reste à jour sur les goûts des jeunes. Je fais un sondage sur ma page de fans. Cela répond à toutes les questions que se posent les ados. Sur la sexualité, la puberté, les garçons…»

Il y a aussi le Manu du livre qui répond aux lectrices. C’est aussi un autre de vos jobs.

«Oui. C’est vraiment un clin d’œil à mon autre travail. Je reçois énormément de questions. Je les lis toutes mais je ne peux pas répondre à toutes.»

50.000 exemplaires vendus en Belgique des aventures de Léa, ce n’est pas rien!

«C’est génial. La dernière fois que je suis venue en Belgique, il y avait une file énorme pour que je dédicace mes livres. Au Québec, j’ai vu mon public grandir. J’ai vu les files d’attente grandir. Mais ici, cela, c’est fait très rapidement. C’est cliché de dire que cela me fait chaud au cœur, mais cela me fait énormément plaisir que ma série plaise, aussi pour l’essence québécoise qu’elle contient, mon essence à moi a été conservée. »

Vous avez aussi traduit de nombreux livres jeunesse.

«Oui, c’est comme cela que j’ai commencé. C’est ‘bob l’éponge qui m’a permis d’être l’auteur que je suis maintenant. C’est ce qui m’a permis de former ma plume. Mais maintenant, j’ai beaucoup moins le temps… Cela m’arrive encore, mais très rarement.»

Christelle

http://www.magazine-cool.ca/les-conseils-de-catherine.html

leaEn quelques lignes

La vie de Léa Olivier est décidément toujours aussi compliquée! Dans le tome 4 de ses aventures, on retrouve l’ado québécoise et sa vie mouvementée, sa best Marilou et son nouveau chum qui semble avoir honte d’elle. Sans oublier bien sûr toute la bande de nunuches qui lui donne toujours du fil à retordre. Et son beau gosse de frère Félix, doué pour compliquer les relations avec ses copines. Direction le Québec donc avec cette série rafraîchissante aux expressions savoureuses. Après, il ne faudra bien sûr pas s’étonner si nos ados nous parlent de « magasiner »,  « frencher » ou de « party plate » !

« La vie compliquée de Léa Olivier – tome 5 », de Catherine Girard-Audet, Kennes éditions, 325 pages, 14,20€

cote :3/5