Comment survivre à l’Euro?

Vous êtes saturé(e) de football ou vous n’avez tout bonnement plus votre mot à dire sur le choix du programme télé jusqu’à la fin de l’Euro ? Voici quatre livres qui vous tiendront plus en haleine que le meilleur des matchs !

Frank Thilliez

thilliezreverRêve ou réalité? Ou plus exactement: cauchemar ou réalité? Avec ce titre palindrome et ses distorsions de  chapitres, Frank Thilliez fait tout pour nous faire douter! Son héroïne, Abbigaël, psychologue et experte réputée à qui la police fait souvent appel, est narcoleptique. Ce qui signifie qu’à tout moment, elle peut sombrer dans un profond sommeil sans crier gare. A son réveil, ses rêves sont parfois si réels qu’elle ne sait plus s’il elle dort ou non. D’autant que sa vie en ce moment tient du cauchemar. Elle seule a survécu à l’accident de voiture qui lui a ravi son père et sa fille. Et alors qu’elle aide la police dans une affaire de disparition d’enfants, elle découvre des éléments troublants liés à son propre accident. En nous livrant les parties de récit dans le désordre, l’auteur contribue à nous faire douter et met nos nerfs en pelote. Pas de triche pour autant: si vous souhaitez vérifier, penser à noter le code fourni par l’un des personnages au cours de l’histoire!

« Rever », de Frank Thilliez, éditions Fleuve noir, 480 pages, 19,90 €

Linwood Barclay

LinwoodLafilledansleretroviseur.jpgDévasté par la mort de son fils, Carl Weaver survit comme il peut.  Un soir, tard, alors qu’il rentre chez lui en voiture, la fille du maire, trempée jusqu’aux os, frappe à sa vitre et le supplie de la ramener chez elle. Carl sait bien que ramener une ado dans sa voiture n’est sans doute pas une bonne idée: dans les petites villes, les rumeurs vont bon train. Mais Claire était une amie de son fils, et il la laisse monter. En chemin, ayant sans doute un peu trop bu, elle ne se sent pas bien et convainc Carl de s’arrêter dans un bar pour éviter qu’elle ne vomisse dans sa voiture. Dix minutes plus tard, la jeune fille qui s’installe sur son siège passager n’est pas Claire, même si elle s’est donnée beaucoup de mal pour lui ressembler. Où est Claire? Dans quel piège Carl s’est-il fourré? Des jeunes-filles qui disparaissent, des flics aux méthodes de ripoux,… Ce livre vous fera veiller bien plus tard que 22 gars courant après un ballon! N’hésitez pas d’ailleurs à déjà réserver la télé pour cet automne, foot ou pas: France 3 diffusera sous le titre « L’Accident », une adaptation en série TV d’un autre roman  de l’auteur, « Contre toute attente ».

« La fille dans le rétroviseur », de Linwood Barclay, éditions Belfond, 464 pages, 21,90 €

Maxime Chattam

chattamcomaJamais de déception avec les thrillers de Maxime Chattam: voilà donc à quoi j’ai bien l’intention d’occuper mes prochaines soirées! Compte-rendu à venir très prochainement!

« Le coma des mortels », de Maxime Chattam, éditions Albin Michel, 400 pages, 21,90 €

 

Sophie Kinsella

kinsellaaccrorescousseDans un tout autre style et pour compenser un trop plein de testostérone, rien de mieux que notre Accro du shopping à la rescousse! Après son expérience à Hollywood, la voilà qui mène l’enquête et nous entraîne dans un roadtrip américain. Tarquin, le mari de sa meilleure amie Suze a disparu dans le sillage d’un gourou new age . Quant à son père, Graham, parti à la recherche d’un vieil ami, il a lui aussi cesser de donner le moindre signe de vie. Mais heureusement, Becky a plus d’un tour dans son sac pour les retrouver !

« L’accro du shopping à la rescousse », de Sophie Kinsella, éditions Belfond, 360 pages, 19,95 €

 

Vous ne lirez plus en bibliothèque de la même manière…

murakamiLa dernière nouvelle de Murakami s’avale en quelques dizaines de minutes à peine et pourtant, ces pages ont de quoi faire flipper à vie les usagers de bibliothèque ! Imaginez un jeune garçon, qui se rend à la bibliothèque municipale de son village… Et s’y retrouve séquestré. «Dites-moi, M. l’homme-mouton, fis-je. Pour quelle raison le vieil homme veut-il m’aspirer le cerveau? – Eh bien, lorsque le cerveau est bourré de savoir, il est particulièrement délicieux. Nutritif et consistant. Bien crémeux, riche en pulpe.» Voilà une réplique appelée indéniablement à devenir culte! Pour le reste, les fans ne seront pas déçus et se plongeront avec délectation dans cet univers entre rêve et cauchemar imaginé par le maître et magnifiquement illustré par l’Allemande Kat Menchik dont le talent contribue à rendre l’atmosphère d’autant plus inquiétante.

Christelle

« L’étrange bibliothèque », d’Haruki Murakami, éditions Belfond, 72 pages, 17 €

Cote: 3/5 

Une nouvelle auteure de polar à découvrir…

jennyblachurstFan de polar et diplômée de psychologie, la Britannique Jenny Blackhurst nous met les nerfs à rude épreuve avec son premier roman. Son héroïne, Susan, vient de sortir de prison et tente de se reconstruire. Sous une nouvelle identité, elle vient de s’installer dans un petit village paisible où, espère-t-elle, personne n’a entendu parler de son drame. Mais tel n’est visiblement pas le cas puisqu’elle vient de trouver sur son paillasson une enveloppe avec la photo d’un petit garçon. Son petit garçon à en croire le nom inscrit derrière la photo. Sauf que c’est impossible, puisque son petit garçon à elle est mort il y a trois ans. Une mort dont elle serait d’ailleurs responsable d’après la police et son ex-mari, et pour laquelle elle vient de purger trois ans en prison. Susan est pourtant incapable de se remémorer le drame. Et si on lui avait menti ? Et si elle avait payé pour un crime qu’elle n’a pas commis? Accrochée à cet espoir, elle se lance à la recherche de son fils.  Aidée de sa meilleure amie rencontrée derrière les barreaux et d’un jeune journaliste, Susan décide donc de rouvrir l’enquête, plongeant les lecteurs dans un thriller palpitant. Pas étonnant que certains voient déjà en Jenny Blackhurst l’héritière anglaise de Jean-Christophe Grangé!

Christelle 

« Une cruelle absence », de Jenny blackhurst, éditions Belfond, 315 pages, 20,50 €

Cote : 4/5

Frissons et humour garantis

linwoodbarclayAprès « Mauvais pas », « Mauvais garçons », et « Mauvaise compagnie », le journaliste Zack Walker joue une dernière fois les héros malgré lui. Linwood Barclay nous livre avec « Mauvaise influence » le quatrième et dernier opus des aventures de son journaliste au vrai don pour se mettre sans cesse dans le pétrin.
Aucun souci néanmoins si vous n’avez pas encore lu ses précédentes aventures (mis à part sans doute l’envie qu’il vous prendra ensuite de vous y plonger de toute urgence)!
Cette fois, Zack se voit chargé d’écrire pour le Metropolitan sur des fusils paralysants dont la police locale songe à s’équiper. Mais voilà qui pourrait bien être son dernier article politique. Parce qu’appelé à la rescousse de sa charmante ex-voisine, Trixie, dominatrice professionnelle, Zack en vient à bafouer sa déontologie. En tentant d’empêcher un confrère de révéler dans un article la nature illégale de la profession Trixie, il se retrouve parqué à la rubrique déco du Metropolitan. Ce qui n’empêche pas l’article d’être publié malgré tout. Du coup, quand le cadavre du journaliste est retrouvé dans le sous-sol de Trixie, Zack et la belle semblent les coupables tout désignés.
Au menu cette fois des aventures de ce héros attachant et gaffeur, strip-tease, malbouffe et un gang de bikers. Mais parviendra-t-il à sauver sa peau (et son mariage) dans tout cela?  Linwood Barclay, qui signe ici son onzième roman, fait incontestablement partie des maîtres actuels en matière de suspense.

« Mauvaise influence », de Linwood Barclay, éditions Belfond, 390 pages, 21 €

Cote: 5/5

Becca King en proie au doute

elizabethgeorgeLa romancière américaine Elizabeth George vit sur l’île pas très peuplée de Whidbey, au large de Seattle, dans l’Etat de Washington. De quoi apparemment lui avoir inspiré les aventures de sa jeune héroïne Becca King  dont le troisième tome est sorti il y a peu.
Installée sur l’île de Whidbey depuis près d’un un an maintenant après avoir fui son dangereux beau-père, Becca attend toujours des nouvelles de sa mère, partie chercher un endroit où, ensemble, elles pourraient s’installer en toute sécurité.
Tant bien que mal, Becca essaie de vivre une existence normale de lycéenne. Désormais, elle sort avec Derric, le beau gosse de sa classe, et s’est fait des amis: Jenn, sa meilleure amie, Seth et Hayley…
Mais une série d’incendies criminels vient perturber la tranquillité de l’île. Pour tenter de débusquer le pyromane, Becca va devoir apprendre à mieux maîtriser son don qui lui permet d’entendre des bribes de pensées des gens qui l’entourent. Et qui semble vouloir prendre de l’ampleur.
Décidément, chacun sur l’île cache bien ses petits secrets. On attend impatiemment de voir où la reine du crime, qui a délaissé son inspecteur Linley pour Becca et un public de jeunes adultes, veut nous emmener!

« Les flammes de Whidbey », d’Elizabeth George, Presses de la Cité, 400 pages, 19 €

Cote: 4/5

Comédie de vacances

nousSacré auteur britannique de l’année au National Book Award, David Nicholls nous revient avec une comédie douce-amère mettant en scène une famille au bord de l’implosion, entre crise de couple et ado rebelle. Pour Douglas Petersen, le père, les vacances s’annoncent comme celles de la dernière chance. Connie, son épouse, lui a annoncé son intention de le quitter. Il espère profiter de leur tour d’Europe pour lui prouver que derrière le biochimiste coincé se cache aussi un mari attentionné. Les accompagne contraint et forcé dans leur périple, Albie, leur fils de 17 ans, en pleine crise d’adolescence. A leur programme, Paris, Amsterdam, Munich, Vérone, Venise, Florence, Rome, Naples… Mais la fugue de leur fils va quelque peu perturber le programme… Oscillant entre le passé et le présent, le récit échappe au happy end escompté. Et c’est tant mieux !

Christelle

« Nous », de David Nicholls, éditions Belfond, 484 pages, 22 €

Cote: 3/5

Thriller à lire fenêtre fermée, même par une chaude nuit d’été…

morsureRien de pire pour vous tenir éveillé la nuit en cette saison qu’un moustique virevoltant près de vos oreilles pensez-vous? Que nenni, le pire, c’est vraiment le bruit agaçant de ces insectes à côté de vos oreilles alors que vous venez de reposer ce thriller sur votre table de nuit ! Au cœur de l’intrigue en effet, une nouvelle forme de paludisme qui frapperait les Pays-Bas, menaçant toute l’Europe. Parmi les victimes de ce nouveau fléau transmis par les piqûres de moustiques, le patron d’une grosse firme pharmaceutique. En voilà un qui a dû regretter amèrement d’avoir remballé un chercheur qui s’intéressait au paludisme sous prétexte que « les maladies qui tuent dix millions de pauvres par an ne l’intéressent pas » maintenant que la maladie menace dix mille riches. Coïncidence troublante, le virus est apparu alors qu’un congrès sur le thème doit avoir lieu à Amsterdam et qu’une jeune et brillante spécialiste britannique des maladies tropicales, Erica Stroud-Jones, dont la rumeur veut qu’elle aurait mis au point un vaccin contre le paludisme, a disparu la veille de son intervention, son ordinateur portable avec elle. Son compagnon, Max, se lance dans une course contre la montre pour tenter de la retrouver à temps. Terrifiant parce que totalement plausible, ce thriller serait né dans la tête de son auteur, le journaliste Nick Louth, lorsqu’il s’aperçut avec stupeur qu’il était le seul représentant de la presse présent lors d’une conférence sur la malaria dans les années 1990.

Christelle

« Morsure », de Nick Louth, éditions Michel Lafon, 20,50 €

Cote: 5/5

Action, passion et trahison

mirageTitre brillamment trouvé pour le dernier Douglas Kennedy ! Puisque « mirage », c’est exactement ce en quoi consiste le quotidien de Robyn, une comptable à la vie réglée comme du papier à musique, aux côtés de son mari Paul, artiste insouciant, dépensier, et surtout pas tout à fait honnête avec elle. Mais « Mirage » nous transporte aussi sous la chaleur étouffante du Sahara où la vie de l’héroïne va basculer. Le couple décide en effet de s’accorder un mois de vacances au Maroc pour oublier leurs petits tracas du quotidien. Robyn voudrait bien un enfant. Paul n’est pas contre. Mais les mois passent et rien ne se passent… Sur place toutefois, la magie d’Essaouira semble opérer: Paul se remet à peindre, tandis que Robyn rafraîchit son français. Jusqu’à ce mail qui vient tout bouleverser, révélant à Robyn un secret que Paul aurait préféré garder. Et si l’amour n’était qu’un mirage ? C’est ce que la fin aurait tendance à nous laisser penser… Passion, trahison et action: un cocktail détonnant mixé par le plus captivant des guides. A glisser à coup sûr dans sa valise ou sa tablette cet été.

Christelle

« Mirage », de Douglas Kennedy, éditions Belfond, 550 pages, 22,50 €

Cote: 4/5

Palpitant secret de famille

lianemoriartyEtes-vous bien certain de vouloir connaître tous les secrets de votre tendre moitié? En cherchant tout autre chose dans le grenier, Cecilia -mère dévouée et épouse parfaite- découvre sur une enveloppe jaunie ces quelques mots écrits de la main de son mari: « A n’ouvrir qu’après ma mort »… Mais voilà, John-Paul, le mari en question, n’est pas mort, et quand Cecilia l’a au bout du fil, il la conjure de ne pas l’ouvrir… Sans doute Cecilia aurait mieux fait de l’écouter. Mais trop tard: elle découvre à ses dépens que certains secrets peuvent être dévastateurs. Cecilia parviendra-t-elle à en supporter le poids? Un roman bouleversant, empli de suspense et d’émotion, du genre de ceux qu’on n’oublie pas. Véritable page-turner, on comprend sans peine qu’il ait été n°1 sur la liste des best-sellers du New York Times durant un an. Une romancière australienne à suivre assurément !

Christelle

« Le secret du mari », de Liane Moriarty, éditions Albin Michel, 416 pages, 21,50 €

Cote: 5/5

Dimsum & haute-couture

crazyrichkevinkwanC’est une véritable immersion dans l’aristocratie chinoise, richissime et trèèèès secrète, que nous offre cette comédie. Rachel Chu, jolie prof d’Economie sino-américaine, vit à New York et file le parfait amour depuis deux ans avec Nicholas Young, un prof d’Histoire plutôt beau gosse. Invité au mariage de son meilleur ami à Singapour d’où il est originaire, Nick parvient à convaincre Rachel de l’y accompagner. Mais « alamak »! Leurs vacances qui s’annonçaient romantiques tournent rapidement au cauchemar pour Rachel. C’est que Nick avait « oublié » de lui mentionner un petit détail: sa famille n’est pas juste riche, elle est « crazy rich »… et lui, l’un des héritiers les plus convoités de tout l’Extrême-Orient. Issu lui-même de cette aristocratie chinoise, Kevin Kwan nous fait entrer dans les coulisses de ce monde pailleté et fascinant qui vous tiendra haleine grâce à une galerie de personnages plus attachants les uns que les autres.

Christelle

« Crazy rich à Singapour », de Kevin Kwan, éditions Albin Michel, 528 pages, 22,90 €

Cote: 4/5

Un nouveau thriller et une série

harlan cobenComme à son habitude, Harlan Coben puise dans l’air du temps pour tisser l’intrigue. Ce qui l’inspire cette fois? Les sites de rencontres. Inscrite malgré elle sur un tel site par sa meilleure amie, l’héroïne, Kat, inspectrice au NYPD, tombe sur la photo de son ex-fiancé, qui l’a quittée sans explication dix-huit ans plus tôt, alors que son père venait de se faire assassiner par un mafieux. Aujourd’hui, il se présente comme veuf, père d’une ado. Kat ne peut résister et lui envoie un message. Mais Jeff ne semble même pas la reconnaître. Et voilà que sa vie professionnelle est rattrapée par sa vie privée. Au cœur de son enquête du moment, des disparitions de femmes piégées par un homme charmant. Dont Kat ne connait que trop bien le profil. Qui est vraiment son ex-fiancé? Un nouveau thriller addictif signé par le maître de nos nuits blanches qui n’a pas fini de frapper cette année puisque la série TV adaptée de son roman « Une chance de trop » -avec Alexandra Lamy dans le rôle principal- sera diffusée en 2015 sur TF1. A noter aussi, la parution de « Six ans déjà » en format Pocket.

Christelle

« Tu me manques », d’Harlan Coben, éditions Belfond, 418 pages, 20,95 €

Cote: 5/5

Quand Anthony Horowitz nous plonge dans l’univers de Sherlock Holmes…

moriartySherlock Holmes et le Dr Watson auraient-ils trouvé en Atheley Jones et Frederick Chase leurs dignes successeurs? La fin du roman vous le dira! Mais en attendant le dénouement, leur enquête vous transportera avec délectation dans l’univers mondialement connu créé par Sir Arthur Conan Doyle, non loin du 221B Baker Street.

Cette fois, l’histoire n’est pas racontée par le fidèle Watson, mais par Frederick Chase, détective à l’agence Pinkerton de New York, dépêché en Europe après les événements tragiques au cours desquels l’illustre Sherlock Holmes et son ennemi juré, le Professeur Moriarty auraient péri.

Venu en Europe pour confronter Moriarty au sujet d’une lettre que lui aurait envoyé un certain Devereux, chef de la pègre américaine, Chase arrive donc trop tard. Et alors qu’il entame son enquête, il fait la connaissance de Jones, un inspecteur dépêché par Scotland Yard et formé aux méthodes de feu Sherlock Holmes. Les deux hommes décident de collaborer. Commence alors une traque sans relâche qui les mènera jusqu’à Londres. Tandis que les lieutenants de l’insaisissable Devereux sont mystérieusement assassinés les uns après les autres, Chase et Jones remontent lentement la piste qui les mènera à la vérité sur les circonstances de la disparition de Moriarty, et celle de son ennemi favori, Sherlock Holmes.  Dans la lignée de « La Maison de Soie« , paru en 2011, Moriarty » est publié simultanément en jeunesse chez Hachette Romans et en adulte aux éditions Calmann-Levy. Auteur de plus d’une vingtaine de livres pour enfants et adolescents (« L’île du Crâne », « Le Faucon malté », « Satanée grand-mère »…), l’écrivain britannique Anthony Horowitz collectionne les prix. Sa série « Alex Rider » s’est vendue à plus d’1 million d’exemplaires en France.

Christelle

« Sherlock Holmes est mort, vive Moriarty », d’Anthony Horowitz, éditions Hachette Jeunesse, 360 pages, 17,50 €

Cote: 4/5

Bridget Jones en cougar !

BRIDGET_JONES_T3_DOC 145Poids: 446 pages. Situation familiale: veuve. Nombre d’enfants: 2. Nombre de toy boy: 1. Fous rires déclenchés par ce livre: 446 au moins.

Rien de tel que de retrouver une vieille copine emballée sous le sapin! Bridget Jones is back, les filles! Bridget alias @JoneseyBJ. Car désormais, ce qui obsède notre bonne vieille (eh oui, elle est désormais quinqua) Bridget, ce ne sont plus les kilos en trop et les unités d’alcool absorbées mais bien le nombre de poux sur la tête de ses gosses Billy & Mabel et surtout les followers qui la suivent sur Twitter! Dont un en particulier, le jeune Roxter. Exit donc Marc Darcy. Car attention aux choc: dès les premières pages, on découvre que le grand Marc Darcy, avec qui Bridget nous a tenus en haleine depuis les toutes premières pages de son journal, n’est plus. Bridget est veuve. La voilà donc transformée en cougar tombée dans les bras d’un sexy trentenaire. Tout en gérant les frasques de ces amis (des vieilles connaissances à nous aussi: Tom, Jude, Talitha et surtout of course Daniel Cleaver). Et bien sûr les situations incroyables dans lesquelles elle seule a le don de se fourrer. Rien de tel qu’un bon moment en compagnie de la plus truculente des sujets de sa majesté!

Christelle

« Bridget Jones, folle de lui », de Helen Fielding, éditions Albin Michel, 446 pages, 21,50 €

Cote: 4/5

Il faut qu’on parle de ton poids…

bigbrotherLe frère de Lionel Shriver est décédé il y a quelques années des conséquences d’une obésité morbide. De quoi inspirer à l’auteure américaine ce « Big Brother » qui, tout en étant un roman totalement captivant, livre une réflexion sur notre rapport névrotique à la nourriture. Pandora, qui n’a plus vu son frère aîné Edison depuis quelques années, accepte de l’héberger. Mais en le récupérant à l’aéroport, elle découvre que le jeune prodige du jazz, jadis si séduisant, est devenu un homme obèse, qui a du mal à se déplacer. Comment a-t-il pu se laisser aller à ce point? Entre Fletcher,  le mari selfcontrol de Pandora, et Edison, la situation est tendue. Et Pandora se retrouve face à un dilemme. Sauver son frère en devenant son coach minceur et en lui infligeant un régime draconien? Ou sauver son couple? Il fallait tout le talent de l’auteure de « Il faut qu’on parle de Kevin » pour aborder ce fait de société sans tomber dans le pathos. Car ne vous fiez pas au bref pseudo happy end!. Si vous aviez besoin d’un peu de motivation pour entamer un régime, allez-y, dévorez! C’est sans calories et en plus cela fait réfléchir!

Christelle

« Big Brother », de Lionel Shriver, éditions Belfond, 448 pages, 22,50 €

Cote: 4/5

Incolore mais pas insipide

murakamiIncolore, le nouvel héros d’Haruki Murakami? Cela ne l’empêchera pas en tout cas de marquer les lecteurs! Pour son retour au réalisme après le succès planétaire de sa trilogie aux créatures étranges «1Q84», le plus célèbre des auteurs japonais nous conte l’histoire de Tsukuru Tazaki, un ingénieur trentenaire passionné par les gares qui se sent transparent, incolore… A l’origine de son trouble, une amitié brisée. Adolescent, Tsukuru faisait en effet partie d’un cercle d’amis inséparables aux prénoms colorés. Sauf le sien. Mais un beau jour, les amis de Tsukuru décident de ne plus jamais le voir. Sans aucune explication. Pendant seize ans, ce rejet va hanter Tsukuru. Jusqu’au jour où Sara entre dans sa vie. Et le pousse à leur demander pourquoi. Alors Tsukuru entame son drôle de pèlerinage, qui est aussi une référence au «Mal du pays», de Franz Liszt. Les navetteurs apprécieront, eux, le passage (page 216) sur les objets perdus découverts dans les gares japonaises. Incontestablement l’un des auteurs étrangers à ne pas manquer cette rentrée !

 

Christelle

«L’incolore Tsukuru Tazaki et ses années de pèlerinage», de Haruki Marakami, éditions Belfond, 384 pages, 23

Cote: 4/5

Pour un été délicieusement déjanté

RIEN_NE_VA_PLUS_CHEZ_LES_SPELLMAN_couv.inddLes Spellman sont de retour! Et rien ne va plus vraiment dans cette famille de détectives délicieusement frappadingue. Si Izzy semble (mais ce n’est qu’une illusion) s’être assagie avec ex-n°13, la mère, elle, se met à disparaître sous des prétextes fallacieux. Le père aussi fait ses petites cachotteries. La cadette, Rae, passe son temps à enlacer des arbres. Quant à leur frangin, David, la paternité le rend méconnaissable. Seule ombre à son tableau: sa fille Sydney ne prononce qu’un seul mot: « banane ». Enfin, pour couronner le tout, la grand-mère rétrograde emménage chez eux… et se prend d’affection pour Demetrius, alias D., un ex-taulard récemment embauché par l’agence de détective familiale… Un cinquième tome délicieusement rafraîchissant!

Christelle

« Rien ne va plus chez les Spellman », de Lisa Lutz, éditions Albin Michel, 464 pages, 22 €

Cote: 4/5

 

Nuit de noces dans l’os

kinsellaLa reine de la chick-litt met le cap cet été sur les Cyclades. En héroïnes, deux sœurs. La grande, Fliss, est en pleine procédure de divorce. La petite, Lottie, a quant à elle rendez-vous avec Richard, son amoureux, dans un resto chic où il doit lui poser LA question… Sauf que cette question n’a pas grand chose à voir avec une quelconque bague de fiançailles. Lottie rompt. Et Fliss s’inquiète. Qu’est-ce que sa petite sœur adorée va bien pouvoir inventer cette fois pour faire passer sa colère? Se faire un nouveau tatouage? Un piercing vaginal? Ou bien entrer dans une secte comme lors de précédentes ruptures? Non, cette fois, elle épouse Ben, un presque parfait inconnu, et file avec lui en lune de miel à Ikonos. Bien décidée à éviter à sa petite sœur un divorce annoncé, Fliss va tout faire pour obtenir l’annulation du mariage. Mais pour cela, elle doit à tout pris les empêcher de le consommer. Elle file donc en Grèce avec la ferme intention de gâcher leur nuit de noce. Et pour cela, on peut lui faire confiance, elle ne manque assurément pas de ressources! On vous l’accorde, le pitch est, a priori, plutôt léger. Et pourtant, Sophie Kinsella parvient à nous offrir un moment de détente drôle et irrésistible. Que demander plus en vacances?

Christelle

« Nuit de noce à Ikonos », de Sophie Kinsella, éditions Belfond, 488 pages, 19,95 €

Cote: 3/5