90 films cultes massacrés

Ce petit bouquin en format de poche se propose de nous résumer 90 films cultes en trois cases BD. Ces trois dessins -assez minimalistes, il faut le préciser- accompagnés chacun d’un petit texte d’une à trois phrases ont pour mission de permettre aux personnes pressées que nous sommes d’étaler une culture que nous n’avons pas (toujours) forcément. Ceux qui prendraient le quatrième de couverture au mot et mémoriseraient vite fait les résumés de ces 90 chefs-d’oeuvre pourraient bien passer pour de piètres idiots auprès de leurs amis et collègues. Si l’une ou l’autre présentation nous ont tout de même fait bien sourire pour leur second degré bien imaginé, la plupart des propos tenus tombent carrément à plat. Quant aux films qu’il n’aurait pas (encore) eu l’occasion de visionner, le lecteur n’en apprendra pas grand-chose. Pire les trois cases “à l’usage des personnes pressées” ne lui donneront même pas envie d’enregistrer le film s’il venait à être diffusé sur le petit écran. Bref, vous l’aurez compris, on n’est pas vraiment fan. Dommage, car le concept de l’ouvrage (ce dernier faisant suite au “90 livres cultes à l’usage des personnes pressées”) nous avait pourtant séduits.

Anne-Sophie

“90 films cultes à l’usage des personnes pressées”, de Henri Lange et Thomas Wengelewski, éditions ça et là, 187 pages , 9 euros

Cote: 1/5

Publicités

Dans les coulisses d’«Hésitation»

Comme pour les deux premiers films de la saga, le volet «Hésitation» a lui aussi son guide officiel qui nous emmène dans les coulisses du tournage. Photos inédites, interviews exclusives, anecdotes croustillantes… L’ouvrage révèle tous les secrets de cette aventure tout en dévoilant le travail du réalisateur, des producteurs et des décorateurs. Un collector pour les fans avides d’en apprendre toujours plus sur Robert Pattinson, Kristen Stewart et leurs collègues.

Christelle

«Hésitation – le guide officiel du film», éditions Hachette Jeunesse, 144 pages, 14,90 €

Cote: 4/5

Les révélations de Tony Curtis

Quand Tony Curtis rencontra Marilyn Monroe, celle-ci était encore rousse et pratiquement inconnue. C’était en 1950 à Hollywood, sur le parking des studios Universal. Elle avait 23 ans. Lui, 25 et… une belle Buick décapotable! Plus tard, ils se retrouveront, sur le tournage de «Certains l’aiment chaud». Et si la rumeur veut que Tony Curtis ait dit à l’époque qu’«Embrasser Marilyn, c’est comme embrasser Hitler», l’acteur révèle aujourd’hui dans un livre paru récemment qu’il a eu une aventure avec l’actrice sur le tournage. Et que Marilyn, alors mariée avec l’auteur Arthur Miller, s’est retrouvée enceinte avant de faire une fausse couche. Le livre de Tony Curtis, 82 ans, retrace sa rencontre avec le sex-symbol et plein de petites anecdotes sur le tournage du film culte de Billy Wilder. Le scénario qui s’écrit au fur et à mesure, la scène où Tony Curtis apprend à marcher sur des talons, la naissance des répliques cultes comme «Nobody’s perfect», les retards de Marilyn… De quoi vous donner envier de revoir le film!

Christelle

«Certains l’aiment chaud et Marilyn», de Tony Curtis et Mark A. Viera, éditions Le Serpent à Plumes, 316 pages, 23 €

Cote: 3/5

Les univers d’Adèle Blanc-Sec

Alors que le nouveau film de Luc Besson «Les aventures extraordinaires d’Adèle Blanc-Sec», adaptation de l’oeuvre de l’auteur de BD Jacques Tardi, est sorti dans les salles ce mercredi, «Le Roman d’Adèle» et «Le Livre d’Adèle» déboulent dans les librairies. Le premier est une novélisation du scénario de Luc Besson, réalisé par Benjamin Legrand, écrivain et scénariste de BD sous la supervision de Tardi qui a validé l’ensemble. Ce «roman», agrémenté de quelques photos du film, est sans doute destiné aux grands fans du cinéaste. Il ravira -aussi- certainement les retardataires qui n’auront pas eu l’occasion de voir le film en salle. «Le Livre d’Adèle» intéressera davantage. Centré sur le personnage d’Adèle Blanc-Sec, il propose à la fois une découverte approfondie du film de Besson et une exploration de l’univers d’auteur développé par Tardi autour de son héroïne. On apprécie l’iconographie qui allie illustrations de Tardi et photos du tournage et propose ainsi une comparaison de certaines cases et scènes. Le texte, fouillé, conjugue entretiens, récit de tournage, galerie de personnages, découverte de l’univers visuel du film, évocation des monstres de Tardi et présentation détaillée des albums de la série consacrée à Adèle Blanc-Sec.

Anne-Sophie

«Le roman d’Adèle» (247 pages, 12 euros) et «Le livre d’Adèle» (64 pages, 16 euros) aux éditions Casterman