PARCOURS D’AUTEUR : Antoine Buéno

Nom: Antoine Buéno

Âge: Entre 30 et 35 ans avoués…

Profession: Schizophrène (à savoir: écrivain prospectiviste, chroniqueur télé et plume politique)

Que rêviez-vous de faire comme métier quand vous étiez enfant?
«Quand j’étais petit, je regardais une émission qui a disparu depuis belle lurette et qui était ‘Le divan d’Henri Chapier’. Il recevait une personnalité sur son divan et lui posait des questions. Et mon objectif c’était de me retrouver un jour sur son divan! C’est-à-dire répondre à vos questions en somme. Je pense que j’ai toujours voulu faire ça: être médiatisé pour parler de choses intelligentes!»

Alliez-vous volontiers à l’école?
«Oui. J’ai toujours été un garçon assez sage. J’y allais pour deux raisons. Subsidiairement pour apprendre. Et principalement pour faire le con.»

Étiez-vous bon élève?
«J’étais tout à fait opportuniste. J’étais démerdard. Je savais qu’il fallait d’en sortir parce que le monde appartenait aux malins. Mes parents me l’ont inculqué assez rapidement. Donc je n’étais pas mauvais, mais pas non plus le premier.»

Aujourd’hui, votre profession, c’est écrivain?
«Pas tout à fait. J’ai vraiment deux vies. Vous pouvez noter comme profession schizophrène! Puisque d’un côté, je travaille au sénat. Cela, c’est la partie alimentaire. J’écris beaucoup de discours. On fait aussi des propositions de loi, des amendements… Et parallèlement à cela, j’ai toutes ces activités publiques et médiatiques, d’écrivain, de chroniqueur. Là, je suis en train de me lancer sur scène. Une autre forme d’écriture, mais que j’aimerais privilégier dans les années à venir.»

Quel était votre premier job d’étudiant?
«Mon premier vrai boulot, cela a été d’être pigiste à Novamag, le premier citymag. Avant cela, au lycée, on avait développé un journal qui nous a valu une exclusion pour délit de presse. On avait été parrainé par Charlie Hebdo.»

Vous souvenez-vous du montant de votre premier salaire et de ce que vous en avez fait?
«Mon premier chèque on va dire, c’était une bourse. J’ai remporté le concours de droit administratif de ma fac. Oui je sais il faut être bien pervers pour s’intéresser à cela! Et j’ai gagné 6.000 francs (l’équivalent aujourd’hui de 915 €, NDLR). Cela m’a permis de payer une prépa pour tenter ensuite Science Po. Cela a été un petit tremplin.»

Christelle

Parcours d’auteur – KATHERINE PANCOL

Que rêviez-vous de faire comme métier quand vous étiez enfant?
«Je n’avais aucune idée. Ni infirmière, ni hôtesse de l’air, ni tous ces machins-là.»

Alliez-vous volontiers à l’école?
«Non, pas spécialement.»

Mais étiez-vous bonne élève?
«Pas spécialement non plus.»

Qu’avez-vous fait comme études?
«J’ai fait une licence de lettres, une maîtrise de lettres et j’ai deux ans de doctorat de lettres.»

Quel était votre premier job d’étudiant?
«Je donnais des leçons d’orthographe au fils de la boulangère. J’avais 14 ans. Je lui faisais des dictées. Mais j’ai commencé à travailler très tôt. Quand je faisais des petits boulots, je m’inscrivais en intérim. Il y avait plein de petits boulots la nuit, qui étaient très bien payés. Donc je faisais l’université le jour et des petits boulots la nuit ou le soir.»

Vous souvenez-vous de ce que vous avez fait de votre premier salaire?
«J’ai fait beaucoup de petits boulots qui me permettaient de vivre. Mais de mon premier vrai salaire, quand j’étais sortie d’affaires, c’était à Paris Mach, et j’ai amené ma mère à Deauville à l’hôtel Normandie.»

Christelle

Parcours d’auteur – FRANCK THILLIEZ

© Didier Cohen

© Didier Cohen

Nom: Franck Thilliez

Age: 40 ans (octobre 1973)

Profession: écrivain

 

Quel métier rêviez-vous de faire quand vous étiez enfant?
«Je rêvais d’être pilote d’avion.»

Vous alliez volontiers à l’école?

«Oui, j’aimais bien l’école. J’étais plutôt bon élève.»

Qu’avez-vous fait comme étude?
«Une école d’ingénieur. J’ai Bac+5, un diplôme d’ingénieur en électronique-informatique.»

Quels métiers avez-vous exercé?
«Mon premier job d’étudiant, ça a été animateur de centre aéré. Puis j’ai fait mes études, un an d’armée parce que c’était encore obligatoire. Après j’ai travaillé comme ingénieur.»

Qu’avez-vous fait de votre premier salaire?
«Mon premier salaire, c’est loin… J’ai dû économiser pour m’acheter une petite voiture d’occasion!»

Parcours d’auteur – THOMAS GUNZIG

Nom: Thomas Gunzig

Age: 43 ans (7 septembre 1970)

Profession: auteur

Quel métier rêviez-vous de faire quand vous étiez enfant?
«Quand j’étais enfant, je voulais être cosmonaute.»

Vous alliez volontiers à l’école?

«Non, je détestais l’école plus que tout et l’école me le rendait bien.»

Vous n’étiez pas bon élève?

«Très mauvais. Des examens de passage. Pas un exemple à suivre!»

Qu’avez-vous fait comme étude?
«Science Po. Ce qui était  un choix par défaut parce que je me sentais un petit peu obligé de faire l’unif. Science Po, c’était des études assez généralistes et pas trop difficiles, ce qui correspondait bien à mon profil de paresseux.»

Quels métiers avez-vous exercé?
«Mon premier job d’étudiant, c’était modèle dans une académie. Ensuite, j’ai été caissier. Après, je suis assez rapidement devenu jobiste à la librairie Tropismes où j’ai par la suite travaillé  de temps en temps à temps plein,  de temps en temps à mi-temps pendant quelques années avant de devenir auteur à part entière. Et j’ai aussi été un peu prof.»

Qu’avez-vous fait de votre premier salaire?
«Mon premier salaire, c’était les quelques centaines de francs de quand j’étais modèle dans une académie. Ce que j’ai bien pu faire avec cela, je n’en ai aucun souvenir. J’ai dû payer des courses au GB!»

Christelle

Les Beatles au crible

beatlesLa collection « Pour les nuls » lance une nouvelle série « Biographie ». Son but? Entrer dans l’intimité des Grands de ce monde, d’hier ou d’aujourd’hui. Parmi ses sujets d’exploration, de grandes figures, tant historiques et politiques qu’artistique ou intellectuelle. Et parmi les premiers à recevoir les « honneurs » de cette collection: les Beatles. Pour retracer la biographie de John Lennon, Paul McCartney, George Harrisson et Ringo Starr, trois journalistes. Ils nous livrent les secrets de la formation du groupe, ses étapes jusqu’à la gloire, la folie de la Beatlemania, les parcours solo de John, Paul, George et Ringo. On y trouve aussi la vie sentimentale tumultueuse des Fab Four, une discographie exhaustive et plein d’autres anecdotes.

Christelle

« Les Beatles pour les Nuls », de Pierre Mikaïloff, Jean-Eric Perrin, Gilles Verlant, éditions First, 358 pages, 16,95 €

Cote: 3/5

Parcours d’auteur: ARMEL JOB

JOB ArmelNom : Armel Job

Âge :  64 ans

Profession : écrivain

Que rêviez-vous de faire comme métier enfant?

«Quand j’étais enfant, je rêvais de devenir écrivain.»

Qu’avez-vous fait comme étude?

«Je suis philologue classique.»

Enfant, vous alliez volontiers à l’école?

«Oui, beaucoup»

Vous étiez bon élève?

«Oui, j’ai toujours été très bon élève.»

Vos matières préférées?

«Ce que j’ai préféré, c’était toujours le français.»

Quels jobs d’étudiant et quels métiers avez-vous exercés?

«Comme job d’étudiant, j’ai fait des choses  qui n’avaient rien à voir avec la littérature. J’ai notamment été manœuvre dans la maçonnerie. Je faisais tourner les bétonneuses.  J’ai ensuite été professeur. Aujourd’hui, je suis écrivain.»

Qu’avez-vous fait de votre premier salaire ?

« J’ai acheté un appareil photographique.»

Christelle

De Norma Jeane à Marilyn

marilyna20ansMarilyn en brune? Ce live nous conte comment Norma Jeane est devenue Marilyn Monroe. L’icône est en effet la nouvelle star de cette collection « à 20 ans » qui s’attache à raconter la jeunesse de personnalités. Car pour qu’ils deviennent des classiques, ils fallait d’abord qu’ils soient originaux. C’est donc le portrait d’une petite fille délaissée par ses parents incapables de l’élever, qui n’avait pas un sou, et s’est mariée pour échapper à l misère que l’on découvre ici. A 20 ans, en 1946, Marilyn -pardon alors Norma Jeane- bégaie, s’attife mal, mais affiche déjà le sourire devenu par la suite si célèbre. Ici, loin de l’actrice et chanteuse dont on connait tous les triomphes et les drames, on découvre la petite fille qui voulait être une star à tout prix.

Christelle

« Marilyn Monroe – Les secrets de ses débuts », de Jannick Alimi, éditions Au diable vauvert, 164 pages, 12,50 €

Cote: 3/5