Parcours d’auteur: PHILIPPE DELERM

© Hermance Triay

Nom: Philippe Delerm
Age: 61 ans (27 novembre 1950)
Profession actuelle: écrivain

Quel métier rêviez-vous de faire enfant?
«Je rêvais d’être journaliste sportif. Et assez vite, j’ai voulu devenir champion d’athlétisme, mais c’était un sport amateur à l’époque où j’étais enfant. Je rêvais d’être un grand athlète, même si je n’avais pas les moyens physiques pour cela. Par contre, être spécialiste d’athlétisme de ‘L’équipe’, cela, c’était mon rêve.»

Alliez-vous volontiers à l’école?
«J’y habitais. Mes parents étaient instituteurs et à l’époque les instituteurs habitaient dans l’école. Donc c’est difficile de répondre à cette question parce que c’était ma vie entière. Avant, après. Globalement, j’aimais bien ce lieu. Mais aller en classe, c’était parfois différent. J’étais souvent en classe avec mes parents. En plus, mon père était le directeur de l’école. C’était un petit peu compliqué parce qu’il fallait que je me démarque, que je ne sois pas le fils du dirlo. Donc je faisais peut-être un peu plus de bêtises que ma nature ne m’aurait poussé naturellement à faire pour être un petit peu du mauvais côté. Alors que j’étais plutôt sage, mélancolique et rêveur.»

Vous étiez donc bon élève?
«Oui, mais cela n’a pas duré. J’ai redoublé ma troisième. J’ai eu mon bac, c’était un miracle! Tout ce qui était de l’ordre du langage, c’était bon. Par contre tout ce qui était de l’ordre du raisonnement, la compréhension d’abstraction, là j’ai plus de mal.»

Qu’avez-vous fait comme études?
«J’ai fait des études de lettres. Après mon baccalauréat, j’ai fait un mois de stage comme journaliste au journal France Soir. Et puis l’ambiance ne m’a vraiment pas plu. Je me suis dit qu’il allait me falloir 25 ans pour faire mon trou. Je trouvais les journalistes sportifs un peu frimeurs. Petite voiture décapotable, petite nana. Cela ne m’emballait pas trop cette ambiance-là. Donc à la rentrée, je suis parti en fac de lettres. Et après une licence de lettres, j’ai passé le concours pour être professeur puisque entre temps, j’avais rencontré la femme de ma vie.»

Quels sont les métiers que vous avez exercés?
«Mon premier job d’été, cela a été ce stage. Je n’en ai pas exercé d’autres. Ce n’était pas vraiment dans ma culture familiale. On allait en vacances chez mes grands-parents qui étaient paysans. Les vacances, j’avais ce privilège de pouvoir traînasser tant que je pouvais à bicyclette sur les routes du sud-ouest de la France.»

Vous souvenez-vous de ce que vous avez fait de votre premier salaire?
«En sortant de France Soir, fin juillet, avec mes 690 francs je crois, je suis allé m’acheter -j’étais quand même très coquet!-, deux jeans, deux polos!»

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s