PARCOURS D’AUTEUR : Antoine Buéno

Nom: Antoine Buéno

Âge: Entre 30 et 35 ans avoués…

Profession: Schizophrène (à savoir: écrivain prospectiviste, chroniqueur télé et plume politique)

Que rêviez-vous de faire comme métier quand vous étiez enfant?
«Quand j’étais petit, je regardais une émission qui a disparu depuis belle lurette et qui était ‘Le divan d’Henri Chapier’. Il recevait une personnalité sur son divan et lui posait des questions. Et mon objectif c’était de me retrouver un jour sur son divan! C’est-à-dire répondre à vos questions en somme. Je pense que j’ai toujours voulu faire ça: être médiatisé pour parler de choses intelligentes!»

Alliez-vous volontiers à l’école?
«Oui. J’ai toujours été un garçon assez sage. J’y allais pour deux raisons. Subsidiairement pour apprendre. Et principalement pour faire le con.»

Étiez-vous bon élève?
«J’étais tout à fait opportuniste. J’étais démerdard. Je savais qu’il fallait d’en sortir parce que le monde appartenait aux malins. Mes parents me l’ont inculqué assez rapidement. Donc je n’étais pas mauvais, mais pas non plus le premier.»

Aujourd’hui, votre profession, c’est écrivain?
«Pas tout à fait. J’ai vraiment deux vies. Vous pouvez noter comme profession schizophrène! Puisque d’un côté, je travaille au sénat. Cela, c’est la partie alimentaire. J’écris beaucoup de discours. On fait aussi des propositions de loi, des amendements… Et parallèlement à cela, j’ai toutes ces activités publiques et médiatiques, d’écrivain, de chroniqueur. Là, je suis en train de me lancer sur scène. Une autre forme d’écriture, mais que j’aimerais privilégier dans les années à venir.»

Quel était votre premier job d’étudiant?
«Mon premier vrai boulot, cela a été d’être pigiste à Novamag, le premier citymag. Avant cela, au lycée, on avait développé un journal qui nous a valu une exclusion pour délit de presse. On avait été parrainé par Charlie Hebdo.»

Vous souvenez-vous du montant de votre premier salaire et de ce que vous en avez fait?
«Mon premier chèque on va dire, c’était une bourse. J’ai remporté le concours de droit administratif de ma fac. Oui je sais il faut être bien pervers pour s’intéresser à cela! Et j’ai gagné 6.000 francs (l’équivalent aujourd’hui de 915 €, NDLR). Cela m’a permis de payer une prépa pour tenter ensuite Science Po. Cela a été un petit tremplin.»

Christelle

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s