Passé(s) obscur(s)

froid3Sainte-Barge… Oups, lapsus. Sainte-Barbe, de son vrai nom, exerce une fascination sur les habitants de la petite ville calme de Valla, en Suède. Sur les habitants… mais aussi et surtout sur les employés de l’école maternelle accolée à cet hôpital psychiatrique expérimental pour adultes… qui abrite quelques-uns des plus célèbres serial killers du pays. Expérimental ? L’établissement met un point d’honneur à préserver le lien vital qui unit parent et enfant. C’est pourquoi un couloir souterrain relie les deux bâtiments et permet aux jeunes enfants de rendre régulièrement visite à leur parent interné. Le lieu est froid. L’atmosphère est lugubre. Aussi, lorsque le directeur de l’école publie une offre d’emploi pour embaucher un puériculteur, les candidats ne se bousculent pas au portillon. Une chance pour Jan Hauger qui ne manque pas l’opportunité qui lui est offerte de se rapprocher de son amour d’adolescence et décroche facilement le poste… malgré un passé professionnel plus qu’obscur. Pas à pas, le lecteur se plonge dans la psychologie du jeune éducateur et découvre avec effroi un passé chargé de lourds secrets. La peur, silencieuse, rôde sur les lieux. Mais Jan n’est pas le seul à avoir des secrets… Les collègues féminines qui l’entourent ne semblent, elles non plus, pas fort nettes. Ici encore,  Johan Theorin, habitué des thrillers, maîtrise avec justesse l’art du suspense. Son récit se met fort doucement en place pour ensuite s’accélérer et atteindre un rythme de croisière plus intense. L’auteur qui signe avec « Froid mortel » un très bon thriller psychologique convainc le lecteur haut la main.

 Anne-Sophie

 «Froid mortel » de Johan Theorin, traduit du suédois par Rémi Cassaigne, éditions Albin Michel, 442 pages, 21,50 €

Cote: 4/5

 

Mystérieuse réapparition

Une mère est-elle infaillible quand il s’agit de reconnaître son enfant? C’est cette question que pose Rebecca Frayn dans ce roman inspiré d’un fait réel! Tout commence un soir lorsque Dan, 12 ans, ne rentre pas de l’école. Imaginez l’angoisse de sa mère, Annie, jeune veuve, qui pensait avoir enfin retrouvé le bonheur en rencontrant Julian, et qui se retrouve une fois de plus frappée par le destin. La police mène l’enquête. Mais Dan reste introuvable. S’agit-il d’une fugue, alors que Dan semblait que peu apprécier le fait que sa mère envisageait de se remarier? Ou d’un kidnapping? Le mystère reste entier. Même après que Dan ne réapparaisse mystérieusement trois ans plus tard. Mais s’agit-il vraiment de Dan? Julian, qui nous narre l’histoire, a un doute. Un sérieux doute. Le récit est bouleversant. Et a de quoi inspirer des cauchemars aux parents!

Christelle

« L’écho du doute », de Rebecca Frayn, éditions Belfond, 288 pages, 17,50 €

Cote: 3/5