Matière et anti-matière

Une héroïne qui se sent seule du haut de sa tour de trente étages, tellement décalée, comme si elle avait été placée dans ce monde sans mode d’emploi. L’ennui et la solitude rythment son existence, si tant et si bien que notre jeune héroïne se construit un univers bien à elle, un univers dans lequel est entraîné le lecteur… Tom Tirabosco et Pierre Wazem à qui l’on doit l’excellente BD “La Fin du monde” récidivent avec “Sous-sols” et se jouent une fois encore de nos repères spatio-temporels. Le récit navigue entre onirisme et réalité étrange. Le lecteur ne parviendra à aucun moment à faire la part de choses. Tâche délicate que celle d’évoquer avec justesse la fragilité de la psyché humaine. On appréciera une fois encore le beau crayonné de Tirabosco et la gamme chromatique (gris-bleu irisé) utilisée ici.

L’histoire en quelques mots:

Un chercheur spécialiste de l’anti-matière et une jeune fille d’une simple robe de nuit vêtue font connaissance dans d’improbables sous-sols, ceux de l’accélérateur de particules de. Perdu dans ce qui semble s’apparenter à un véritable labyrinthe, nos héros, tels deux âmes en peine, se donnent pour mission de sauver le monde et de contrer les effets du phénomène scientifique qui tétanise la planète Terre, à savoir celui de l’absorption de la lumière par un trou noir. Pendan ce temps, l’épouse du scientifique et la jumelle de la jeune fille se rencontrent suite à un concours de circonstances des plus loufoques…

Anne-Sophie

“Sous-sols”, de Tirabosco et Wazem, éditions Futuropolis, 120 pages, 20 euros

Scénario: 3/5
Dessin: 4/5