Dernier voyage pour Oscar Pill

C’est avec un petit pincement au cœur que l’on accompagne Oscar Pill pour -déjà- son dernier voyage dans le corps humain. Un voyage qui nous emmène cette fois à la découverte du cerveau. Depuis la bataille entre les Médicus et les Pathologus du tome 4, le Prince noir a réussi son pari maléfique et imposé sa dictature. Mais pour pouvoir délivrer l’humanité, Oscar va d’abord devoir conquérir son ultime trophée. Et pour cela, il lui faudra affronter les mystères et les pièges de la mémoire, des émotions et de la pensée. L’occasion bien sûr pour l’auteur (jadis médecin avant de devenir romancier) de nous faire visiter un univers complexe et fascinant et nous offrir un dernier combat épique. De nous fournir aussi, enfin, les réponses à nos questions sur Vitali Pill, l’énigmatique père d’Oscar. Et d’ajouter une petite pincée de romance. Dur, dur, de dire au revoir à Violette, Valentine, Lawrence, Sacha, Barth, Jeremy, Celia,…, et tous ces personnages auxquels on ne peut que s’attacher au fil des tomes. Mais que les fans se rassurent: si ce 5e livre est le dernier de la série, on devrait retrouver un jour Oscar Pill sur grand écran, puisque le jeune et intrépide Médicus a déjà conquis les producteurs d’Harry Potter… Alors merci Eli Anderson pour cette incursion à la fois palpitante et instructive dans le corps humain!  Et à bientôt Oscar!

Christelle

«Oscar Pill – Cérébra L’ultime voyage», d’Eli Anderson, éditions Albin Michel, 592 pages, 19 €

Cote: 4/5

/// www.toslog.com/elianderson

Thriller sentimental

© léonard-anthony-versilio

Entre deux épisodes de sa série pour ados «Oscar Pill» (publiée sous le pseudonyme d’Eli Anderson et en passe d’ailleurs d’être adaptée par Hollywood), Thierry Serfaty nous prouve qu’il n’a pas perdu la main non plus pour titiller nos nerfs. Dans son dernier roman, le héros, victime d’un accident de voiture, se réveille dans sa vie rêvée. Avant que son cauchemar ne le rattrape! Palpitations cardiaques garanties!

 Vous revenez à vos premières amours: les thrillers. Vous aviez envie de faire une pause avec Oscar et les Médicus?

«En réalité, j’ai écrit ‘Demain est une autre vie’ entre le tome 1 et le tome 2 d’Oscar. C’est une idée que j’avais depuis longtemps. J’avais très envie d’un thriller moins sombre que ce que je faisais auparavant. Un thriller qui serait aussi une quête du bonheur. Un thriller entre rêves et réalité, avec des manipulations et en même temps des sentiments. Mais je n’arrivais pas à concrétiser cette idée. Et je crois qu’Oscar a vraiment débloqué quelque chose. Des héros se sont mis à flotter. Oscar m’a vraiment donné un souffle de liberté dans l’écriture, parce que c’est de la magie, de l’émotion, de l’aventure. Et cela m’a permis de traiter le thriller autrement, d’écrire quelque chose qui me correspond plus.»

Auriez-vous peur des voitures? Comme dans «Le sang des sirènes», il est question ici d’un accident de voiture…

«C’est drôle, je n’avais pas pensé à cela, mais vous ne devez pas être loin de la vérité car j’ai quand même vendu ma voiture il y a quelques années et depuis, je suis en transport en commun ou en scooter… Ce qui n’est pas beaucoup moins dangereux, mais je me sens mieux: au moins, on n’est pas enfermé! Disons que tant que ce n’est pas moi au volant, cela va bien en voiture!»

Vous aimeriez vous réveiller dans une autre vie ou bien la vôtre vous plaît-elle?

«La vie que je mène, je l’aime, je n’ai vraiment pas de regrets à la vivre. Mais je crois qu’on a tous en nous, même si on aime la vie que l’on vit, une existence un peu secrète, remplie de choses que l’on rêverait de faire. Et on rêve tous au moins une fois de ce qui se passerait si on se réveillait dans cette vie-là. Je ne pense pas pour autant qu’il faille forcément concrétiser sa vie de rêve. En revanche, le jour où vous vous réveillez et que vous êtes face à cette vie idéale, alors je comprends qu’on se batte pour la préserver.»

Et comment serait-elle alors, votre vie rêvée?

«(rires) Je ne vais pas tout vous dire! C’est un jardin secret. Et c’est cela qui est chouette d’ailleurs. C’est comme certains fantasmes: on dit qu’il faut les cultiver, sans forcément les réaliser! Ma vie rêvée, c’est donc celle que j’aimerais vivre, mais qu’il ne faudrait peut-être pas que je vive! Mais elle n’est pas en médecine. Je ne reviendrai pas à ma vie précédente, j’aime bien changer. Rien de très transgressif: disons que j’aimerais bien passer la moitié de mon temps à écrire. Et l’autre à être… chanteur d’opéra! Voilà!»

Comment vous est venue l’idée du livre?

«D’un événement assez étrange. J’ai rencontré un type qui s’est réveillé un matin pour se rendre compte, lui, que sa vraie vie n’était pas du tout aussi belle que celle dont il venait de rêver. Cela l’a fait plonger dans une dépression dont je ne l’ai jamais vu sortir. Cela m’a vraiment troublé. Et puis un jour, ce type a disparu. On ne l’a pas revu. On ne sait pas ce qu’il est devenu. Peut-être a-t-il décidé de partir pour créer une nouvelle vie? Je ne sais donc pas ce qui lui est arrivé, mais j’ai eu envie de le venger, de faire un peu l’inverse en imaginant ce type qui fait un cauchemar, qui va se réveiller et se rendre compte qu’il est dans sa vie idéale, mais qui finalement est rattrapé progressivement par son cauchemar.»

Comment est né le personnage de Jamie?

«Avec un peu de recul, j’ai pour la première fois l’impression qu’il y a un peu de moi dans ce personnage. C’est un type qui peut, comme j’ai pu le faire, revêtir une blouse blanche, être cartésien, et se consacrer aux autres. Et en même temps, le jour où la vie bascule, que l’on passe du rêve au cauchemar, il peut se détacher complètement du rationnel pour fonctionner avec son cœur et ses tripes. Et cela, c’est assez moi! Dans les situations de crises, j’oublie mon côté logique, rationnel pour fonctionner à l’instinct, aux sentiments. Je vais bouger, courir, me démener et surtout, comme lui, me battre. Je suis prêt à tout pour la vie et les gens que j’aime.»

On ne retrouve pas les personnages d’Erick et Laura Flamand comme dans vos derniers thrillers. Ils reviendront un jour?

«C’est un couple auquel je suis très attaché et que j’ai envie de faire revenir, mais ils auront droit eux aussi à cette nouvelle touche, pour les rendre encore plus humains. Je n’ai pas du tout envie de les laisser mourir. Même si je crois que les personnages ne meurent jamais parce que les lecteurs prennent le relais et les font vivre à travers leur lecture.»

Vous connaissez bien New York?

«Oui. J’adore cette ville, parce que c’est la ville de tous les possibles. Et de tous les impossibles aussi! Tout peut s’y produire, même l’inconcevable. Cela peut être une ville géniale, et en deux secondes, basculer dans l’enfer. C’est exactement ce qui se passe pour Jamie, c’est pourquoi, j’avais très envie que cela se passe là-bas. On lui offre sur un plateau une vie fabuleuse, dont il a toujours rêvé. Il la saisit parce que l’occasion est trop belle. Mais ensuite, son passé le rattrape, son cauchemar le rappelle et tout bascule. Je vois un peu ce livre comme une poupée russe: vous ouvrez une vie, il en y a une autre dedans, et ainsi de suite. Je trouve cela très propre à New York aussi: vous soulevez quelque chose et il y a autre chose derrière. Il y a plein d’existences et de possibles cachés dans cette ville.»

Sur quoi travaillez-vous en ce moment?

«Sur le tome 4 d’Oscar. Il sortira en novembre…»

Peut-on déjà en savoir un peu plus?

«(rires) Que puis-je vous dire? Qu’Oscar est un peu entre deux chaises. Il a grandi: il a 16 ans. Il va découvrir le 4e univers, celui de la génétique, des gènes, avec toutes les questions qui vont avec: qu’est-ce qu’on transmet de parents à enfants, qu’est-ce qu’il a de son père, qui est absent? Et puis surtout Oscar a été banni de Cumides circle dans le dernier tome. Il va donc voir ses amis partir à la conquête d’un quatrième trophée alors que lui ne peut pas les rejoindre. Il va violer l’interdit, partir de son côté. En même temps, on va assister à la montée des Pathologus, avec un prince noir prêt à tout, qui va déclarer la guerre au monde. Oscar va connaître la trahison. Il va être tenté par la trahison. Il va connaître l’amour et l’amour impossible. La mort d’un proche aussi. Donc il va y avoir du sang, des larmes et beaucoup d’espoir malgré tout!»

Les aventures d’Oscar vont être adaptées à Hollywood!

«Oui, cela a été un choc! Je ne m’en suis pas encore remis! C’est Warner et Heyman qui en ont acquis les droits. Aux Etats-Unis, tout le monde se demandait qui allait prendre la suite de ‘Harry Potter’ avec ces producteurs-là. Quand la presse a parlé d’Oscar, ils étaient tous en train de se demander qui était ce petit ‘Frenchy’ qui prenait leur place! C’est encore un peu virtuel pour moi, mais je sais que c’est une aventure fabuleuse! Je le vois surtout comme un encouragement extraordinaire et une forme de légitimité pour Oscar. Mais on verra. Je ne veux pas perdre mon plaisir du rapport au livre. Je veux continuer à écrire, accompagner Oscar jusqu’au bout de son destin. Et puis advienne que pourra! Si cela en fait un film, tant mieux!»

                Christelle  

Pour obtenir une dédicace électronique personnalisée deThierry Serfaty, rendez-vous sur son slog: www.thierry-serfaty.com

 En quelques lignes

Jamie Byrne a, semble-t-il, tout pour être heureux. Chirurgien plutôt beau gosse, marié, une maîtresse, et un pote sur qui il peut toujours compter. Pourtant, alors qu’il vient de brûler un feu rouge, que son pare-brise se disloque et qu’il voit sa vie défiler devant les yeux, c’est aux enfants qu’il aurait aimé avoir et que sa femme, Inès, lui a toujours refusé qu’il pense. Puis coup de théâtre: Jamie se réveille dans son lit, sa femme à côté de lui. Sauf que cette femme n’est plus l’acariâtre Inès, mais Meredith, une épouse séduisante, amoureuse et pleine de sollicitude… Surgissent ensuite deux petits garçons: les leurs. Autrement dit, Jamie se réveille dans sa vie rêvée. Et si cet accident n’était rien d’autre qu’un vilain cauchemar? Mais cela ne ferait pas un bon thriller si c’était aussi simple! Or un bon thriller, palpitant et plein de rebondissements, ce livre l’est assurément! Entre suspense et émotions, son dernier roman mené tambour battant nous propulse dans une course folle jusqu’aux dernières pages et un dénouement plutôt inattendu. Un vrai coup de cœur!

«Demain est une autre vie», de Thierry Serfaty, éditions Albin Michel, 384 pages, 20 €

Cote: 5/5

 

 

Oscar Pill amoureux

Un immense champ de fleurs pourpres où, tous les mois, un terrible orage provoque un torrent de pétales, une fusée qui se dresse fièrement sous l’effet du désir dans la base spatiale de Testis One ou Two: après l’univers digestif d’Hépatolia et les Royaumes des Souffles et de Pompée, Oscar Pill s’en va explorer Embrye. Car pour ceux qui ne le sauraient toujours pas, Oscar appartient à la lignée des «Médicus». Comme son père disparu, Oscar a en effet hérité d’étranges pouvoirs qui lui permettent de voyager à l’intérieur des êtres vivants. De chaque univers, Oscar et ses camarades devront ramener un trophée qui leur permettra de devenir des Médicus accomplis. Mais pour conquérir son trophée dans l’univers de la reproduction, le jeune Médicus va devoir braver bien des dangers, dont des nymphes en colère défendant leur ‘O-Wul’. Sans compter les Pathologus, ennemis jurés des Médicus, qui ont en effet décidé de passer à l’attaque, et espèrent bien dérober les précieux piliers des Médicus. Mais Oscar, 14 ans, profite aussi du tome 3 de ses aventures (prévues en cinq volumes) pour tomber amoureux… Sauf que l’élue de son cœur va lui donner du fil à retordre. D’autant que la belle n’est pas au courant des supers pouvoirs d’Oscar et n’est pas prête à gober les excuses bidons qu’il lui sert pour justifier ses absences lors d’incursions dans les corps. Outre un voyage très intime au cœur du système de la reproduction, ce tome 3 est aussi celui de la découverte du corps qui change à l’adolescence. Avec en prime quelques bonnes surprises…

Christelle

«Oscar Pill – Le secret des Eternels», d’Eli Anderson, éditions Albin Michel, 600 pages, 19 €

Cote: 4/5

Une nouvelle aventure pour Oscar Pill

© Eric Garault

Après avoir joué avec nos peurs dans ses thrillers, Thierry Serfaty nous emmène dans une palpitante aventure au cœur du corps humain. Sous le pseudonyme d’Eli Anderson, il nous conte les péripéties de son jeune héros, Oscar Pill, un «Médicus» qui a le pouvoir de voyager dans n’importe quel être vivant. Dépaysement total assuré! Pourquoi avoir décidé de prendre un pseudonyme pour écrire Oscar?

«J’écris aussi des thrillers et je voulais vraiment différencier les deux univers. Je ne voulais pas tromper mes lecteurs, qu’un lecteur de thrillers ouvre un roman de Thierry Serfaty et se retrouve plongé dans un roman d’aventures et d’imaginaire, même s’il y a ici aussi du suspense et d’autres composantes de thrillers. Je voulais vraiment séparer les deux univers, même pour moi – je dois être un petit peu schizo! Mais c’est une écriture différente, des choses que j’avais en moi depuis très longtemps et qui méritaient d’être séparées du reste.

 Et pourquoi Eli Anderson?

«Eli est mon second prénom. Je crois qu’on a besoin, quand on prend un pseudonyme, d’avoir quelque chose de réel dedans malgré tout. Et puis Anderson, parce que j’aime la Scandinavie et que j’ai toujours été amoureux d’Andersen qui est mon auteur fétiche, et dont les contes sont, à mes yeux, pas du tout pour enfants, mais pour adultes: ce sont des leçons de vie. Comme il fallait un peu d’humilité, j’ai transformé Andersen en Anderson. Et cela a donné Eli Anderson!»

 Comment est né Oscar Pill?

«Je l’ai en tête depuis très longtemps! J’ai toujours été fasciné par le corps humain. Même tout petit, je jouais à ‘Mister Découpeur’, j’étais déjà un petit peu meurtrier je crois! Mais je m’étais fait une idée du corps humain tout à fait décalée par rapport à la réalité. J’avais envie de quelque chose d’extraordinaire, de l’aventure… Du coup, je suis allé voir du côté de la médecine comment est vraiment le corps. Mais ce qu’on m’a appris ne correspondait pas du tout à l’idée que je m’en faisais. Je voyais des peuples, des montagnes, des guerres,… Et on m’a montré une machine, fascinante, mais une machine quand même. Puisque je ne trouvais pas le corps dans lequel j’avais envie de voyager, je me suis dit que j’allais le créer! C’est comme cela qu’est né Oscar Pill.»

Oscar, c’est un peu le meilleur des médicaments.

«Oui ! Un autre élément qui a contribué à la naissance d’Oscar, c’est qu’après mes études, j’ai fait une thèse de médecine sur la signification de la maladie pour l’enfant. J’avais demandé à des enfants de dessiner la maladie. En voyant les résultats, je me suis dit qu’il y avait vraiment quelque chose à faire. Il faut leur donner autre chose que des médicaments ou de l’anatomie pure. Et puis, j’avais vraiment envie d’inventer un corps plus riche, avec lequel les ados se sentiraient bien un jour, parce que l’adolescence est un moment difficile. J’ai eu envie qu’Oscar les emmène dans un corps différent, un corps qui n’a jamais été vu comme cela. Je voulais inventer un corps nouveau et un terrain où personne n’était jamais allé.» 

Vous connaissez déjà la fin?

«Je sais exactement ce qui se passe à la fin! Depuis le début, je connaissais le pouvoir d’Oscar et je savais où il irait. J’ai ensuite tracé les fils conducteurs des cinq romans. Pour chaque tome, j’établis un plan extrêmement détaillé. Ne dites pas que je suis un peu ‘psy-quelque chose’, mais j’ai une grille préformée dans mon ordinateur, avec deux colonnes et dix cases par colonnes. La colonne de gauche, c’est pour les titres de chapitres, la colonne de droite, pour le contenu de chaque chapitre avec les messages à délivrer. A gauche, c’est au feutre noir, à droite au crayon à papier. Vous voyez, on n’est pas sorti de l’auberge! Le traitement est encore long! (rires)»

Espérons qu’Oscar puisse faire quelque chose pour vous!

«Oui! Mais il faudra attendre le tome cinq, quand il ira dans le cerveau! Avant de se battre contre le Prince Noir, il aura vraiment intérêt à faire quelque chose pour son papa de plume!»

Cette fois, Oscar ne fera pas son apprentissage tout seul, il sera accompagné d’autres jeunes Médicus.

«Il va se rendre compte qu’il n’est plus seul au monde. Et tant mieux, puisque dans le tome 2, la menace se précise. Cette menace lui fait comprendre tout l’enjeu de sa formation. S’il est formé à être un Médicus, c’est parce qu’il a une mission, non pas tout seul, mais au sein d’un groupe qui est là pour défendre l’humanité entière contre un autre groupe. Et pour qu’il comprenne cela, il va être formé avec d’autres jeunes Medicus. Avec quelques surprises…»

Oscar mène aussi une quête personnelle…

«Oui, Oscar est déchiré entre les quêtes personnelles et sa mission de Médicus. Et il a les deux à mener de front… »

Oscar va avoir une petite amie dans le tome suivant?

«Il est déjà amoureux, mais il a un petit peu de mal à l’exprimer et à l’accepter! Les garçons sont beaucoup moins mûrs que les filles à l’adolescence! Finalement, c’est aussi la symbolique de ce tome 2 qui porte sur le deuxième univers, celui des Souffles et de Pompée, la respiration et le cœur. Le cœur symbolise la vie, mais aussi l’amour et l’amitié. Qu’est-on prêt à faire au nom de l’amitié, de l’amour? Est-ce que j’accepte aussi l’amour des grands pour d’autres grands? Toutes ces questions arrivent à cet âge-là et correspondaient pile-poil à l’univers qu’il va explorer. Le tome 2 est donc un premier virage. Le tome 3 est lui une sorte de colonne vertébrale parce qu’il parle de la création, de la procréation. On va entrer dans l’univers très intime d’Embrye, là où l’enfant naît. Ce sera aussi la découverte du corps qui change à l’adolescence. Mais je voulais qu’avant de découvrir le corps sexué, il y ait l’amour et l’amitié, les sentiments…»

On peut déjà connaître quelques petites choses du tome 3 pour nous aider à patienter?

«Ah, que puis-je déjà vous dire… Qu’Oscar ne va pas seulement voyager dans le corps, mais aussi dans le monde. Il va connaître les plaisirs et les chagrins de l’amour, ainsi que sa première véritable mission de Médicus…»

Vous auriez aimé être un Medicus?

«(Rires) Je crois qu’Oscar est le médecin que j’aurais voulu être! Je dois dire qu’avec lui, je me défoule bien! J’ai beaucoup d’admiration pour mes confrères. Je n’ai rien contre la science. Mais j’ai quelque chose contre la façon qu’on a de nous l’apprendre et de nous l’imposer. Je crois qu’il faudrait que ce soit plus ouvert, plus ludique, avec plus d’aventures. Qu’on laisse une part au mystère. Dans la science et le corps tels qu’on nous les apprend, on est un peu des êtres passifs, dépendant d’un corps contre lequel on ne peut rien. Moi, je voulais l’inverse. Le Médicus, c’est vraiment le médecin comme on devrait tous être, c’est-à-dire partant parfois à l’aventure, acceptant l’inconnu, que des choses nous dépassent, et en même temps utilisant les outils qu’on a autrement, recourant à l’imaginaire et à l’aventure. Bien sûr, on ne part pas à l’aventure quand on va à l’hôpital. Mais je pense que la magie, l’aventure et l’imaginaire en général permettent de s’approprier des choses qui font peur. J’adorerais que les médecins aient les mêmes pouvoirs qu’un Médicus. Comme ce n’est pas le cas, j’aimerais vraiment que les êtres humains  puissent au moins faire ce que les médecins ne peuvent pas faire, mais bien les Medicus, c’est-à-dire voyager à l’intérieur du corps, l’explorer et s’approprier ces territoires inconnus, les voir différemment. C’est juste un regard différent.»

Auquel de vos héros vous identifiez-vous le plus?

«Je m’identifie le plus à celui qui est absent mais présent sans l’être, à savoir Vitali. C’est peut-être d’abord parce que j’ai un peu envie d’être le papa d’Oscar! Et puis j’aime bien cette présence. J’aime les gens qui laissent une empreinte même quand ils ne sont plus là. Être là sans être là, dire les choses sans les dire… On trouve toujours une façon de faire revenir les absents, d’une façon ou d’une autre. Oscar, c’est avec son album photos, Violette avec ses rêves et ses décalages, Célia à travers ses enfants. Donc j’aime bien les absents qui trouvent d’autres façons d’être là.»

La série pourrait devenir un film?

«Elle le pourrait! J’ai toujours une vision très imagée. Quand j’écris un chapitre, j’ai besoin qu’il se déroule devant mes yeux comme un film. Si je n’arrive pas à le faire, c’est que le chapitre n’est pas bon et je le recommence. Mais il faut laisser un petit peu de temps aux choses. Pour l’instant, il n’y a rien de concret.»

Oscar connaît un succès à l’étranger aussi!

«Le papa est fier de son fiston! En 2011, Oscar ne se contentera pas de voyager dans le corps: il sera publié en Italie, en Pologne, au Brésil, en Turquie, en Corée, au Japon, et c’est en cours de négociation en Allemagne, en Espagne et en Hollande. Bref, avec la France, la Belgique et la Suisse et les hispanophones sud-américains ça fera une quinzaine de pays!» 

Et que deviennent Laura et Erick Flamand ?

«Ils se reposent. Ils l’ont bien mérité! (Rires) Il y a un thriller, qui est déjà écrit, et qui n’est pas avec Erick et Laura. C’est une pause que je voulais faire. Cela rejoint un peu mes premières amours en thrillers. C’est moins violent. Il y a du suspense, un peu d’humour et aussi d’humanité. J’avais envie de ce cocktail-là. Je pense qu’Oscar a libéré certaines choses. Même en thriller, j’avais envie de mettre plus d’humanité, d’émotion. Erick et Laura vont revenir, peut-être eux aussi un peu tintés de ce que l’univers d’Oscar laisse en moi.»

Christelle

L’histoire en quelques lignes

Après avoir visité l’univers digestif d’Hépatlolia, Oscar Pill s’aventure cette fois à l’intérieur des Royaumes des Souffles et de Pompée, à savoir des poumons et du cœur. Car pour ceux qui ne le sauraient pas encore, Oscar n’est pas un ado comme les autres. Il appartient à la lignée des «Médicus». Comme son père disparu, Oscar a en effet hérité d’étranges pouvoirs qui lui permettent de voyager à l’intérieur des êtres vivants.

Dans le tome 2 de cette série prévue en 5 volumes (un pour chaque univers à explorer), Oscar poursuit sa formation à Cumides Circles -l’étrange demeure du Grand-maître des Médicus, où les arbres se déplacent et où les livres se révèlent parfois têtus. Mais il est accompagné cette fois de quatre autres jeunes Médicus. Une formation qui va les plonger à l’intérieur d’un vieux monsieur grincheux qui ne leur facilite pas vraiment la tâche, entre les cigares qu’il fume et tout le whisky qu’il s’envoie! Sans compter la menace des Pathologus, ennemis jurés des Médicus, qui plane toujours depuis que leur prince noir, Skarsdale, s’est évadé de prison.

Malgré cela, Oscar et ses condisciples tenteront de rapporter de ce nouvel univers leur second trophée, un trophée en deux parties.

Mais une autre quête préoccupe également le jeune Oscar, celle de la mystérieuse et très secrète table d’émeraude…

Un second tome palpitant –dans tous les sens du terme-, dans lequel on retrouve avec beaucoup de plaisir Oscar,  ses amis et sa sœur légèrement extraterrestre, pour une nouvelle aventure à l’intérieur du corps humain. 

«Oscar Pill – Les deux royaumes», d’ Eli Anderson, éditions Albin Michel, 622  pages, 19 €

Cote: 5/5

http://oscarpill.com/index.html

http://www.elianderson.info/index.aspx?id_blog=3

Nouvelles aventures dans le corps humain pour Oscar Pill

Comme tout les Médicus, Oscar Pill a le pouvoir de voyager à l’intérieur du corps humain. Le tome 2  de ses aventures  l’emmènera aux Royaumes des Souffles et de Pompée, à savoir du cœur et des poumons.

Accompagné cette fois pour sa formation de quatre autres jeunes Medicus, Oscar va donc plonger à l’intérieur d’un vieux monsieur grincheux. Mais ce dernier ne leur facilite pas vraiment la tâche, entre les cigares qu’il fume et tout le whisky qu’il s’envoie !

Sans compter la menace des Pathologus, ennemis jurés des Médicus, qui plane toujours depuis que leur prince noir, Skarsdale, s’est évadé de prison.

Malgré cela, Oscar et ses condisciples tenteront de décrocher leur second trophée, un trophée en deux parties.

Mais une autre quête préoccupe également le jeune Oscar qui n’a jamais connu son père, un célèbre Médicus disparu peu de temps avant sa naissance, celle de la mystérieuse et très secrète table d’émeraude…

Un second tome palpitant –dans tous les sens du terme- qui nous entraîne pour une nouvelle aventure à l’intérieur du corps humain.  

En librairie dès aujourd’hui!

Christelle

«Oscar Pill – Les deux royaumes », d’Eli Anderson, éditions Albin Michel, 622 pages, 19 €

Cote : 5/5

http://oscarpill.com/index.html

http://www.elianderson.info/index.aspx?id_blog=3

De nouvelles aventures au coeur du corps humain

oscarpillmedicusOscar Pill nous emmène pour des aventures fascinantes, dans un univers riche et mystérieux situé en plein coeur… du corps humain. Car s’il ressemble à tous les garçons de son âge (un brin plus courageux quand même!), Oscar Pill n’est pourtant pas un  ado ordinaire… Oscar Pill est un Médicus. Et comme son célèbre père Vitali Pill, puissant Médicus aujoud’hui disparu, Oscar a le pouvoir de voyager dans n’importe quel corps vivant. Canari, chien et, le plus complexe de tous, l’être humain…

L’histoire commence par l’incroyable évasion de prison de Skarsdale, sombre Prince des Pathologus, ennemis jurés des Médicus et eux aussi dotés du pouvoir d’intrusion corporelle.

Oscar Pill, qui jusque là vivait tranquillement à Pleasantville avec sa mère, Celia, et  sa grande soeur légèrement extraterrestre, Violette, va être choisi par le grand maître des Médicus pour affronter Skarsdale.  

Mais avant d’en arriver là, Oscar va devoir apprendre. Formé l’espace d’un été en secret à Cumide Circle, l’étrange propriété du grand maître des Médicus, il va partir à la découverte de cet univers fascinant et de ses cinq mondes: Hépatolia (univers digestif),  Souffles et Pompée (royaume des poumons et du coeur), Embrye (univers de la reproduction), Génétys (monde des chromosomes et des gènes) et enfin Cérébra (l’univers du cerveau). Cinq mondes plus riches encore que la série ‘Il était une fois la vie’ et dans lesquels Oscar devra braver tous les dangers pour en rapporter un trophée.

Ancien interne en médecine, Eli Anderson explique sur son blog qu’il rêvait de « libérer les enfants de la peur du corps et de la maladie ». Les aventures d’Oscar Pill, prévues semble-t-il en cinq tomes, devraient assurément y contribuer. Ce qui est certain en tout cas, c’est que l’on n’avalera plus ses croissants du dimanche matin de la même façon!

Envie de vous lancer dans de nouvelles aventures? Un petit tour sur le très beau site du livre vous permettra de pénétrer dans l’univers des Médicus, de découvir les secrets d’Oscar, Valentine et Lawrence, et même de tenter une intrusion dans un canari! De quoi patienter en attendant le deuxième tome, celui des « deux royaumes »…

Christelle

« Oscar Pill – La révélation des Médicus » par Eli Anderson (Albin Michel), 572 pages, 19 €

Cote: 5/5

http://oscarpill.com/index.html

http://www.elianderson.info/index.aspx?id_blog=3