La recette du bonheur ? Un bon fou rire et un orgasme !

Après plusieurs thrillers, la Belge Barbara Abel revient avec une bonheur sur ordonnancecomédie sur le bonheur dont elle nous confie la recette : un bon fou rire et un orgasme.

Être condamnée au bonheur, on pourrait penser qu’il y a pire comme maladie !

«Oui ! Quoique… Quand on lit le bouquin…»

Le bonheur pour vous, qu’est-ce que c’est ?

«Pour moi, le bonheur, c’est vraiment quelque chose de personnel à chacun. Il n’y a pas de recette. J’ai fait attention en écrivant ce livre à ne pas être péremptoire, ne pas avancer de théories et d’insister sur le fait que c’était quelque chose de propre à chacun. Le bonheur pour l’un n’est pas le bonheur pour l’autre. On voit bien que Sonia, la soeur de Méline, a choisi une voie du bonheur complètement différente et y parvient parfaitement. Chacun essaie de se dépatouiller avec sa définition du bonheur pour tenir.»

Et vous, êtes-vous heureuse ?

«Il y a des jours où je suis heureuse, d’autres pas, comme pour tout le monde. Il y a des jours où tout va bien, c’est le paradis, et d’autres où j’ai l’impression qu’il n’y a rien qui roule, que je m’engueule avec mon homme, les enfants me pompent. Mais je ne suis pas malheureuse, cela c’est sûr.»

Les recettes de Méline, vous les avez testées ? La rigologie, l’orgasme

«L’orgasme et un bon fou rire, pour moi, c’est la clé du bonheur! L’orgasme, c’est quand même un truc qui marche ! Pour ce qui est de la rigologie, j’ai fait un stage pour écrire le bouquin. Sur les trois soirs, j’ai eu un vrai fou rire. Pour le reste, je n’ai pas trouvé cela hyperconcluant. Mais c’était intéressant. Je pense que le rire doit être spontané pour que cela fonctionne. Par contre, un bon fou rire, il n’y a rien de mieux. Après, on se sent bien, on voit la vie de manière positive, le corps est détendu. Si on avait un orgasme et un fou rire par jour, à mon avis, on se porterait mieux ! Ceci dit, ce n’est pas facile.»

Comment vous est venue l’idée du livre ?

«D’une réflexion à propos de quelqu’un atteint d’un cancer assez avancé. On disait à propos de cette personne que dans ce genre d’épreuve, le moral était prépondérant. Cette réflexion m’a amenée à penser que cela devait être très dur d’avoir le moral dans ce genre d’épreuve. C’était un cercle vicieux: on n’a pas le moral parce qu’on a le cancer et si on a pas le moral le cancer gagnera du terrain. Et parce que le cancer gagne du terrain, on a encore moins le moral. C’est un peu ce qui arrive à Méline. On lui dit qu’elle doit être heureuse à tout prix. Dès qu’elle ressent une contrariété elle pète les plombs, du coup elle n’est pas heureuse, comme elle n’est pas heureuse elle pète les plombs, etc.»

Des Méline, vous en connaissez?

«Méline, c’est moi, c’est ma voisine, mes copines, les mamans des copains de mon fils, ma mère, ma soeur.»

Vous avez d’autres projets ?

«J’en ai deux en cours: le deuxième tome d’une bande dessinée que je réalise avec mon homme, Gérard Goffaux, et qui s’appelle ‘Je vous salue Jennifer’, dont le 1er tome est paru l’an dernier aux éditions Quadrants, et je suis en train d’écrire un nouveau roman…»

Christelle

L’HISTOIRE EN QUELQUES LIGNES

Être condamnée au bonheur, on pourrait croire qu’il y a pire tragédie dans la vie. Et pourtant, ce  n’est pas si facile. Atteinte d’une étrange maladie, une sorte de cancer qui s’attaque au gène du bonheur, Méline mourra faute de traitement adéquat. or, pour son médecin, il n’existe qu’un seul traitement: être heureuse. Mais le chemin du bonheur est semé d’embûches pour cette mère de famille. Méline essaie tour à tour les cours de rigologie intensifs, la thérapie par les couleurs, le shopping ou encore le shoot à l’orgasme, tout en décidant de cacher la vérité à sa famille. Une comédie irrésistible à emporter dans ses valises pour lire sur la plage cet été ! 

«Le bonheur sur ordonnance», de Barbara Abel, éditions fleuve noir, 336 pages, 18,90 €

Cote : 3/5

Thriller glamour

9782265086845Quand on est journaliste pour la presse à scandales, il ne faut pas avoir peur de se salir les mains et de fouiller dans les poubelles des célébrités. C’est ce que découvre Simone Glass, qui fait ses premiers pas dans le métier à ‘L’Asteroid’. À la recherche de potins croustillants et autres scoops honteux pour remplir sa chronique, elle enfile donc ses gants et part à l’assaut des containers. C’est ainsi qu’elle déniche dans le tas d’ordures d’une star la chaussure d’une autre actrice récemment assassinée. Une sombre histoire de meurtres en série l’attend. Mais Simone n’est pas la seule sur le coup: le séduisant Neil Walker, qui travaille pour la concurrence, est bien décidé à lui mettre des bâtons dans les roues et lui ravir le scoop. Un thriller glamour pour cette journaliste de formation qui sait donc très bien de quoi elle parle. Les voyeurs en auront pour leur argent!

Christelle

«Scoop à Hollywood», d’Alison Gaylin, éditions Fleuve Noir, 437 pages, 14,90 €

cote: 4/5