Une saga angélique

Sophie Audouin-Mamikonian vient de publier une nouvelle saga pour ados (mais qui devrait plaire aux amateurs de fantastique tout court).  Après les sortceliers de son AutreMonde où se déroule la plupart des aventures de son héroïne Tara Duncan, elle nous entraîne à nouveau dans une autre dimension, mais cette fois peuplée d’anges… pas toujours angéliques. L’endroit où ils vivent n’a d’ailleurs rien du paradis! Pour « survivre » à leur mort si l’on peut dire, ces anges imaginés par cette princesse héritière du trône d’Arménie doivent en effet se nourrir des sentiments humains, qu’ils n’hésitent parfois pas à provoquer. Et bien sûr, il y a les anges bleus, les « gentils », qui se nourrissent de sentiments positifs tels la joie, l’amour, le bonheur. Et les « méchants », les rouges, qui se repaissent des volutes rouges dégagées par les humains en colère ou haineux… Sophie Audouin-Mamikonian explique en avoir eu l’idée en contemplant les angelots rouges et bleus peints par Jean Fouquet dans « Vierge à l’Enfant entourée d’anges » au… XVe siècle! Mais outre ce nouvel univers à découvrir, on se passionne pour les aventures d’un jeune angelot, Jeremy, sauvagement assassiné à 23 ans, le coup tranché par un katana, un sabre japonais. Depuis cet au-delà, Jeremy va enquêter sur son assassinat pour découvrir qu’une jeune femme de 20 ans, Allison, a été témoin de son meurtre… et est à son tour traquée par son assassin. Mais en tentant de la sauver, Jeremy en tombe amoureux. Or, la sauver revient à vivre dans un monde séparé d’elle! Du surnaturel, de l’amour, du suspense et des rebondissements… Tous les ingrédients sont là pour vous évader une fois de plus dans l’univers de cette étrange auteure, qui écrit depuis l’âge de 12 ans. Une suite est attendue pour l’an prochain. D’ici là, il reste le site du livre. Et la page des fans sur Facebook. Et bien sûr les autres aventures écrites par Sophie Audoin-Mamikonian pour ceux qui débarquent!

Christelle

« La couleur de l’âme des anges », de Sophie Audoin-Mamikonian, éditions Robert Laffont, pages, 450 pages, 17,90 €

Cote: 4/5

http://www.lacouleurdelamedesanges.com/²

La suite des aventures d’Oksa Pollock

Voilà un ouvrage qui devrait produire la félicité dans le cœur des « Pollockmaniaks » et susciter leur enjouement le plus total, paroles de Foldingots! Alors que la Terre subit séismes, éruptions volcaniques et pluies torrentielles, Oksa Pollock et les Sauve-Qui-Peut se lancent à la recherche du portail d’accès à Edéfia, la terre magique de leur origine dont les plus anciens d’entre eux ont été expulsés une cinquantaine d’années plus tôt. Mais pour ce faire, la Jeune Gracieuse et ses proches vont devoir s’allier à leurs ennemis mortels, les redoutables Félons menés par Orthon. Le parcours sera, cela va de soi, pas de tout repos. Quant à ce qui les attend sur cette terre perdue, n’en parlons pas! Disons seulement que l’on retrouve avec un bonheur non feint et un intérêt exponentiel la pétillante Oksa, sa grand-mère Dragomira, son père Pavel -que la colère transforme en dragon-, Gus, son ami de toujours, et le ténébreux Tugdual, qui semble tant émouvoir le coeur de la Jeune Gracieuse… Sans oublier non plus les inénarrables et extravagantes créatures magiques que sont les Foldingots, les Insuffisants ou encore les Devinailles. Bref, en un mot, le charme du début continue d’opérer et d’engendrer chez les Pollockmaniaks, petits comme grands, des palpitations, preuves de lecture des plus plaisantes!

Christelle

« Oksa Pollock – Le cœur des deux mondes », d’Anne Plichota et Cendrine Wolf, XO éditions, 368 pages, 17,90 €

Cote: 5/5

Dr Jekel et Mr Hyde

Après «Comment se débarrasser d’un vampire amoureux», Beth Fantaskey nous a concocté une sorte de remake du «Dr Jekill & Mr Hyde». Depuis l’arrivée de Tristan Hyde dans la classe de Jill Jekel, leurs noms de famille suscitent les plaisanteries. Il est vrai qu’ils rappellent vaguement quelqu’un… Si les autres savaient! Le père de Jill a en effet toujours cru que sa famille descendait du Dr Henry Jekyll, ce scientifique qui a créé son alter ego maléfique. Quant à Tristan, si l’on en croit la légende familiale, il est le descendant direct du monstre, ce qui expliquerait ses actes de violence passagers. Plutôt doués en chimie tous les deux, Jill et Tristan vont s’allier et tenter de récidiver l’expérience de leur ancêtre, dans l’espoir d’échapper à leur destin… Une dose de fantastique, une pincée d’amour, un zeste de trahison et un brin de suspense: l’alchimie est plutôt réussie et devrait prendre auprès des adolescent(e)s!

Christelle

«Alchimie», de Beth Fantaskey, éditions Le Masque, collection MsK, 401 pages, 17 €

Cote: 3/5

Sorcières

Ecrite par l’auteure de la saga «Journal d’un vampire», cette nouvelle série fantastique enfin traduite en français met en scène des sorcières. L’héroïne, Cassie, est contrainte de quitter le soleil de la Californie pour s’installer dans la lugubre maison de sa grand-mère en Nouvelle-Angleterre, dans un endroit paumé baptisé La Nouvelle Salem. Dès la rentrée des classes, Cassie se heurte à la flamboyante Faye, qui fascine tout comme elle terrorise tout le lycée. C’est que Faye fait partie du «Club». Heureusement pour Cassie, la belle Diana, membre du Club elle aussi, la prend rapidement sous son aile et la fait pénétrer à son tour dans le Cerlce secret. Sorcellerie, suspense, amitié… sans oublier une pointe d’amour impossible. Une nouvelle histoire fantastique de la collection Blackmoon qui ne manquera pas de plaire aux adolescentes.

Christelle

«Le cercle secret – tome 1», de L.J. Smith, éditions Hachette Jeunesse, collection Blackmoon, 420 pages, 15 €

Cote: 3/5

La « Pollockmania » se propage !

Certains parlent déjà d’Anne Plichota et de Cendrine Wolf comme les nouvelles JK Rowling françaises! Et pour cause: leur héroïne, Oksa Pollock, est bien partie pour suivre les traces du célèbre petit sorcier. Autoéditées depuis trois ans, les deux femmes, bibliothécaires à Strasbourg, ont rencontré un tel succès auprès de leurs jeunes lecteurs, les « Pollockmaniaks », que ceux-ci ont poussé un coup de gueule qui a été entendu par les éditions XO qui viennent tout récemment de publier les deux premiers tomes des six prévus, et surtout… ont conclu un accord pour la cession des droits cinéma à SND, société du Groupe M6, actionnaire de Summit Entertainment, qui n’est autre que le producteur de «Twilight». Entre-temps, les droits de traduction ont eux déjà été achetés par de nombreux pays, dont l’Allemagne, l’Italie, le Brésil, le Japon, la Pologne et la Turquie. Et l’Espagne et les Etats-Unis devraient suivre prochainement.
 
Mais qui est donc cette mystérieuse jeune fille de 13 ans, aux cheveux châtains coupés au carré et aux yeux gris ardoise, qui suscite tant d’engouement? A priori, on pourrait penser qu’il s’agit d’une ado ordinaire… Si ce n’est peut-être qu’elle rêve de devenir une ninja! Le tome 1, «L’inespérée», débute par le déménagement précipité de la famille Pollock -Oksa, ses parents, Pavel et Marie, et son excentrique grand-mère Dragomira- qui s’en va vivre à Londres. Oksa fait donc sa rentrée dans sa nouvelle école, accompagnée heureusement de son meilleur ami, Gus Bellanger, venu s’installer à Londres lui aussi avec sa famille, très proche de celle d’Oksa. Tous deux se retrouvent dans la classe du terrible professeur McGraw.

Ce qu’Oksa Pollock a de commun avec Harry Potter alors, vous demandez-vous? Non pas une cicatrice en forme d’éclair sur le front, mais bien une étoile apparue soudainement autour de son nombril… Sans compter bien sûr ses pouvoirs magiques qui ne tarderont pas à se révéler à elle. Et parmi ceux-ci, comme l’illustre la couverture du premier tome, le don de pouvoir créer une boule de feu sans allumette!

Terrifiée à l’idée de s’attirer des ennuis, Oksa n’ose d’abord en parler à personne. Mais lorsque Dragomira découvrira la trace autour du nombril de sa petite-fille, elle aura vite compris que celle-ci est l’Inespérée, la nouvelle Gracieuse, celle qui permettra aux Sauve-Qui-Peut  de retourner dans leur monde, Edéfia, dont ils ont été éjectés en 1953…

Au fil des pages qu’on est de plus en plus pressé de tourner, on découvre donc les nouveaux pouvoirs d’Oksa et les origines de sa famille hors du commum. Sans oublier les créatures imaginaires attachantes qui gravitent auour d’eux, comme les deux Foldingots, le Gétorix, l’Insuffisant, le Curbita-Peto ou encore la Goranov.

Les deux premiers tomes viennent de paraître en mars et en mai. Maintenant, il va falloir patienter jusqu’à la sortie du troisième… et des suivants.

Christelle

« Oksa Pollock – L’Inespérée » d’Anne Plichota et Cendrine Wolf, XO éditions, 496 pages

« Oksa Pollock – La forêt des égarés », d’Anne Plichota et Cendrine Wolf, XO éditions, 400 pages

Cote: 5/5

http://www.oksa-pollock.com/

Entretien avec une vampirologue

encyclopédie amoureuse des vampiresLE LIVRE : Katherine Quénot est vampirologue. Elle vient de publier une oeuvre frissonnante, « L’encyclopédie amoureuse des vampires ». On y apprend tout ce qu’il y a à savoir sur les buveurs de sang qui plongent leurs crocs au plus profond de l’histoire, depuis la ténébreuse Lilith, premier vampire, effacée ensuite de la Genèse. L’encyclopédie reprend les nombreuses races existantes. Elle donne aussi des preuves du vampirisme. Une partie de l’encyclopédie est également consacrée au baiser du vampire. Sans oublier, les secrets pour devenir un vampire  par la magie et les lieux où les rencontrer… Une encyclopédie agrémentée des dessins gothiques de John Bolton, à qui l’on doit nottamment les illustrations de l’oeuvre de Neil Gaiman, « Books of magic », et d’Anne Rice pour « Lestat le vampire ».
Katherine Quénot

copyright DR

 

Comment devient-on vampirologue ?
« On ne devient pas vampirologue, c’est comme pour Dieu, on reçoit la Grâce ou pas ! Depuis toute petite, les vampires hantent mes nuits, je me réveille avec la sensation de morsure à mon cou ou à mon bras…  Pas d’autre solution que d’aller voir de plus près leurs canines pour essayer de savoir qui ils sont exactement… Ça tombe bien car des dizaines de livres, des centaines d’articles ont été écrits sur eux, essentiellement pendant la grande épidémie vampirique qui déferla sur l’Europe de 1680 à 1740. »

D’où vous vient cette passion?« Je me passionne pour tout ce qui a trait à Dieu, à Satan, à la mort et aux pouvoirs de l’esprit qui me semblent immenses. Moi-même, je fais des rêves lucides où, devenant consciente pendant que je rêve, j’ai la possibilité d’explorer le monde d’une manière bien différente… »

Comment avez-vous procédé pour écrire ce livre?
« Je suis un rat de bibliothèque et je vais à la recherche des livres anciens et des grimoires ancestraux qui attendent leur heure au fond des antiques bibliothèques … »

Vous-mêmes, croyez-vous aux vampires et autres créatures fantastiques ?
 « Je crois beaucoup plus aux créatures fantastiques qu’aux créatures raisonnables. Il me semble tout à fait déraisonnable de croire que le monde est formellement comme ci ou comme ça, alors que nous baignons dans le mystère. Par exemple, chaque jour, l’astrophysique fait reculer les frontières du «normal» . Le monde n’est pas vraiment prévisible, le fantastique est à l’œuvre partout. Et ne parlons pas du grand mystère de la mort … Mais Jean-Jacques Rousseau lui-même croyait aux vampires! »

Avez-vous testé le «Livre secret de Abramelin le Mage» ou d’autres recettes pour devenir vampire ?
« Il ne faut pas s’aventurer dans ces pratiques sans motif sérieux. L’auteur du Livre secret  d’Abramelin le mage le dit lui-même. Il a utilisé son procédé sur le souverain de Saxonie parce que s’il était mort, la couronne serait tombée entre des mains étrangères. Je m’oppose aux pratiques de vampirisme magique dont la motivation  est simplement la volonté de domination sur les humains. »

Christelle

« Encyclopédie amoureuse des vampires », de Katherine Quénot, illustration de John Bolton (Hoebeke), 96 pages, 25 €

Cote: 4/5