Une nouvelle héroïne pour Elizabeth George

saratogawoodsL’inspecteur Linley cède sa place à Becca King, la nouvelle héroïne née de la plume de l’auteure américaine Elizabeth George. Mais il ne s’agit pas vraiment d’un polar cette fois. Au centre du récit, une ado possédant un étrange pouvoir, celui d’entendre les pensées des autres, leurs «murmures», comme elle les qualifie. Un don qui l’amène à découvrir un jour que son beau-père vient de commettre un meurtre. Pour la protéger, sa mère décide de l’envoyer sous une nouvelle identité sur l’île de Whidbey, au large de Seattle. Désormais, Hannah Armstrong s’appellera Becca King. Mais rien sur place ne se passe comme prévu. L’amie de sa mère supposée l’héberger est retrouvée morte. Becca ne parvient plus à joindre sa mère sur son portable. Et alors que Becca s’inscrit au lycée de l’île et tente de vivre une vie normale, Derric, le beau gosse de sa classe, est retrouvé gravement blessé dans les bois. Pas de quoi rassurer Becca. Surtout qu’à entendre leurs pensées, aucun des habitants de l’île ne semble totalement innocent. Une pincée de surnaturel, une bonne dose d’enquête: un mélange qui plaira incontestablement aux jeunes adultes!

Christelle

«Saratoga Woods» d’Elizabeth George, éditions Presse de la Cité, 400 pages, 19 €

Cote: 4/5

Drôle de monstres

Sacrée famille, c’est le moins que l’on puisse dire en effet pour décrire la famille Wünschmann! Emma, la mère,  a sacrifié une carrière prometteuse dans l’édition pour se consacrer à ses enfants. Mais sa fille, Fée, a aujourd’hui honte d’elle. Son fils, Max, vit reclus dans ses livres. Quant à Frank, son mari, trop pris par son travail, il se fait de plus en plus distant. Aussi lorsque l’occasion pour Emma se présente de rencontrer Stephenie Meyer pour, qui sait?, la convaincre de signer quelques autographes dans sa librairie qui périclite, elle entraîne toute sa petite famille, déguisée, sur ses talons. Sauf que sa fille insulte la  célébrissime auteure de la saga « Twilight » et que son mari ne peut s’empêcher de lui reluquer les fesses… Et alors que la soirée tourne au fiasco et que Emma et sa petite famille rentrent chez eux, les voilà qui croisent une étrange vieille mendiante, qui leur jette un sort et les propulse pour de vrai dans la peau du personnage dont ils avaient enfilé le costume… Emma devient un vampire, Fée, une momie, Max un loup-garou et Frank, Frankenstein. Avec tous les pouvoirs qui vont avec… L’écrivain allemand David Safier, auteur entre autre de « Maudit Karma », ne manque décidément pas d’humour pour transformer le quotidien en comédie!

Christelle

« Sacrée famille », de David Safier, éditions Presse de la Cité, 346 pages, 21 €

Cote: 3/5

Télé-réalité version snuff movie

C’est une télé-réalité  du genre « snuff movie » qu’a imaginé John Katzenbach dans son dernier thriller, « Mort-en-direct.com ». L’héroïne du show? Jennifer, une ado en fugue, kidnappée par un drôle de couple qui, depuis, la séquestre dans une cave et la filme 24h/24. Seul témoin de cet enlèvement, Adrian, un professeur de psychologie à qui l’on vient de diagnostiquer une maladie incurable, dégénérative du cerveau, et qui rentrait chez lui pour se suicider… La police ne voulant pas croire à un enlèvement, le vieux professeur se retrouve seul pour mener l’enquête… Ou presque. Car sa femme, leur fils et son frère, pourtant aussi morts les uns que les autres, viennent malgré tout à sa rescousse au travers des hallucinations provoquées par sa maladie. Ainsi qu’un pervers sexuel, en liberté surveillée, qui va l’initier aux réseaux souterrains du web… Bref, une fois encore, l’auteur de « L’analyste », grand prix de littérature policière en 2004, frappe fort et nous plonge dans des cerveaux dérangés en tout genre, histoire de provoquer quelques frissons dans la chaleur de l’été.

Christelle

« Mort-en-direct.com », de John Katzenbach, éditions Presse de la Cité, 538 pages, 22,50 €

Cote: 4/5

Un bébé, deux familles… trois possibilités !

Le précédent polar de Michel Bussi, « Nymphéas noirs », paru en janvier 2011, avait reçu quatre prix. Et son petit dernier est lui aussi très prometteur! L’enquête se déroule autour d’un nourisson, seul rescapé d’un crash d’avion. Or, deux bébés figuraient parmi les passagers.  Lyse-Rose et Emilie. La première est la petite dernière d’une riche famille. La seconde est née dans une famille qui galère pour joindre les deux bouts. Les deux familles sont bien sûr convaincues qu’il s’agit de leur enfant. Et vont s’affronter pour le récupérer, à une époque où les tests ADN ne se pratiquaient pas encore… Dix-huit ans plus tard, le détective privé engagé pour découvrir le fin mot de l’affaire prétend avoir découvert la vérité. Et livre à Lylie (contraction de  Lyse-Rose et Emilie) un cahier contenant tous les détails de son enquête. Un cahier offrant au lecteur une  multitude de pistes… De quoi titiller l’imagination du lecteur et lui garantir un bon moment de suspense.

Christelle

« Un avion sans elle », de Michel Bussi, éditions Presses de la Cité, 532 pages, 22 €

Cote: 4/5

Une nouvelle enquête pour Richard Jury

Nouvelle enquête -ou devrait-on dire nouvelle aventure amoureuse?- pour le commissaire Richard Jury. Billy Mapple, un gentleman jeune, riche et grand amateur d’art, est retrouvé assassiné dans un chic hôtel londonien, le Zetter. Fervent admirateur du «Maître» Henry James, l’homme s’était installé dans la maison occupée jadis par le célébrissime auteur. Jury, qui éprouve quelques difficultés à résister aux charmes de la sensuelle Lu Aguilar chargée de l’affaire, envoie son ami Melrose Plant s’installer dans «la maison du maître». L’aristocrate excentrique arrivera-t-il à recueillir des indices susceptibles de mettre Scotland Yard sur la piste du meurtrier? Les fans de Martha Grimes retrouveront avec plaisir tous les personnages british créés par la romancière, pourtant américaine, tout en (re)découvrant l’œuvre de l’écrivain Henry James… spécialiste de l’image cachée dans le tapis. 

Christelle 

«La maison du Maître», de Martha Grimes, éditions Presses de la Cité, 352 pages, 20,50 €

Cote: 2/5

www.marthagrimes.com