Les châteaux de la Loire

châteaux de la LoireDu château d’Amboise  à celui de Villandry en passant par ceux d’Angers, Azay-le-Rideau, de Blois, Chambord, Chenonceau, Cheverny, Chinon, et du Clos-Lucé, ce livre nous conte l’histoire de dix châteaux de la Loire parmi les plus visités. Consacrant un chapitre à chacun de ces châteaux, l’auteur  nous emmème donc dans les couloirs et jardins de cette « Vallée des  Rois » française, tout en nous faisant revisiter les dédales de l’histoire de France. Aux fastes des chasses royales de François Ier à Chambord s’opposent l’assassinat du duc de Guise à Blois et le génie de Léonard de Vinci, que le savant exprima également au Clos-Lucé, devenu son manoir à la fin de sa vie. Le tout est agrémenté de photos, de reproduction de peintures et de documents. De quoi préparer une visite dans le Val de Loire, devenu membre en 2001 d’un club très fermé, celui des sites inscrits au Patrimoine mondial de l’humanité de l’Unesco.

Christelle

« La véritable histoire des châteaux de la Loire », de Jean des Cars (Plon), 336 pages, 25 €

cote: 4/5

Lettres insolites de Françoise Dorin

francoise dorin

En voilà des lettres insolites que nous livre ici Françoise Dorin! Dans ses missives qu’elle n’a (bizarrement!) pas envoyées, l’auteure de « La mouflette » s’adresse à son nombril, à ses deux moitiés qu’elle baptise « Paule Nord » et « Paule Sud », aux répondeurs automatiques, à la fée Pilule et même au bonheur, carrément! Mais Françoise Dorin prend aussi sa plume pour écrire à une habitante de l’été, « l’abominable femme du mois d’août », celle qui nous agace avec tous ses défilés de mode sur la plage. Son « beau » voisin y passe également. Un voisin particulier comme on le découvre à la fin! Ont droit également à une de ses lettres non envoyées « l’obsédée des calories » et celui qui aurait pu être un amour de jeunesse mais qui n’a été qu’une erreur de jeunesse! Mais parmi toutes ses lettres, notre préférée reste celle dédiée à son carnet d’adresses. Un carnet d’adresse un brin particulier puisqu’à la lettre A y figuraient les Andouilles, Amicaux et Agressifs. La lettre B était réservée aux Bavards, Bornés et Bigames et le C aux Connards, qu’ils soient des Connards inoffensifs, malveillants ou prétentieux… Pas sûr qu’on aurait aimé figurer parmi ses connaissances!  

Christelle 

« Les lettres que je n’ai pas envoyées » par Françoise Dorin (Plon), 226 pages, 16 € 

Cote: 3/5