Relève assurée pour «Twilight» et «Harry Potter»

 

COPYRIGHT Alex Hoerner

Après le phénomène «Twilight», voilà une nouvelle série, écrite par un duo féminin, qui pourrait fort bien rendre les adolescentes accros! Sauf que dans «16 lunes», les rôles sont inversés par rapport à la saga créée par Stephenie Meyer: cette fois, c’est un ado humain qui tombe amoureux d’une jeune-fille… surnaturelle. Amies dans la vie depuis que Kami Garcia (photo, à gauche) est devenue la prof des filles de Margaret Stohl (photo, à droite), les deux jeunes femmes, qui vivent à Los Angeles, nous parlent de leurs créatures.

 

Comment vous est venue l’idée du livre?

Margaret Stohl: «L’idée nous est venue lors d’un lunch avec beaucoup de Coca light et de notes gribouillées sur des serviettes! Nous savions que nous voulions situer notre histoire dans le sud de l’Amérique, parce que c’est un endroit aux Etats-Unis où on a l’impression que de la magie peut se produire.» 

Kami Garcia: «Nous avions aussi deux mots: seize lunes.»

C’est le titre donnée en français au livre… Mais pas dans sa version originale. En anglais, c’est «Beautiful Creatures».

M.S.: «’Sixteen Moons’ (ce qui se traduit en français par ’16 lunes’) était notre titre original. Mais aux États-Unis, il y avait déjà beaucoup de livres avec le mot ‘moon’ dans le titre. Il y a une ligne dans le livre où l’un des personnages surnaturels se référent aux mortels comme de ‘belles créatures’, et le nom nous trottait en tête quand on s’est mises à chercher un nouveau titre.»

Pourquoi avoir choisi de raconter l’histoire du point de vue d’Ethan et non de Lena?

K.G. : «On savait que l’on voulait raconteur l’histoire du point de vue d’un garçon, car on voulait faire quelque chose de différent et nous voulions que la fille soit la puissance surnaturelle.»

M.S.: «J’ai grandi avec deux frères, et Kami avec quatre. Nous voulions vraiment faire quelque chose de différent, mais aussi donner à nos lecteurs un aperçu du fonctionnement de l’esprit d’un garçon. Cela nous a mis au défi de penser pour nous-mêmes plutôt que de faire comme les autres livres déjà parus.»

Comment sont nés Lena and Ethan?

M.S.: «Ethan est le garçon avec lequel nous avons toujours voulu sortir ados mais ne l’avons jamais fait. Lena s’inspire des adolescentes présentes autour de nous: mes filles et les élèves de Kami.»

Et comment avez-vous trouvé les noms de personnages?

M.S.: «Pour tous les noms dans nos livres, on a consulté nos arbres généalogiques, en particulier celui plein de noms du sud de Kami. On a aussi recherché des noms Français Créoles, qui sont très typiques du Sud.»

Vous avez fait beaucoup de recherches sur la guerre civile?

K.G.: «Quelques détails historiques, mais on en connaissait déjà pas mal. J’ai toujours eu un intérêt pour l’histoire, et Margie était étudiante en American Studies en troisième cycle à l’université de Yale.»

Les lieux où se déroule l’histoire existent-ils vraiment?

M.S.: «La ville de Gatlin est fictionnelle. La ville la plus proche de Gatlin dans le livre est Summerville qui, elle, est réelle. Les deux villes sont toutes deux juste au nord de la ville de Charleston, en Caroline du Sud, qui existe vraiment également.»

Où vivez-vous? Dans le sud des USA aussi?

K.G.: «Ma famille est originaire d’une petite ville de Caroline du Nord, qui était un Etat du Sud à l’origine. J’y rends toujours visite à ma mère chaque été. Aujourd’hui, Margie et moi habitons toutes les deux à Los Angeles, pas très loin l’une de l’autre.»

Comment vous êtes-vous rencontrées?

K.G.: «On s’est rencontré il y a huit ans, alors que j’enseignais à la fille aînée de Margie. J’ai été leur prof à toutes les trois. Aujourd’hui, nous sommes plus sœurs qu’amies. On se voit pratiquement tous les jours, parce que même quand on n’écrit pas, je reste le prof de lecture de l’école où va la plus jeune fille de Margie.»

Comment vous y prenez-vous pour écrire à quatre mains? 

 K.G.: «On commence habituellement par un plan plein de couleurs contenant les grandes lignes sur l’énorme tableau blanc dans le bureau de la maison de Margie. Ensuite, on se répartit les scènes et on commence à écrire. Quand nous avons terminé, nous permutons littéralement quelques scènes et nous écrivons par-dessus de travail de l’autre. Je veux dire par là que j’efface, ajoute et change. Un processus qu’on réitère entre 4 à 7 fois par chapitre.»

M.S.: «Quand on en a terminé, on ne peut même plus dire qui a écrit quoi. Un jour, Kami m’a appelée au sujet d’une ligne en particulier qu’elle trouvait moche et qu’elle voulait changer. Et je lui ai dit ‘Je t’en prie, c’est toi qui l’as écrit!»

Warner va faire un film du livre…

K.G.: «Warner Brothers est gigantesque dans le genre fantastique, grâce à ‘Harry Potter’. Et Richard LaGravenese, notre scénariste et directeur, est brillant. Que quelqu’un qui ait adapté CS Lewis adapte notre livre est plus qu’un honneur. Le producteur, Erwin Stoff, est également énormément doué et prolifique. Nous avons énormément de chance.»

Qui jouera Lena, Ethan et les autres?

M.S.: «On s’en tient aux livres, et on fait confiance à Warners pour s’occuper du reste!»

«16 moons» est aussi une chanson…

K.G.: «Oui, c’est une chanson très magique, écrite pour le livre. Vous pouvez la télécharger de iTunes ou de notre site web pour l’entendre!»

Quelle est votre partie préférée du récit?

M.S.: «Je n’ai pas vraiment de partie préférée, mais Ethan and Lena, j’aime chaque fois que Amma et Ethan ou Amma et Macon interagissent. J’aime vraiment ces personnages.»

Vous croyez en la magie?

K.G.: «Je ne sais pas exactement que penser de la magie, mais comme notre personnage Amma, je suis très superstitieuse.»

Et vous êtes fans d’histoires surnaturelles comme «Harry Potter» ou «Twilight»?

M.S.: «Oui, Kami comme moi nous lisons des histoires surnaturelles, et spécialement celles pour ados. Mes filles et moi, nous lisons beaucoup les mêmes livres.»

Vous connaissez la fin de toute l’histoire?

K.G.: «Nous connaissons toute l’histoire, et comment cela se termine. Nous l’avons toujours plus ou moins su.»

Savez-vous déjà combine de livres vous allez avoir besoin pour raconter toute l’histoire?

M.S.: «Nous savons combien de livres il y aura. Nous ne pouvons pas encore révéler le plan de la série, mais nous pouvons dire que nous avons terminé le deuxième livre. Il doit sortir aux USA en décembre 2010.»

Et vous pouvez donner quelques indices croustillants aux lecteurs pour patienter?

M.S.: «Les enjeux sont plus hauts ; c’est un livre très intense. Mais je peux vous dire sans prendre de risque aussi que vous pouvez vous attendre à de l’amour véritable, des cœurs brisés, et beaucoup de pâtisseries!»

Christelle

EN QUELQUES LIGNES

Ethan, 16 ans, vit à Gatlin, un bled du Sud américain. Son père, écrivain, ne sort plus de son bureau depuis la mort de sa femme. Élevé par Amma, une nounou un peu mystique, Ethan est pourtant un ado comme tout le monde, qui joue dans l’équipe de basket de son école, où il a plutôt la cote. Mais l’arrivée de Lena Duchannes, nièce de Macon Ravenwood, le marginal du patelin, va quelque peu perturber son quotidien. Car Ethan reconnaît en Lena le visage de la jeune fille qui hante ses rêves depuis le décès de sa mère… Bien vite, les deux ados vont s’éprendre l’un de l’autre. Ils arrivent à communiquer par la pensée, partagent les mêmes rêves et les mêmes visions. Mais où cet amour les mènera-t-il? Car Lena est destinée à la magie. Et la nuit de sa «seizième lune» -celle de ses seize ans- approche. C’est à ce moment-là que Lena devra choisir son destin… Parviendra-t-elle à lutter contre la lourde malédiction qui semble frapper sa famille? Reste à voir si cette nouvelle saga sera capable de concurrencer «Twilight». C’est ce que semble croire Warner Bross qui a acquis les droits et pense avoir trouvé là un successeur à «Harry Potter». Le livre en version française est quant à lui édité par Hachette Jeunesse, par ailleurs déjà l’éditeur de «Twilight».

«16 lunes» de Kami Garcia et Margaret Stohl, éditions Hachette Jeunesse, collection Blackmoon, 18 €

Cote: 4/5

www.beautifulcreaturesthebook.com