Indémodable Petit Nicolas

Inspiré des histoires de Sempé et Goscinny, le film «Les vacances du Petit Nicolas» sort demain sur nos écrans. L’occasion de se replonger dans l’univers de ce petit personnage attachant avec Anne Goscinny, fille de René!

Anne GoscinnyLe livre «Les vacances du Petit Nicolas» est paru en 1962. Aujourd’hui, plus de 50 ans plus tard, sort  le film… et pas une ride! Comment  expliquez-vous cette longévité?

«C’est un enfant donc il n’y a pas de raison qu’il prenne des rides! Je crois qu’il ne faut pas chercher à expliquer ou à comparer. Le Petit Nicolas parle d’une enfance idéale ou idéalisée dans laquelle il n’y a pas d’intervention de la réalité. C’est un monde sur lequel l’Histoire n’est pas passée. Il n’y a pas de médias, pas de télé, pas de radio ou très peu. Et donc c’est une enfance préservée, un monde apparemment clos mais finalement pas anxiogène pour autant. Il n’y a pas non plus d’objets technologiquement marqués : il n’y évidemment pas d’iPhone, d’iPad…  Il y a plutôt des plumiers et des pupitres. Mais on se rend compte que tous ces accessoires ne sont finalement qu’accessoires.  Que ce n’est pas cela qui compte. Si le Petit Nicolas est indémodable, c’est parce qu’il n’est pas soumis aux pressions de la mode justement.»

Qu’est-ce qui a inspiré ‘Le Petit Nicolas’ à votre père?

«Malheureusement, je n’ai pas eu le temps ni l’occasion de lui demander. Mais à ce que l’on dit, ce sont ses souvenirs d’enfance et ceux de Jean-Jacques Sempé qui sont racontés, que mon père a mis en musique. Sempé lui racontait comment les colonies de vacances se passaient, ou le football, puisque mon père l’ignorait complètement. Ils ont partagés cela. Et cela donne les petites nouvelles que vous connaissez.»

Votre père, lui, a grandi à Buenos Aires.

«Oui. Il est né en 1926 et est parti à Buenos Aires en 1928. Quand il rentrait pour les grandes vacances d’Argentine, il restait souvent à Paris pour voir sa famille.»

Pourquoi avoir choisi d’adapter «Les vacances du petit Nicolas» plutôt qu’un autre?

«Le premier film se passait à l’école, racontait la vie de tous les jours. On a eu envie de changer de contexte.»

Vous êtes fort attachée à ce petit personnage?

«Oui, je suis particulièrement attachée à ce petit personnage que je trouve à la fois naïf, touchant, et finalement beaucoup plus sage que beaucoup de nos contemporains.»

Vous étiez sage, vous, enfant?

«J’ai été très sage comme le sont, bien malgré eux, les enfants uniques. Pour faire des bêtises, on n’a pas tellement de copains.»

D’où viennent les prénoms peu communs des copains du Petit Nicolas?

«De l’imagination fertile de mon père!»

Vous avez eu votre mot à dire?

«Oui, je suis détentrice des droits de mon père.  Il ne faut pas parler de mot à dire parce que c’est tout de suite restrictif et dévalorisant pour celui qui n’aurait qu’un mot à dire!  J’ai plus qu’un mot à dire! J’ai un esprit à retenir ici.»

Qu’avez-vous pensé du film?

«Beaucoup de bien. Il est à la fois fidèle à l’esprit de mon père et de Jean-Jacques Sempé, et fidèle au premier film. C’est un film qui ne trahit pas.»

D’autres histoires vont être adaptées prochainement?

«Je n’en ai aucune idée!»

Le film est l’occasion de sortir un roman du film. L’histoire est différente du livre original?

«Le scénario du film n’est pas conforme puisque les histoires sont des histoires courtes et que pour faire un film, il faut des histoires longues. Il a donc fallu inventer une histoire. Il y a aussi un très joli livre qu’on a publié qui est l’album du film.»

Christelle 

 

Pour bien s’occuper durant les grandes vacances !

Les vacances du Petit Nicolas-HDIl y a d’abord le livre de Goscinny et Sempé qui a inspiré le film. Dans ce troisième volet de la saga, tout récemment réédité (IMAV éditions), le duo revêt un maillot de bain au Petit Nicolas pour évoquer, en 19 petites histoires, ses souvenirs de vacances. Direction Bains-les-Mers et la pension de famille Beau-Rivage. Avant les colonies de vacances.

 

Le roman du film les vacances du Petit Nicolas-HDAdapté du scénario du film, «le roman du film» (IMAV éditions) nous fait découvrir un Petit Nicolas amoureux. Fini la cour de récréation et les punitions, Nicolas quitte le temps d’un été Marie-Edwige, jolie blonde aux yeux bleus. Et rencontre la belle Isabelle… En tout, dix chapitres illustrés par des photos en couleurs du film.

ALBUM DU FILM-HDPetit coup de cœur pour «L’album du film» (IMAV éditions) plein de surprises… dont les enveloppes en fac-similés des lettres envoyées par Nicolas, tantôt à Marie-Edwige, tantôt à Isabelle. Les photos du film y mettent en scène les meilleurs gags et les séquences les plus drôles. Ainsi que deux séquences inédites ne figurant pas dans le film.

Journal de vacances-HDEt puis aussi, un livre d’activités («Les jeux de l’été du Petit Nicolas, IMAV éditions) plein d’idées pour s’occuper cet été, un «journal de vacances» (IMAV éditions) où inscrire ses meilleurs moments des vacances, une édition spéciale rassemblant les trois premiers livres (Gallimard jeunesse) ou encore le double CD (Gallimard jeunesse) dans lequel Benoît Poelvoord prête sa voix au Petit Nicolas.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s