Une foire à l’accent british

Le rendez-vous bruxellois des amateurs de livres envahira Tour & Taxis dès demain. Pour sa 44e édition, la Foire du Livre de Bruxelles a décidé de marquer le centenaire de la Première guerre mondiale. Et prendra un accent british, en mettant à l’honneur la littérature du Royaume-Uni.

«L’histoire avec sa grande hache»: un siècle après le déclenchement du premier conflit mondial, la Foire du livre a emprunté à George Perec la formule du thème de cette année. «Nous avons choisi cette formule parce que c’est l’occasion d’aborder l’actualité éditoriale qui va publier beaucoup sur la Première Guerre Mondiale», explique Ana Garcia, la Commissaire Générale de la Foire.
Grande nouveauté de cette année, la foire du livre proposera aux visiteurs (avec la complicité de visit.brussels) un parcours sur la thématique de «14-18», reprenant la liste des maisons d’éditions présentant des livres sur le sujet. Un sigle permettra de repérer facilement les éditeurs concernés tandis que des signets désigneront les ouvrages sur les stands.
Autre nouveauté, une «navette historique» -un ancien bus sorti tout droit du musée du tram- reliera gratuitement Bruxelles-Nord et Tour & Taxis toutes les 15 minutes. Plus qu’un simple service mis en place en partenariat avec la STIB, ce bus historique profitera du trajet pour offrir à ses passagers une animation sur le thème de cette édition.

Une foire so british
«Le pays à l’honneur cette année est le Royaume-Uni car 2014 marque le centenaire de la Première guerre mondiale pour laquelle les Anglais ont payé un lourd tribut», nous dit Hervé Gérard, le président du Conseil d’administration de l’asbl Foire du Livre de Bruxelles.
La foire accueillera donc une vingtaine d’écrivains d’Outre-Manche. Et parmi ceux-ci, Jonathan Coe, l’auteur du «Testament à l’anglaise» et de «La maison du sommeil » (Prix Médicis étranger en 1998) dont le nouveau roman, «Expo 58» (Gallimard), trouvera un écho tout particulier chez nous.
Ont fait le déplacement aussi, John King (pour son «Skinhead», paru aux éditions Au diable vauvert), Stuart MacBride, RJ Ellory, Stuart Neville ou encore Annalena MacAfee (alias Madame Ian McEwan).
Le travail des traducteurs sera en outre mis à l’avant cette année. Figure ainsi au programme une rencontre avec Patrick Marcel, qui a pris la relève pour la traduction de «Games of Thrones» suite à la polémique sur le choix de traduction de son premier traducteur en français.
Quant aux amateurs de versions originales, sachez que la librairie Waterstones s’invite cette année pour la première fois à la foire.

Une nocturne zombies
Si vous visitez la foire vendredi soir, vous pourriez fort bien y croiser quelques zombies. Avec Charlie Adlard, le dessinateur de la série au succès planétaire «The walking dead» comme invité, la nocturne, organisée en collaboration avec le BIFFF, nous promet un spectacle frissonnant.

Une cité BD
Les amateurs de bulles mettront eux le cap sur «La cité BD». Nouveauté de cette année, la Comix Factory se veut un laboratoire partagé entre dessinateurs chevronnés et en herbe. Mais on y retrouvera aussi ce fameux Imaginarium, lancé l’an dernier en première mondiale. Dans ce grand laboratoire plongé dans la pénombre, plusieurs grands noms de la BD laisseront improviser leurs crayons sous les yeux des visiteurs.

Pour les bambins
Les enfants n’ont pas été oubliés non plus et pourront rencontrer de nombreux auteurs jeunesse en chair et en os. Deux jeux de piste (en libre parcours avec un questionnaire à remplir) les attendent également. «Schtroumph à la Une» pour les plus jeunes (dès 6 ans). «Tour d’histoire» pour les plus grands (dès 12 ans). Des sessions animées à leur intention seront également proposées à l’Imaginarium (Blake & Mortimer, Boule et Bill, La bande à Tchô, le spectacle magique de Chen…). Sans oublier bien sûr, des lectures de contes et d’album.

Une nouvelle mascotte
Vous l’avez sans doute déjà aperçu sur les affiches de l’événement. Cette année, c’est le «Mister Foire» imaginé par Salomé Gautier (de l’ESA Saint-Luc de Bruxelles), qui a remporté le concours lancé par l’équipe de la foire dans les écoles artistiques en Belgique. Un petit monsieur aux traits sympathiques qui soulève sans difficultés tous les livres qu’il a acheté au salon!

Un pôle numérique
Un nouvel espace collectif sera par ailleurs réservé aux éditeurs numériques, avec de nombreux débats au programme, un espace de démonstrations et d’échanges.
On notera encore une quatrième édition du palais gourmand, des expositions, des débats, un tout nouveau site web et bien sûr des centaines d’auteurs et illustrateurs et plus de 800 séances de dédicaces.

Christelle 

La foire du livre de Bruxelles, du 20 au 24 février, à Tour & Taxis. Prix? 8 € en semaine, 9 € le week-end (5 € pour les étudiants moins de 26 ans, les seniors et les groupes – gratuit pour les moins de 6 ans accompagnés).

http://www.flb.be

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s