Le dilemme d’une mère

schneckSa fille, la journaliste et écrivain Colombe Schneck l’a appelée Salomé. Parce que sa mère lui avait demandé de donner ce prénom à son futur bébé si c’était une fille. En hommage à une cousine disparue, une fillette gazée à Auschwitz en 1943. Mais du passé de sa famille, Colombe Schneck ne sait, en fin de compte, pas grand chose. Un jour pourtant, elle s’aperçoit qu’elle a besoin de comprendre. Elle part donc interroger sur ce sujet tabou ses tantes, oncles et cousins en Israël, aux Etats-Unis et en Lituanie. Pour reconstituer la courte vie de Salomé, l’histoire de sa grand-mère et de ses sœurs, et celle des juifs de l’Est. A-t-on le droit d’écrire sur la Shoah quand on aime l’amour et les sandales dorées?, s’interroge l’auteur. En fouillant le passé, elle nous offre en tout cas un témoignage bouleversant sur le dilemme d’une mère, un jour de 1943, dans le ghetto de Kovno, en Lituanie.

Christelle 

« La Réparation », de Colombe Schneck, éditions Grasset, 220 pages, 17 €

Cote: 3/5

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s