Destination 1995

D’où vous est venue l’idée de ce retour dans le passé?
«Très honnêtement, je ne sais plus. Mais cela doit rejoindre quelque chose qui est sans doute arrivé à beaucoup de gens, ce rêve qu’on se retrouve, adulte, sur les bancs de l’école. Plutôt que l’idée du retour dans le passé, c’est l’idée de se retrouver adulte -pour autant que l’on puisse prétendre être adulte, dans mon cas c’est peut-être désespéré-, dans une situation où on ne possédait pas ce savoir, cette maturité.»

Pourquoi 1995?
«Parce que c’est la limite de ma mémoire qui fonctionne bien!Avant 1995, les souvenirs me manquent de précision. Et en plus 17 ans, c’est rimbaldien! Je trouvais intéressant de me souvenir ce que c’était 1995. Je ne sais pas d’ailleurs précisément ce qui s’est passé en 1995, à part, à coup sûr, l’élection de Chirac.»

Et vous, si vous deviez retourner dans le passé, en quelle année aimeriez-vous atterrir?
«Maintenant, 1995, parce que j’en sais un morceau. Non, si je devais être propulsé dans le passé, je choisirais les années 70, c’était plus créatif.»

Que changeriez-vous à votre existence?
«Je serais beaucoup plus poli, c’est certain!»

Que feriez-vous, vous, avec les connaissances que vous avez du futur?
«C’est un thème du livre, l’imposture. À part les connaissances sur moi-même, je ne
crois pas que j’en ferais usage.L’écrivain naturellement est un menteur. On est obligé de mentir pour être cru. Je suis peut-être capable de cynisme, mais pas au point de m’emparer de technologie, de culture, dont je ne serais pas moi-même le créateur.»

De quel objet d’aujourd’hui ne pourriez-vous pas vous passer si vous deviez faire un retour dans le passé?
«Un iPod.»

Vous êtes un fan d’Apple?
«Pas du tout, mais c’est quelquechose qui est entré dans nos mœurs. J’ai fait la douloureuse expérience du traitement de texte avant le Macintosh. Au moment où le Macintosh est arrivé, en tant qu’auteur, cela a été une bénédiction. Il n’y a pas d’idolâtrie de la marque, mais c’est vrai qu’avoir toute la musique dans sa poche, c’est très riche comme invention.»

C’est original cette idée de livre illustré, avec des images sans rapport avec le texte!
«J’ai beaucoup d’attirance pour l’image. Particulièrement pour l’art contemporain. Il ne s’agit pas ici en effet d’images illustrant le texte, mais d’image entrant en résonance avec le texte.
Je pense qu’on peut donc plus parler ici de littérature augmentée par les images. Plutôt que d’utiliser une banque d’images, j’ai préféré demander à des enfants de redessiner quelques lieux de la vie par exemple.»

Christelle 

En quelques lignes

Max Silvermann, 45 ans, s’endort chez lui en 2012 pour se réveiller 17 ans plus tôt, dans une maison en ruines que sa femme Gloria, une architecte de renom, n’a pas encore rénovée. Et pour cause. Dans ce mondelà, sa femme ne le connaît même pas. Du coup, leur fille Pauline n’a jamais vu le jour non plus. Max tente donc une nouvelle fois de séduire Gloria. Une mission qui s’avère plus périlleuse que la première fois puisqu’il a gardé le même âge qu’en 2012… du coup sa femme se retrouve cette fois avec non plus trois mais 20 ans de moins que lui. Max va donc devoir trouver comment subsister sans identité, sans famille et sans ami. Son seul atout? Les connaissances qu’il a du futur (avec une petite pub pour la firme à la pomme en prime!). On notera aussi les illustrations du livre… sans rapport aucun avec l’histoire du roman! Bref, un petit saut en arrière original et rafraîchissant.

«1995 – On n’est pas sérieux quand il y a 17 ans», de Bruno Wajskop, éditions nouvelles Cécile Defaut, 206 pages, 18 €

Cote: 4/5

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s