Un bel exercice de style

On se souvient de Régis de Sà Moreira pour son livre «Mari & femme» dans lequel un homme et une femme sur le point de se séparer se réveillent un matin chacun dans la peau de l’autre. Un livre en passe d’être adapté au cinéma. Cette fois, l’auteur, qui après New York et le Brésil vit aujourd’hui à Paris, nous revient avec un nouveau livre déroutant et difficilement résumable d’ailleurs! Le principe? Des personnages qui se succèdent de paragraphe en paragraphe, chacun rebondissant sur les propos du précédent pour raconter sa version. S’enchaînent ainsi des bouts d’histoire, qui se tissent comme par hasard, pour livrer au final un portrait de la vie, dans toute sa complexité… tout simplement! «Que c’est bon la vie parfois! En même temps, on ne peut pas la comparer à autre chose qui serait meilleur ou moins bon, la vie c’est tout ce qu’on connaît finalement, on n’a même pas de mot pour quelque chose qui ne serait pas ça, tu préfères la vie ou le kawatchagoulou?» médite ainsi l’un des protagonistes. Un bel exercice de style à la «marabout, bout de ficelle…» qui a le mérite d’être orignal. Quant à la posologie, le récit partant dans tous les sens, pour éviter l’overdose, mieux vaut consommer par petite dose!

Christelle

«La vie», de Régis de Sà Moreira, éditions Au diable vauvert, 136 pages, 15 €

Cote : 3/5

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s