Higgins Clark, mère & fille

La mère…

84 ans et toujours efficace! Le dernier thriller de Mary Higgins Clark prouve que sous ses airs de gentille grand-mère, la reine américaine du suspense n’ a rien perdu de son talent à brouiller les pistes. Certes, le sujet n’est pas des plus glamours puisqu’il est question ici de maladie d’Alzheimer et de religion. Mais cela n’empêche pas le lecteur de se laisser rapidement captiver par l’histoire! Tout commence lorsque Mariah retrouve sa mère, une arme à la main, à côté du cadavre de son père. Pour la police, il n’y a aucun doute: atteinte d’Alzheimer, Kathleen a tué Jonathan dans une crise de jalousie. Mais leur fille, Mariah, ne veut y croire. D’autant moins que son père, spécialiste de la Bible, venait de faire une découverte spectaculaire pour le monde de la chrétienté en mettant la mains sur l’unique lettre écrite de la main de Jésus, et volée dans la bibliothèque du Vatican au XVe siècle. Jonathan aurait-il été tué par un de ses amis mis au courant de sa spectaculaire découverte et avide de récupérer le précieux parchemin? Mariah se lance donc dans l’enquête, aidée par Alvirah Meehan, la gagnante du loto apparue dans « Ne pleure pas, ma belle » en 1988 et devenue depuis l’héroïne fétiche de Mary Higgins Clark…

« Les années perdues », de Mary Higgins Clark, éditions Albin Michel, 416 pages, 22,50 €

www.m-higgins-clark.com

Cote: 4/5

… et la fille

Dans la famille Higgins Clark, je demande la fille… Carol Higgins-Clark fait, elle aussi, vivre de nouvelles aventures à son héroïne fétiche, la détective Regan Reilly, fille d’une célèbre auteure de thrillers (tiens, tiens, voilà qui n’est pas sans rappeler quelqu’un!). Star montante du cinéma, la belle Cleo Paradise a mystérieusement disparu, en abandonnant toutes ses affaires dans la maison qu’elle louait au bord de la mer. Son excentrique propriétaire a décidé de les mettre en vente lors d’un vide-grenier géant, pour le plus grand bonheur des fans de l’actrice, qui accourent de toutes parts. Regan Reilly se lance bien sûr sur la piste de la star disparue. Mais si les personnages de Carol Higgins Clark sont certes plus glamours que ceux imaginés par sa mère, il faut bien avouer que la fille n’a pas tout à fait le talent de son illustre mère et nous sert une fin plutôt décevante…

Christelle

« Affaire de star », de Carol Higgins-Clark, éditions Albin Michel, 304 pages, 19,50 €

Cote: 2/5

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s