«Loin des mosquées, mais près des êtres humains réels»

Le dernier roman d’Armel Job se passe peut-être loin des mosquées, mais est, cette fois encore, proche des gens. Comme toujours, cet auteur bien de chez nous pose son regard sans préjugés sur un fait de société. Il est question cette fois de mariage arrangé et de crimes d’honneur. Avec bien sûr des personnages hauts en couleurs, entre un croque-mort célibataire et une jeune femme turque calculatrice…

Vous abordez dans votre dernier roman le thème des mariages arrangés.
«Je n’avais pas du tout l’intention de faire un livre sur un sujet exotique. Je pense que tous, même dans les petites
villes comme où j’habite, nous croisons chaque jour des personnes de communautés immigrées. Et je savais par des témoignages que dans ces communautés, ce genre de mariages se pratique. Je ne dis pas que tous les mariages sont arrangés, mais des enquêtes sociologiques montrent que cette façon de se marier, même pour la deuxième génération d’immigrés, reste tout à fait courante.»

Il est aussi question de crimes d’honneur.
«Oui. Quand j’ai commencé à écrire le livre, je ne pensais pas du tout traiter des crimes d’honneur. Je pensais écrire un livre sur des gens à côté desquels nous vivons sans peut-être vraiment nous soucier d’eux, des personnes avec lesquelles on peut avoir une bonne relation mais qui sont d’une autre culture que la nôtre. Je pensais que pour illustrer mon roman, un mariage serait intéressant. Cela m’intriguait de savoir comment aujourd’hui une jeune femme peut accepter un mariage arrangé, comment un jeune homme peut se dire qu’il ne va pas vivre à l’occidentale, qu’il va respecter la tradition. Mais mariage arrangé ne signifie pas mariage forcé. Pour l’action romanesque, je trouvais intéressant que la jeune femme refuse. À partir du moment où l’on entre dans une situation de conflit, il est vrai que les choses peuvent déboucher sur des situations tout à fait dramatiques comme les affaires d’honneur. C’est ce qui arrive dans mon roman. J’avais une documentation assez importante sur ce genre de crimes d’honneur en Allemagne. Je ne sais pas si nous pouvons constater ce phénomène en Belgique, bien que nous avons récemment eu une affaire de ce genre, mais qui ne concernait pas une communauté turque.»

Ce ne doit pas être facile de vous glisser dans la peau de vos personnages, entre un croque-mort et une femme turque…
«Oui, mais c’est justement ce qui fait tout l’intérêt du travail du romancier! Le rôle du romancier, c’est essayer de présenter ce que vivent les personnages. Cela demande beaucoup de méditation, de recueillement. Quand je commence un roman, je n’ai qu’une vue absolument superficielle de mes personnages, de leurs actions. Je les imagine, j’avoue, souvent de façon très caricaturale. Et très rapidement évidemment, en réfléchissant à la manière dont les personnages (qui sont des êtres humains comme vous et moi!) peuvent agir dans les situations dans lesquelles on les met, on s’aperçoit qu’on est souvent victimes d’idées tout faites, d’a priori. Chaque voyage dans des cultures qui ne sont pas directement la mienne me fait découvrir comment on reste finalement tous les mêmes êtres humains avec les mêmes désirs, les mêmes aspirations au bonheur.»

On découvre en effet dans votre livre que les clichés qu’on se fait parfois de la femme musulmane ne sont pas tout à fait vrais.
«Je pense qu’on est tous victimes des clichés. D’une culture à l’autre, on a une vision caricaturale de la culture de l’autre. C’est certainement l’occasion, à travers le roman, d’essayer de décaper ces visions tout à fait superficielles. Un roman, c’est toujours essayer de voir le dessous des cartes, c’est lever le voile des apparences.»

Pourquoi ce titre, «Loin des mosquées»?
«Parce que je pense que spontanément, nous imaginons que tout ce que les communautés immigrées de religions musulmanes font relève toujours de pratiques religieuses. Or, ce n’est pas du tout le cas. Il est bien évident que la religion islamique ne recommande en aucune manière les mariages arrangés et a fortiori bien sûr les affaires d’honneur ne sont nullement le résultat de croyances islamiques. L’islam condamne avec la plus grande vigueur les crimes d’honneur. L’islam ne se mêle en rien des mariages. Ce sont des illusions que nous nous faisons. Donc mon roman se passe loin des mosquées, mais près des êtres humains réels.»

Vous connaissiez la fin de l’histoire avant de commencer à l’écrire?
«Non, pas du tout. Lorsque j’ai embarqué dans le corbillard de René avec un cercueil à l’arrière, je ne savais pas très bien qui était dedans. À dessein, je me suis dit qu’il ne fallait pas que je dise elle ou lui mais plutôt le passager ou la personne. Je peux même vous dire que j’avais une tout autre idée au départ. Ce n’est qu’à la fin que j’ai compris qui était dans le cercueil!»

Christelle

En quelques lignes

Hébergé chez un oncle à Cologne où il achève ses brillantes études, Evren, un garçon timide et insipide, tombe amoureux de Derya, sa belle et sensuelle cousine. De retour chez lui, en Belgique, il fait part à ses parents de son intention d’épouser sa cousine. Mais lorsqu’une délégation familiale se rend en Allemagne pour demander officiellement la main de la jeune fille, celle-ci refuse. Qu’à cela ne tienne. Pour laver l’honneur de son fils, la mère d’Evren lui arrange un mariage avec une autre cousine, l’énigmatique Yasemin qui, bien qu’il s’agisse d’un mariage arrangé, est décidée à séduire pour de bon son cousin. Mais les choses ne peuvent bien sûr pas être aussi simples! La situation dérape. Et Derya débarque un beau jour en Belgique, chez son cousin… L’histoire est racontée tantôt par Evren, tantôt par Derya, Yasemin ou encore René, un croque-mort qu’Armel Job a invité dans l’histoire! Quand à la fin, elle est à la fois drôle et ironique. Un livre qui se lit d’une traite.

«Loin des mosquées», d’Armel Job, éditions Robert Laffont, 276 pages, 21,70 €

Cote: 4/5

2 réactions sur “«Loin des mosquées, mais près des êtres humains réels»

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s