Le « onze » d’Enzo

Enzo Scifo a une longue carrière derrière lui et beaucoup de choses à raconter. Il a donc rassemblé onze personnalités du monde du ballon rond pour causer football -évidemment-, dans un livre à paraître demain. La formation des joueurs, leur salaire, les valeurs véhiculées sur le terrain… Tout y passe. Dans son équipe? Des anciens équipiers, des entraîneurs, des joueurs anciens et actuels. Son onze se compose de Jan Ceulements, Eric Gerets, Frankie Vercauteren, Philippe Albert, Georges Grün, Franky Van der Elst, Vincent Kompany, Eden Hazard, Georges Leekens, Paul Van Himst et Romelu Lukaku.

Comment avez-vous sélectionné vos onze personnalités?
«Il y a un petit peu de sentimentalisme bien sûr, mais cela part aussi d’une réflexion. Parce que chacun avait, à un moment donné dans leur carrière, une spécificité. Et donc, je trouvais qu’un avis de cette personne sur un sujet bien précis était important.»

Dans ce «onze», vous avez bien vos préférés?
«Woaw! Évidemment. Mais je ne suis pas quelqu’un qui va dénigrer ou mettre en avant qui que ce soit. J’ai eu de très bons rapports humains avec tous ceux qui ont participé à ce livre. Il est évident que j’ai des affinités avec certains plus que d’autres. Pour n’en citer que deux, je dirais Paul Van Himst, qui a été un élément essentiel dans ma carrière puisque c’est lui qui m’a lancé. Et Georges Grün. On a fait toutes nos classes ensemble. On a partagé la chambre ensemble pendant des années. Aujourd’hui encore, on se voit de temps en temps et on est très contents de se voir. J’ai beaucoup d’affinités avec eux deux. Mais les neuf autres, ce sont des collègues très intéressants avec qui j’ai partagé énormément aussi.»
Il n’y a que des Belges dans votre onze. C’est voulu?
«Absolument. On a pensé à aller voir au-delà de nos frontières, mais on voulait particulièrement un avis sur le football belge. Donc qui mieux qu’eux pouvaient en parler?»

Les différences d’âge entre ces personnalités sont importantes. Cela s’est ressenti dans les réponses?
«Bien sûr. Cela ne les empêchait pas d’avoir des avis similaires, mais exprimés différemment. Mais c’est sûr, par exemple au sujet des aspects financiers, qu’un Van Himst n’a pas gagné ce que gagne Kompany. Il peut donc bien sûr donner son avis sur le salaire des joueurs, mais ce ne sera pas le même avis.»

Et vous, du salaire des joueurs, vous en pensez quoi?
«Je crois que j’ai été un des joueurs, en tout cas de ma génération, qui a gagné le plus, donc je ne peux pas trop me plaindre: j’ai connu les belles années. Ce qui me dérange beaucoup, c’est le fait que des joueurs qui n’ont encore rien prouvé, qui ont joué un ou deux matchs, se voient proposer des salaires incroyables. Je pense d’abord que ce n’est pas justifié, et ensuite que ce n’est pas favorable au joueur. Parce qu’un joueur de 18 ans, avec déjà un salaire d’un million € sur son compte en banque, quelle sera encore sa motivation par la suite?»

En vingt ans, quels sont les grands changements que vous avez pu observer dans le monde du football?
«Cela n’a plus rien à voir. Mais comme je le dis dans le livre, je n’aime pas comparer. De mon temps, il y avait un certain fonctionnement. Aujourd’hui, on ne peut plus fonctionner de la même façon. On est toujours de plus en plus exigeant. Les méthodes sont différentes. L’aspect financier est différent aussi. La formation également. Mais c’est intéressant de voir pourquoi cela a changé et si on est dans le bon ou pas. C’est là toute la réflexion du livre!»

Le football belge, vous le voyez évoluer comment?
«Il évolue lentement, mais il évolue. Je pense qu’on a compris, après quand même dix-quinze ans, qu’il fallait former des jeunes, que les équipes belges pouvaient fonctionner uniquement si on sortait deux trois jeunes par saison. Là, il faut mettre en place les centres qui permettent justement de faire évoluer ces jeunes-là. Il y a Anderlecht, Le Standard, Genk, Bruges… Cela bouge. Les autres vont suivre. Il y a une évolution. Maintenant, par rapport à d’autres pays, je pense qu’on est quand même à la traine.»

Quelles sont, selon vous, les qualités pour être un bon footballeur?
«Il n’y a pas un paramètre précis. Il faut bien sûr les qualités footballistiques. Mais aussi de l’humilité et le respect. Pour durer dans le métier, il faut pouvoir se remettre en question. Écouter. Être disponible. On a ainsi, selon moi, beaucoup de chances de réussir. Au contraire des jeunes gars qui, après un match, n’acceptent plus rien. Là, je pense qu’ils sont mal barrés.»

Et pour être un bon entraîneur?
«Un peu de tout aussi. D’abord une expérience. Le vécu est un élément essentiel. Il y a des entraîneurs qui n’ont pas eu la carrière mais qui réussissent malgré tout. Ce n’est donc pas primordial, mais c’est important. Et puis, il faut avoir les capacités de gérer les hommes. Parce qu’aujourd’hui, plus que de mon temps, c’est important de canaliser, de mettre le tout en musique, d’être tous sur la même longueur d’onde. C’est un travail en profondeur.»

Les Diables rouges vont encore se qualifier pour un tournoi majeur selon vous?
«Je le pense sincèrement, vu la qualité qu’on a. J’en suis même persuadé. Maintenant, il n’y a pas que les qualités. On dit que c’est peut-être le groupe le plus doué que l’équipe nationale n’ait jamais eu, mais il y a autre chose qui doit être d’application. Il faut un mental, éduquer ces joueurs à gagner et surtout il faut avoir la fierté de porter le maillot de l’équipe nationale.»

Vous avez d’autres passions que le football?
«J’aime bien tout ce qui est sport. Je suis un sportif dans l’âme. J’aime la musique aussi. Tout ce qui est artistique.»

Christelle

Enzo Scifo dédicacera son livre samedi à 15h à la Foire du livre de Bruxelles.

«Le onze d’Enzo – Le football belge au crible de nos experts», sous la plume de Jean-Marc Ghéraille, éditions La
Renaissance du livre, 190 pages, 19 €

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s