Piégée par son mari

Comme dans «Une affaire conjugale» déjà, son précédent roman, Eliette Abécassis cause du divorce. Mais l’auteure, elle-même juive pratiquante, aborde cette fois toute la problématique du «guet», cet acte rédigé par un scribe et permettant à une femme, dans la loi juive, d’être «à nouveau permise à tout homme». Sauf que cet acte ne s’obtient pas sans le consentement du mari. Un divorce civil n’y change absolument rien. Et c’est ainsi qu’Anna, bien que divorcée depuis plusieurs années, se retrouve «agounah», comprenez enchainée à son mari. Or Anna est amoureuse. Et aimerait bien refaire sa vie. Eliette Abécassis, dont le livre «Un heureux événement» vient par ailleurs d’être adapté au cinéma, dresse ici un portrait touchant d’une femme prise au piège de son mariage et déchirée entre sa foi et sa passion.

 Christelle

«Et te voilà permise à tout homme», d’Eliette Abécassis, éditions Albin Michel, 200 pages, 17 €

Cote : 3/5

 http://www.eliette-abecassis.com

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s