L’amante… à 20 ans

Les grands écrivains qui ont marqué leur époque avaient-ils seulement conscience, à 20 ans, de leur talent, ou bien n’étaient-ils que des jeunes gens ordinaires? C’est pour tenter de répondre à cette question que les éditions Au diable vauvert ont lancé cette sympathique collection, baptisée «à 20 ans», et qui s’est enrichie récemment de deux nouveaux ouvrages. L’un est consacré à l’auteure de «L’amant». Pour Marguerite Duras, qui s’appelait alors Marguerite Donnadieu, 20 ans, c’est en effet quitter sa mère, l’Indochine, et son amant chinois. Elle retrouve donc Paris, s’inscrit à l’université, mène une joyeuse vie. Son point d’ancrage? Les hommes! L’autre ouvrage est consacré à Ernest Hemingway, dont les nouvelles, à 20 ans sont refusées partout. En 1917, le jeune homme épris d’aventure et de littérature qu’il est alors quitte les Etats-Unis pour le front de la Grande Guerre. Il y fera des expériences décisives de l’amour et de la mort. Avant son retour et la publication, à 26 ans, de son premier roman qui fera de lui l’homme qu’il voulait devenir. Deux portraits vivants et bien écrits, rédigés en forme de récits et destinés tant aux étudiants, qui se projetteront facilement dans la vie de ces grands auteurs à leur âge, qu’au grand public qui trouvera sans aucun doute divertissant de se plonger dans les années de jeunesse d’un auteur qu’il apprécie.

Christelle

«Marguerite Dumas à 20 ans – L’amante», de Marie-Chirstine Jeanniot, éditions Au diable vauvert, 168 pages, 12 €
«Ernest Hemingway à 20 ans – Un homme blessé», De Luce Michel, éditions Au diable vauvert, 168 pages, 12 €

Cote: 4/5

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s