Le pouvoir de l’apparence

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, être l’homme le plus beau du monde n’a rien d’enviable. Né beau à tomber, le héros du dernier roman de Cyril Massarotto (auteur de «Dieu est un pote à moi», vendu à plus de 55.000 exemplaires, et de «Cent pages blanches», en cours d’adaptation pour la TV) grandit en effet cloîtré chez lui, surprotégé par sa mère. Il faut dire qu’il n’est pas facile de mener une vie normale quand votre présence déclenche à chaque fois des bagarres, tout le monde se disputant votre amour, votre amitié, votre présence. Inutile de le préciser: l’homme le plus beau du monde est aussi le plus malheureux. Apparaît alors dans sa vie, Lucinda, productrice d’émissions de télé-réalité, qui semble avoir de grands projets pour lui… Une petite fable moderne qui se joue du culte de l’apparence et médite sur la quête du bonheur.

Christelle

«Je suis l’homme le plus beau du monde», de Cyril Massarotto, XO éditions, 238 pages, 17,90 €

Cote: 3/5

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s