Un conte sur l’immortalité

Inspiré librement des recherches de François Taddéi sur le vieillissement des bactéries, le roman du Belge Nicolas Ancion s’attaque au désir d’immortalité et mélange histoire de savant-fou, de trafic d’organes et de robots. Ce conte, joliment illustré par Patrice Killoffer, commence par le cauchemar d’un jeune détective privé, qui voit son arrière-grand-mère, record de longévité, charcutée par des robots dans une salle d’opération, avant que leurs visages ne permuttent. Inquiet pour son aïeule, le détective décide de mener une enquête, loin de se douter dans quel engrenage il met les pieds. Le récit est par ailleurs entrecoupé d’extraits non moins inquiétants de l’interivew du Professeur Karinthy, un savant spécialiste de l’immortalité. Un roman graphique d’anticipation qui aborde avec beaucoup d’imagination l’un des grands défis de la science moderne.

Christelle

«L’homme qui refusait de mourir», de Nicolas Ancion, illustré par Patrice Killoffer, éditions Dis voir, 112 pages, 29 €

Cote: 3/5

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s