L’insidieux plastique

Inquiétante enquête dédiée au plastique que celle que nous livrent Werner Boote, documentariste autrichien, et Gerhard Pretting, journaliste scientifique. Le plastique, fabuleuse invention, s’est imposé comme un incontournable en à peine 100 ans. Aujourd’hui on le retrouve absolument partout : dans les biberons de nos bébés, dans les cartables de nos enfants, dans nos ordinateurs, nos emballages alimentaires, nos meubles, … et même dans notre sang. Du rêve et des promesses qu’évoquait le plastique à ses débuts, on bascule vers le cauchemar. Actuellement, ce ne sont pas moins de 260 millions de tonnes de plastique qui sont produites annuellement, soit 30 kilos par personne. Un chiffre affolant… tant en matière d’environnement que de santé ! Depuis près de vingt ans, l’on sait que le plastique libère, suite à un changement de température par exemple, du bisphénol A et des phtalates, provoquant problèmes hormonaux et stérilité. Une problématique qui, de par ses enjeux économiques notamment, n’est encore que trop peu jetée sur le place publique.

Anne-Sophie

« Plastic Planet. La face cachée des matières synthétiques », de Werner Boote et Gerhard Pretting, éditions Actes Sud, 256 pages, 18 euros

Cote: 4/5

Publicités

Une réaction sur “L’insidieux plastique

  1. Chimiste de formation, et plus particulièrement plasturgiste, je tenais simplement à tirer ici une petite sonnette d’alarme. Il est vrai que les plastiques ont pris une partie prenante dans notre vie quotidienne. Outre le problème des déchets, auquel les industriels savaient répondre partiellement aujourd’hui mais où beaucoup de progrès sont faits, il faut se méfier en tant que public de certaines versions alarmistes (et qui font vendre bien sûr) concernant des additifs utilisés dans les plastiques. Phthalates et bisphénol A sont deux exemples de victimes un peu faciles. En effet, il est très compliqué pour un non scientifique de s’y retrouver parmi les informations données dans des magasines ou journaux de grandes distributions. Faites attention que des centaines voires des milliers d’études scientifiques ont démontré que dans leur utilisation de tous les jours des plastifiants tels que les phthalates n’ont démontré aucune toxicité à ce jour. Il est donc totalement faux de dire que l’on sait que depuis 20 ans les plastiques libèrent des subtances dangereuses! Ces petites molécules, vu leur taille, peuvent être libérées en très faibles quantités lors de certaines utilisations (mais pas totalement sinon à quoi serviraient-elles?). Mais ces faibles quantités n’ont pas démontré de toxicité.
    Quand au fait de retrouver des teneurs de certains produits dans notre sang, bien sûr que l’on peut en retrouver mais on peut aussi y retrouver pas mal de substances plus toxiques ne venant pas des plastiques! En toxicologie il existe un principe : la dose fait le poison! Vous pouvez avoir de sérieux problèmes avec des surdoses de vitamines ou d’autres oligo-éléments que l’on considère comme non seulement inoffensifs mais totalement bénéfiques sans non plus se poser plus de questions!
    L’histoire de problèmes hormonaux et de stérilité est non fondée si l’on étudie en détails les conditions dans lesquels les tests on été éffectués, voire même l’interprétation des résultats de ces études par des non-scientifiques. Il existe aujourd’hui (et ce depuis plusieurs dizaines d’années) des batteries de tests dont on ne peut s’imaginer l’ampleur si l’on ne travaille pas en industrie ou en milieu scientifique direct. Bien sûr, ce que l’on connaît aujourd’hui peut évoluer avec la progression de la science. Mais de grâce, quand vous lisez des livres ou des articles sur la chimie en général, les plastiques, ou les produits pharmaceutiques, essayez (et là je m’adresse à tous) de faire preuve d’esprit critique, posez vous des questions et adressez-les à des amis qui s’y connaissent. Ils pourront sans doute vous expliquer que tout n’est pas blanc ou noir! Arrêtons de grâce cette chasse aux sorcières de la chimie! Passez du rêve au cauchemar! Jusqu’où aller dans la critique pure!
    La chimie nous a apporté beaucoup de progrès : allègement des matières de constructions (et donc coûts énergetiques moindres au transport et à l’utilisation), nouvelles matières plus performantes (certains plastiques sont aussi résitants que du béton), progrès de la médicine (tubages de systèmes d’intubation pour nouveaux-nés impossibles à réaliser en une autre matière car trop petits, implants de tous types parfaitement biocompatibles, médicaments évolués, et j’en passe bien sûr.
    Le tout est très réglementé (REACH, GMP, ….). Beaucoup de progrès reste à faire, mais tous y travaillent (industries, Europe, gouvernements), seulement plus dans l’ombre. C’est tellement plus facile de faire souffler un vent de panique que de montrer les choses en toutes objectivités, et de reconnaître les deux faces de l’histoire. Il est évident que pour le bien être de la planète, les techniques de production doivent encore évoluer, les déchets être gérés comme il se doit, et nous aussi nos habitudes de consommation doivent évoluer …mais certainement pas en fustigeant les progrès techniques faits, en voulant créer dans les esprits une peur panique de la chimie, du nucléaire, et j’en passe.
    Rappelons -nous qu’au XVe siècle, on brûlait des femmes qui seraient aujourd’hui qualifiées d’herboristes! Ne nous enfermons pas dans des peurs lancées à tout va mais progressons de concert pour un monde meilleur!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s