Entre road-movie et romance lesbienne

Virginie Despentes nous sert pour cette rentrée un roman déjanté, mélange entre le polar contemporain, la satire sociale et la romance lesbienne, avec en prime un petit côté road-movie. L’histoire commence par la disparition de Valentine, adolescente délurée et fille d’un écrivain raté, qui s’est volatilisée alors même qu’elle était pistée par une détective privée. Pour retrouver la trace de Valentine, la détective, une hétéro pas canon et un peu coincée, appelle à l’aide à une pro du métier, surnommée La Hyène, une gouine bien virile. Et les voilà toutes deux lancées sur la route, direction Barcelone où vit la mère de Valentine, pour tenter de retrouver l’ado et rencontrer tous ceux qui l’ont connue. Une occasion rêvée pour l’auteure de «Baise-moi» et de «Bye-Bye Blondie» de dresser un portrait cru, féroce et corrosif d’une époque… explosive.

Christelle

«Apocalypse bébé», de Virginie Despentes, éditions Grasset, 352 pages, 19 €

Cote: 3/5

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s