Les petites filles modèles, version moderne

 

© Benjamin Boccas

Sophie, Camille, Madeleine et les autres sont de retour et ont grandi! Rosalind Elland-Goldsmith, une jeune auteure de 29 ans, a eu la bonne idée de remettre «Les petites filles modèles» au goût du jour et de transposer l’œuvre de la Comtesse de Ségur à notre époque dans un feuilleton en sept romans.

 Enfant, Rosalind Elland-Goldsmith a dévoré les histoires de la Comtesse de Ségur. Une œuvre qui l’a marquée, au point de s’intéresser aujourd’hui à ce que seraient ces petites filles modèles dans la société contemporaine.

Un travail de longue haleine, qui lui a pris près de trois ans. Car avant d’écrire la version moderne de leurs aventures, l’auteure, qui a fait des études de lettres et travaille dans l’édition jeunesse, a pris le temps d’analyser les personnages créés par la Comtesse de Ségur. «J’ai d’abord essayé de décortiquer comment ces personnages avaient été créés, quels archétypes ils recouvraient», explique-t-elle. Mais là où la célèbre Comtesse se place du côté de la morale, Rosalind Elland-Goldsmith se place plus du côté de la psychologie. «La psychologie occupe aujourd’hui une très grande place, et en particulier dans l’approche qu’on a de l’éducation des enfants. Je pense que c’est l’un des grands aspects de la société contemporaine qui différe de celle de la Comtesse de Ségur», poursuit Rosalind Elland-Goldsmith.

Mais à quoi ressemblent les nouvelles petites filles modèles ? «Ce sont des petites filles peut-être plus complexes, un peu moins modèles au fond, moins bucoliques, moins stéréotypées», rigole-t-elle.

Dans cette nouvelle version, les bourgeois du XIXe siècle cèdent la place aux… bobos. Et si les femmes sont seules à entretenir le domaine et éduquer les enfants, elles ont acquis une certaine autonomie financière: désormais, elles bossent! «La Comtesse de Ségur présente un univers qui est régi par les femmes, même si celles-ci ne travaillent pas car on est au XIXe siècle, dans un milieu aristocratique. Mais malgré tout, elles sont aux commandes de la famille, de très grands domaines,… C’était pour moi un trait de modernité» constate encore Rosalind Elland-Goldsmith. «Naturellement, aujourd’hui les femmes travaillent. ça, c’est la façon dont moi j’ai voulu les réinventer.»

Les hommes, quant à eux, n’ont pas été écartés du nid familial par le développement industriel, mais sont partis au bout du monde comme médecin humanitaire ou reporter photographe. Car pour l’auteure, on reste toujours aujourd’hui «dans une configuration où les pères sont moins présents dans le quotidien des enfants». Elle a donc jugé « assez pertinent de les imaginer en déplacement ». Ce qui, chez les bobos, correspondaient à en faire notamment des médecins, travailleurs humanitaires.

Quant aux nouvelles petites filles modèles, Camille reste la plus gaie et la plus vivante, Madeleine la plus timide, un peu secrète. Mais à laquelle l’auteure s’identifie-t-elle le plus? «Madeleine, je dirais. Mais je mets malgré tout de moi dans chacune. Peut-être un petit peu moins dans Marguerite, qui est la plus jeune, parce que je suis l’ainée dans ma fratrie. Mais il y des traits de caractères chez chacune qui sont de moi», avoue l’auteure.

La saga est prévue en sept tomes. Le premier, «L’accident», est sorti en avril. Quand au deuxième –intitulé «Le spectacle»-, il vient de paraître en librairie.

 Christelle

«Les nouvelles petites filles modèles», de Rosalind Elland-Goldsmith, éditions Hachette jeunesse

Cote : 3/5

Une réaction sur “Les petites filles modèles, version moderne

  1. je trouve sa bien de vouloir remettre les petites filles modele ajours et puis elle a raison mais j’ai lu les 5 prmiere s pages qui sont un peu ennnuente mais sinon il est tres bien ..bravo

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s