L’engrenage de l’anorexie

Si les témoignages d’anorexiques sont légion dans la littérature, ils le sont nettement moins dans la bande dessinée. « La fille invisible », s’il ne se présente pas comme un témoignage -quoique-, traite de ce problème de santé avec intelligence et remet les pendules à l’heure quant à certains clichés ! Une jeune journaliste bossant pour un magazine féminin doit rencontrer un spécialiste des troubles du comportement alimentaire pour boucler un article consacré à l’anorexie. Le lecteur assiste à cette rencontre et profite lui aussi de l’expérience du médecin, des exemples qu’il présente pour étayer ses propos. Il semble évoquer le cas de Flavie, 15 ans, presque 16. Elle sent moche et se trouve pour le moins stupide. Elle décide de profiter des vacances d’été pour entreprendre une transformation en vue de plaire à un garçon dont elle est secrètement amoureuse. Fini les desserts, place à une alimentation saine et légère, place au sport et à un strict contrôle de son corps. Et c’est le début de l’engrenage. Les kilos s’envolent et Flavie s’efface. L’hospitalisation est l’espoir de la dernière chance. Jusque-là, le propos d’Emilie Villeneuve (journaliste mode beauté, tiens tiens…) se tient. Mais le lecteur avisé gobera ensuite difficilement cette rémission présentée comme quasi subite. Flavie est sauvée par un amour d’adolescence… Une ellipse rendue nécessaire par la contrainte d’un nombre de pages limité à 48 ? Dommage… Outre l’éclairage « scientifique », on apprécie le dessin singulier de Julie Rocheleau, fuyant et parfois presque stylisé.

Anne-Sophie

« La fille invisible », de Villeneuve et Rocheleau, éditions Glénat Québec, 48 pages, 9,40 €

Cote : 3/5

Une réaction sur “L’engrenage de l’anorexie

  1. J’ai entendu parler de cette BD, et les critiques étaient plutôt bonnes, en plus ca risque de marcher fort, l’anorexie étant un des sujet à la mode ces derniers temps si on écoute un peu les médias. En revanche je tique aussi sur la fin, l’amour salvateur m’apparait comme une fin bâclée, comme si l’auteur n’avait pas trouvé la solution pour sauver son héroïne et par conséquent un peu d’espoir chez le lecteur qui se sentira concerné.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s