Kidnapping

Après «La Rebouteuse», le duo Benoît Springer (au dessin) et Séverine Lambour (au scénario) unit à nouveau ses forces et nous livre un récit émotionnellement fort. Les visages de personnages impressionnent d’emblée par les émotions qu’ils véhiculent: joie, mais aussi peur, détresse et incompréhension. Les dessins fixent une atmosphère oppressante, tandis que le drame se joue à plusieurs niveaux. En pleine fête foraine du 14 juillet, Lola, un bébé de six mois, disparaît. Personne n’a rien vu, rien entendu. Le plan «Alerte enlèvement» est lancé. Tout le village parle de ce kidnapping. Tous se sentent concernés. Car tout le monde connaît tout le monde, en ce compris Mélanie, la maman de Lola. Et bientôt les commérages et les suspicions prennent le dessus… «On me l’a enlevée» s’inscrit dans le registre de la tragédie intime. Les non-dits et la suggestion donnent au récit toute son intensité. Brillant.

 Anne-Sophie

 «On me l’a enlevée», de Springer et Lambour, éditions Vents d’Ouest, 48 pages, 13 €

 Cote : 3/5

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s