Une dernière chance

Nathan Zuckerman vit reclus dans sa demeure sise dans la campagne du Massachussetts depuis près de onze ans. Un cancer de la prostate l’a mené à adopter cette vie d’ermite. Les contacts avec le monde extérieur sont sciemment rompus : pas de télévision, pas de presse, pas d’invités. Vieil homme, Nathan, devenu incontinent et impuissant, estime avoir perdu toute dignité. Mais un voyage express à New York pour des injections de collagène qui pourraient, si la chance lui sourit, diminuer ses pertes urinaires, va changer la donne. Sur un coup de tête, il échange avec Billy et Jamie, un jeune couple d’écrivains, sa demeure isolée contre un appartement new-yorkais pour une durée d’un an. Très vite, Nathan s’entiche de la jeune femme, veut tout connaître d’elle et renouer une ultime fois avec le désir. Passera-t-il le cap ou se bornera-t-il, une fois encore, à se réfugier dans l’écriture pour y coucher ses fantasmes ? Après un roman quelque peu décevant en 2007 (« Un homme »), Philip Roth (« La pastorale américaine », « La tache ») nous convainc une fois encore en nous dépeignant cette fois les turpitudes de l’âge et ses désillusions. Un récit teinté d’une critique acerbe de la politique américaine à l’heure ou George W. Bush fut réélu pour prester un second mandat.

Anne-Sophie

« Exit le fantôme », de Philip Roth, éditions Gallimard, 336 pages, 21 €

Cote : 4/5

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s