Ça jase sec !

«Magasin général» était prévu à l’origine en trois tomes. Le succès aidant, Loisel et Tripp signent avec «Montréal» le cinquième opus d’une série campagnarde plutôt réussie dans son ensemble. Le son, les odeurs, le patois, la mentalité villageoise étriquée, tout y est. Dans ce nouvel épisode, l’histoire tourne toutefois au ralenti. Marie et le jeune Marceau n’ont pas résisté à la tentation de la chair. Leur bref moment d’attirance mutuelle va faire le tour du village et indigner les proches de Marie, quelque peu contrainte à quitter Notre Dame des Lacs pour Montréal. Une nouvelle vie s’offre à elle. Mais, conséquence directe de cette fuite en avant, le magasin général n’est plus ce qu’il était: heures d’ouverture limitées, les stocks de marchandises à sec,… Les villageois commencent à regretter la Marie.

Anne-Sophie

«Magasin général, t 5 : Montréal», de Loisel et Tripp, éditions Casterman, 72 pages, 14 €

Cote : 3/5

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s