Street art

Si certains tags sont abjects et bien souvent considérés comme une nuisance, d’autres graffitis, au contraire, relèvent de l’art. Mais où se situe la limite? Adrien Grimmeau, historien de l’art de l’Université libre de Bruxelles, s’est penché sur l’histoire du graffiti à Bruxelles, s’interrogeant sur sa place dans l’art et dans la ville, mais aussi sur son enrichissement artistique de la capitale de l’Europe. Des squelettes de dinosaures de Bonom aux murs et sièges de métro tagués, son livre reprend un florilège de ces témoignages modernes. Surtout que des graffeurs lui ont ouvert leurs archives et partagé avec lui leur passion. Le livre a en outre inspiré une exposition qui se tient tout l’été et jusqu’au 4 septembre au musée d’Ixelles.

Christelle

«Dehors», d’Adrien Grimmeau, éditions CFC, 224 pages, 32 €

Cote : 4/5

www.museedixelles.irisnet.be

 

About these ads

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s