Drôle et cruel à la fois

Monsieur Louis, propriétaire de chambres d’hôtes très prisées des citadins amateurs de chasse, est retrouvé mort dans les bois de sa vaste propriété, une balle dans la gorge. Le testament du défunt, qui n’a pas d’enfant, prévoit de léguer ses biens à cinq de ses anciens clients chasseurs. Voilà donc, par un soir de mai, les cinq héritiers qui débarquent dans la propriété, accueillis par Aimé et Martial, les hommes à tout faire du défunt. Parmi ces visiteurs pressés de mettre la main sur leur héritage inespéré figurent un inspecteur à la retraite, un couple avare et avide, un militaire très discret et un tenancier de bordel homosexuel. Mais tandis qu’ils attendent tous le notaire qui ne doit venir que le lendemain, l’un des héritiers meurt subitement… Raconté dans un français parfois approximatif dû au fait que le narrateur, l’un des hommes à tout faire, est un peu simple d’esprit, ce roman se transforme au fil des pages en une sorte de remake des «Dix petits nègres» d’Agatha Christie. Un récit à la fois drôle et cruel.

Christelle

«Le joli mois de mai», d’Emilie de Turckheim, aux éditions Héloïse d’Ormesson, 128 pages, 15 €

Cote: 3/5

About these ads

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s