L’univers vampirique de Stephenie Meyer

 

© David Stone

© David Stone

 Depuis la «Fascination» du début jusqu’à sa dernière «Révélation» en passant par le stade de la «Tentation» et celui de l’«Hésitation», la saga inventée par Stephenie Meyer a su envoûter un public toujours plus grand. L’histoire lui est venue d’un rêve. Elle raconte la romance captivante entre Bella Swan, jeune adolescente tout ce qu’il y a de plus humain, et Edward Cullen, un séduisant vampire.  Alors direction Forks, bled pluvieux de l’État de Washington, pour un petit plongeon dans cet univers peuplé de vampires pas tous méchants et de loups garous.

 Par pitié, dites-nous que «Révélation» n’est pas vraiment  le fascinationdernier livre de la saga!

«Il y a beaucoup de possibilités pour de futurs livres. Mais je ne me sens pas l’envie de retourner à Forks dans l’immédiat. Il y a trop d’autres histoires non-vampiriques que je voudrais bien raconter.»

L’histoire de Bella et Edward vous est venue dans un rêve. Mais après, comment avez-vous imaginé toute l’histoire autour?

«Pour moi, dès que vous avez des personnages intéressants avec de fortes personnalités, l’histoire a tendance à s’écrire toute seule. Pendant que j’explorais ce qui allait se passer entre Bella et Edward, leurs familles et leurs amis ont vu le jour tous seuls. Les personnages vivent réellement leurs propres vies. Le problème n’est pas d’inventer plus d’histoires, c’est de les focaliser dans une direction cohérente.»

 De tous les personnages du livre, lequel est votre préféré?

«Je n’ai pas de personnage préféré. J’aime tous les personnages de façons différentes. Même les méchants ont ma sympathie. Je pense que quand on entre dans la peau de quelqu’un et qu’on regarde vraiment les choses de la façon dont lui les voit, c’est difficile de ne pas l’aimer pour ce qu’il est. Il faudrait qu’il s’agisse vraiment d’un personnage horrible, sans aucune qualité de rédemption, pour que je ne l’aime absolument pas.»

Et quel personnage vous ressemble le plus?

«Aucun ne me ressemble vraiment. Il y a des petits morceaux de moi dans chacun d’eux, mais aucun n’est vraiment comme moi de façon signifiante. Je suis un petit peu maladroite comme Bella, je partage beaucoup d’avis sur le monde avec Edward, je m’identifie naturellement avec le côté maternel d’Esmé, et parfois je peux être un petit peu têtue comme Rosalie, mais ce sont juste de vagues similitudes. Les personnages ont vraiment leur propre personnalité qui n’a rien à voir avec la mienne.»

 Quelle scène avez-vous pris le plus de plaisir à décrire dans «Révélation»?

«Je ne veux pas révéler quoi que ce soit au sujet du livre, mais il s’agit de ses deux dernières pages..»

Vous avez fait beaucoup de recherches sur les vampires?

«Je ne fais pas beaucoup de recherches quand j’écris. C’est de la fiction, et la moitié du plaisir consiste à créer vos propres règles. Je ne lis généralement pas de livres sur les vampires, donc je n’avais pas vraiment de notions préconçues quand j’ai commencé à construire la mythologie de ‘Fascination’. Mais je pense que l’origine de ma mythologie tient plus des super-héros que des films d’horreurs.»

Si vous deviez devenir un vampire, quel pouvoir spécial pensez-vous que vous auriez?

«Étant donné que je suis une personne relativement normale, je ne crois pas que j’aurais un pouvoir spécial. Je prendrais du plaisir toutefois à avoir les capacités normales d’un vampire: être super-fort, super-rapide et ne pas avoir à dormir. Mais si je pouvais emprunter l’un des pouvoirs spéciaux de mes personnages, ce serait celui de pouvoir lire les pensées des autres.»

 Vous croyez au paranormal?

«Je crois qu’il y a plus dans ce monde que ce que nous pouvons voir et toucher.»

Qu’avez-vous pensé du film tiré du livre «Fascination»?

«Je l’ai vu et je l’ai vraiment beaucoup apprécié. Ce n’est pas exactement pareil au livre, ce qui est absolument nécessaire parce que les besoins sont différents pour un format visuel, mais le cœur de ‘Fascination’ est là. Robert Pattinson et Kristen Stewart ont réalisé un travail étonnant dans leurs rôles principaux, et leur alchimie rend vraiment l’histoire crédible.»

 Vous avez eu votre mot à dire au sujet des acteurs?

«Je n’ai pas choisi personnellement les acteurs, mais j’avais mon mot à dire sur le casting. J’ai été beaucoup plus impliquée que prévu! Summit Entertainment a été vraiment super de tenir compte de mon avis.»

Même si la saga « Fascination » séduit aussi les adultes, votre autre roman «Les âmes vagabondes», a lui été étiqueté pour adultes.

«Ce livre a été lancé sur le marché pour adultes, mais il est absolument tout aussi approprié pour mes fans ados. Je ne me suis pas mise à écrire un roman jeunes adultes avec ‘Fascination’ tout comme je ne me suis pas mise à écrire un roman pour adultes avec ‘Les âmes vagabondes’. Je ne pense jamais à un autre auditoire que moi quand j’écris: cela peut attendre l’étape de l’édition. Mais je ne pense pas qu’une distinction importe vraiment: une bonne histoire reste une bonne histoire.»

Vous avez été élue l’une des 100 personnalités les plus influentes au monde par le ‘Time Magazine’. Cela vous fait quoi?

«J’en suis très émue. Je ne sais pas exactement qu’en penser. J’ai encore du mal à m’en rendre compte.»

Certaines personnes disent que vous êtes la J.K. Rowling américaine. Cela vous agace?

«C’est flatteur, mais aussi un petit peu bête je pense. Il n’y aura jamais une autre J.K. Rowling. Son phénomène est unique. Je ne pense pas avoir grand-chose en commun avec elle si ce n’est la passion de nos fans et le fait qu’elle comme moi sommes deux mères qui avons bien réussi avec nos débuts de séries.»

Vous êtes fans d’Harry Potter ou d’autres livres de science-fiction?

«Oui, j’adore Harry Potter. Et je suis une grande adepte de science-fiction. Orson Scott Card est mon auteur contemporain préféré et le premier livre qui m’a vraiment accrochée enfant était ‘L’épée de Shannara’ de Terry Brooks.»

Vous pensez que le fait d’être mormone a influencé votre façon d’écrire?

«Mes croyances affectent mon écriture en ce sens que mes personnages sont très conscients de choses spirituelles. Les vraies personnes s’interrogent sur ce qui vient après cette vie et comment cela devrait affecter la manière dont elles vivent. Mes personnages aussi. Mais je ne pense pas que ma religion ait influencé la romance, parce qu’aucun des personnages n’est mormon. J’ai essayé de rendre la relation entre Bella et Edward réaliste pour qui ils sont. J’ai voulu une relation qui semble vraiment être celle entre un garçon né en 1901 et une fille née dans les années 80.»

 Sur quoi travaillez-vous actuellement?

«Je pense avoir besoin d’un break par rapport aux vampires. J’ai plusieurs autres histoires qui attendent que je travaille dessus. Pour le moment, je suis déchirée entre deux, mais j’ai l’intention de m’y mettre à l’une des deux rapidement.»

La saga «Fascination»

Publié aux Etats-Unis en 2005 sous le titre original de «Twilight» (ce qui signifie littéralement Crépuscule), «Fascination» raconte l’histoire d’amour improbable entre une humaine et un vampire. Suivi par trois autres volumes («Tentation», «Hésitation», «Révélation»), «Twilight» a remporté un succès phénoménal de par le monde, pas uniquement auprès des adolescents mais également auprès des adultes. Tout comme Harry Potter, la série sera transposée sur grand écran. Le premier épisode vient de sortir en DVD. Si Stephenie n’a pas l’intention d’écrire une suite à «Révélation» pour l’instant, les fans pourront se consoler en parcourant sur son site le brouillon de quelques chapitres -en anglais- de «Midnight Sun», qui n’est autre que «Twilight» raconté du point de vue d’Edward… 

«Révélation», de Stephenie Meyer, éditions Hachette Jeunesse, collection Black Moon, 758 pages, 18 €

Cote 5/5

 www.stepheniemeyer.com

A côté de « Twilight »

les âmes vagabondesSi le dernier livre de Stephenie Meyer reste dans le domaine du fantastique, il nous prouve qu’elle est tout à fait capable de raconter d’autres histoires que celles de gentils vampires. Cette fois, elle a imaginé que la Terre était envahie par des «âmes vagabondes». Si nos corps restent les mêmes, nos esprits, eux, sont contrôlés. Figurant parmi les derniers résistants, Mélanie Stryder a été capturée. Une nouvelle âme vient de lui être implantée et tente de la posséder. Expérimentée, cette âme a déjà connu plusieurs corps et se prénomme Vagabonde. Mais caché quelque part, il y a un homme, Jared, que Mélanie ne peut oublier… Son amour pour lui va déstabiliser Vagabonde, qui s’éprend elle aussi petit à petit de cet homme qu’elle est supposée livrer aux autorités… Toujours de la science-fiction donc avec cette dose de romantisme propre à la jeune auteure dans ce livre qu’on a, tout comme pour la saga «Fascination», du mal à lâcher avant la toute dernière page. Pour celui-ci aussi une suite sera prévue?

«Les âmes vagabondes», de Stephenie Meyer, éditions JC Lattès, 617 pages, 20,50 €

Cote : 4/5

Christelle

About these ads

3 réflexions sur “L’univers vampirique de Stephenie Meyer

  1. Univers vampirique ? Non, non, elle n’a rien crée du tout. prenez Anne Rice ou Richard Matheson. Eux, ils ont crée. Mais Meyer n’a rien crée du tout, elle se contente de balancer « vampire » et prie le ciel pour que le lecteur se charge du reste.

  2. Bonsoir, je n’ai aucun des 4, pas tentée par les histoires de vampires en livres. J’ai essayé Annie Rice : j’ai abandonné très vite et j’ai trouvé le Dracula de Bram Stocker très ennuyeux. Pour le coup, je préfère les vampires au cinéma. Bonne soirée.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s